Forum rôle-play inspiré de l'univers de Persona. Après un étrange évènement, les habitants d'Iteku ont obtenu la possibilité de changer de vie dans un nouveau monde.
 
Bienvenue à toi dans la Velvet room, Invité ! Ce forum existe entre les rêves et la réalité, entre l'esprit et la matière. Ci-dessous tu trouveras toutes les informations nécessaires pour comprendre son univers, ses lois. Oseras-tu affronter ton destin ?
Si vous avez le moindre problème, contactez un membre de notre SUPER STAFF !








Un chaleureux accueil pour notre petit nouveau ! Amuse-toi bien =D
Le codage et le graphisme appartiennent au forum Persona RPG. Merci à Ami d'avoir codé certaines parties du forum. <3 Merci aussi au site Never Utopia pour ses nombreux tutoriels, vraiment ce sont les meilleurs ! Le contexte a été élaboré par et pour ce forum. Toute tentative de reproduction, partielle ou complète, de notre travail sans autorisation est interdite. Respectez notre travail !
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Le Diable et L'Amoureux [Akando]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Mer 25 Nov - 22:44

Le Diable et L'Amoureux


Studio de Megumi, 20h31. Debout devant le plan de travail, je confectionnais des sushi avec application, chantant doucement avec le son de la radio. Ici et là, je me permettais de manger un petit morceau de poisson ou d’avocat avant d’avoir terminé. L’on pourrait croire que j’étais plutôt détendue, en voyant simplement ce tableau, mais il aurait suffit de m’effleurer pour sentir toute la tension qui régnait dans mes épaules. Si je faisais tout cela, c’était pour m’occuper l’esprit, pour ne pas penser à Shiro-kun, porté disparu depuis maintenant cinq jours. La police n’avait pas pu nous aider, ni même nous renseigner, et nous nous retrouvions plongés dans l’attente, au même titre que des dizaines d’autres familles dans le même cas. J’aurais bien aimé aller passer la soirée en compagnie de mes parents, mais j’avais une séance d’enregistrement le lendemain matin et ne pouvait pas me permettre de la rater. Mon petit studio du centre-ville étant beaucoup plus près de mon lieu de travail, j’avais remis mon passage au lendemain soir. Et pour l’instant, c’était soirée sushi. D’ailleurs, où avais-je mis mon wasabi? Tiens… j’étais pourtant certaine d’en avoir racheté. Un regard vers mes sushi, puis vers le pot vide, de nouveau mon repas. Soupir. Je rangeai la nourriture, m’assurant ainsi qu’elle ne sèche pas durant mon absence, et allai récupérer une veste de jeans et des baskets. Un coup d’œil vers Tsukimaru-chan m’apprit qu’il dormait paisiblement au pied de mon lit, tapant parfois le vide de sa patte. Je sortirais donc seule ce soir.

- Ittekimasu.

Empruntant l’ascenseur, je gagnai rapidement le rez-de-chaussée et fus saluée par le gardien en poste. Il m’interrogea rapidement et offrit de m’appeler un taxi, comme il pourrait être dangereux de sortir à cette heure, mais je le rassurai. Il ne s’agissait que d’une petite course à la supérette la plus proche et je revenais immédiatement ensuite. Rien de bien sorcier en somme. Je serais de retour en moins d’une vingtaine de minutes. Se pliant à mon argument, il me rappela tout de même d’être prudente et promis d’ouvrir l’œil pour mon retour dans les temps prévus. Le remerciant une dernière fois pour sa bienveillance, je m’engouffrai dans l’air frais des nuits de printemps, laissant mes cheveux danser avec la brise en longs filaments d’encre. Les mains dans les poches, c’est sans trop réfléchir que j’avançai, mon objectif bien en tête. Je ne remarquai pas, bien entendu, que l’on me suivait. Les choses auraient été beaucoup trop faciles autrement, n’est-ce pas? M’engouffrant dans le petit commerce, je récupérai ce que j’étais venue acheter avant de gagner le comptoir. Un adolescent était à la caisse, probablement un employé à temps partiel, et son visage s’illumina.

- Je vous connais! U…Uehara-san?!

- C’est toujours un plaisir de rencontrer un admirateur. Encore plus lorsqu’il travaille fort pour moi, lorsque j’en ai le plus besoin.

Avais-je répondu d’un sourire charmeur qui avait fait monter le rouge aux joues du jeune homme. Au moins, cela avait eu pour effet de le faire s’appliquer plus que jamais, bien que je le suspectai de prendre son temps pour me garder plus longtemps. Malgré tout, l’achat fut réglé et mon wasabi enveloppé dans un sac marqué à l’effigie du magasin. Je le remerciai et me préparai à partir lorsqu’il reprit la parole d’une voix timide, mais excitée.

- Vous pourriez pas… euhm….

- Le mal ne triomphera pas sur nous! Tant que nous serons unis, rien ne pourra jamais vaincre l’équipe des Pheonix Ranger! Blue Feather Swan, paré au combat!

- Ouaaaah! Arrigato, Uehara-saaaaan!

- Domo.

Conclus-je en riant, prenant déjà le chemin de la sortie. J’étais loin de me douter que le stalker, comme les rares autres clients, avait tendu l’oreille et attrapé au vol cet aveu de mon identité. Pire, cette preuve formelle et, en soit, un peu formidable. C’est toujours sur mon petit nuage de bonheur après avoir rencontré un fan et égayé sa soirée que je cheminais vers ma demeure. Les passants étaient peu nombreux, mais je ne pensai pas à les regarder et rien ne me laissa sentir l’approche de cette ombre qui me traquait. Au moment où je passais devant une ruelle, des bras se refermèrent autour de moi et une main se plaqua sur ma bouche avant de m’entraîner dans l’ombre. J’avais beau tenter de crier et de me débattre, donnant des coups à l’aveugle, rien n’y faisait. J’étais une jeune femme délicate et mon agresseur, lui, avait des bras solides et une détermination à toute épreuve. Rarement ais-je autant regretté de ne pas avoir pris un taxi.
Revenir en haut Aller en bas
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Ven 27 Nov - 16:34

Le froid s'était installé et la neige tombait parfois sur la ville. C'était plutôt différent de d'habitude, à vrai dire, et Akando aimait bien la neige. Elle pouvait ralentir les mouvements des potentiels poursuivants, la brume empêchait de voir à plus de quelques mètres devant soi, et c'était les conditions parfaites pour commettre toutes ces exactions dont il était si friand. Mais aussi, il aimait le calme des rues enneigées et la sérénité d'une zone moins peuplée. Bien sûr, la ville restait toujours aussi dense, mais les gens sortaient moins, se déplaçaient de façon plus courte... L'hiver était toujours une saison préférable pour les personnes appréciant un peu de calme et d'isolement. Et Akando en faisait un peu partie...

Toutefois, alors qu'il marchait dans les rues en costume, avec un épais manteau et une écharpe - ce qui lui changeait pas mal de d'habitude - , il entendit comme un bruit proche. Ah, les ruelles... C'était presque sa deuxième maison. Ces coins mal famés où il faisait bon de réaliser toutes sortes de crimes et actions douteuses. Cependant, cette fois, c'était un cas particulier : discrètement, il jeta un œil au coin du mur, se faisant silencieux. Un homme, moyennement costaud et l'air un peu inexpérimenté, et une jeune femme qui se débattait.

Dans une situation pareille, il avait beau ne croire en aucun aspect de la justice, il croyait en revanche aux personnes abusant physiquement d'autres plus faibles. Et c'était un exemple parfait. Cependant, sortir son arme en pleine rue, ça ne l'aurait pas fait... Alors il analysa l'endroit très, très rapidement : une autre entrée à la ruelle, par l'arrière, se présentait et ça lui prendrait environ une minute pour faire le tour en sprintant. Ni une ni deux, il fonça, sachant pertinemment qu'en une minute, l'homme n'aurait pas vraiment le temps de faire grand chose. Une minute passée, il était toujours derrière son champ visuel, et même mieux : il s'était engouffré dans la ruelle avec la jeune femme, à l'abri des regards, dans un endroit parfaitement isolé.

Les conditions idéales réunies, Callaghan pouvait sortir son arme, une matraque téléscopique très solide. D'un mouvement rapide, il saisit l'individu en passant la hampe métallique autour de sa gorge, pressant le plus possible dans le but de l'étouffer. Dans un long gargarisme douloureux et progressif, ses mains relâchaient assez vite la jeune femme pour essayer de se tirer de cet étouffement assez brutal, avant de finir ramolli et inerte, tombant au sol, évanoui sous le manque d'oxygène mais apparemment toujours vivant, au vu de sa poitrine qui se levait et s'abaissait dans des mouvements erratiques sous ses respirations douloureuses.

Il n'avait pas eu le temps de masquer son visage, mais Akando repliait et rangeait son arme, ne disais rien pour le moment, mais il ne semblait pas être un amateur. Il avait un visage assez stoïque et ferme, visiblement habitué à ce genre de choses, et il n'avait très assurément aucun remord à avoir presque tué l'agresseur par surprise, bien qu'il n'ait plus l'air dangereux, désormais... Après un petit moment de silence assez bref, il finit par parler.

« Faites plus attention, à l'avenir... »

Au fond, le plus ironique était ce fanboy total qu'il tentait d'endormir en lui : il la reconnaissait, bien sûr, et en fan total de culture otaku, il se retenait bien sûr de lui demander un milliard d'autographes. Comme quoi, on peut être quelqu'un de très surprenant, au fond de soi...

-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Mar 1 Déc - 23:03

Le Diable et L'Amoureux


Pourquoi était-ce en train d’arriver? Pourquoi à moi? Pourquoi maintenant? Parce que j’étais sortie seule pour aller acheter du wasabi et parce que j’aurais dû être plus prudente. C’est des choses que je savais, même le gardien de mon immeuble avait tenu à me le rappeler. Pourtant j’avais été insouciante et j’allais en faire les frais. Je tentai de frapper plus fort, de me débattre, de crier, mais il n’y avait pas grand-chose à faire. Sa prise était solide et me faisait mal, je paniquais et commençais à avoir sérieusement peur. Ma respiration était difficile, entrecoupée, et je me sentais étouffer, mon regard parsemé de petits points qui dansaient. Je ne compris pas ce qui se passait, lorsque les grosses mains moites de mon ravisseur m’ont libéré et que mes genoux sont allés se fracasser au sol. Je me suis éloignée en un véritable réflexe de survie, mes mains nues avides de liberté, aidant mes jambes à me tirer de ce mauvais pas alors que j’étais encore trop secouée pour me relever. Lorsque j’eu gagné le mur un peu plus loin, je me retournai, respirant à grandes bouffées avant d’apercevoir la grande silhouette de mon stalker, aux prises avec un inconnu. Ce dernier l’emporta sans trop de difficultés, à mon grand soulagement.

Sans que je ne le remarque, mes épaules avaient commencé à se soulever en soubresauts incontrôlables et, sur mon visage de porcelaine maintenant crispé, des larmes roulaient. Décoiffée, recroquevillée contre un mur, regardant avec haine et incompréhension le corps immobile de mon agresseur. C’était sans doute un spectacle des plus déplaisants, mais voilà une pensée plus que superficielle. Une voix me rappela à l’ordre, m’incitant à la prudence à l’avenir, et il me fallu de longues secondes de réflexion pour comprendre qu’il s’agissait de la voix de mon sauveur. Je levai mes grands yeux ambrés vers lui, avec un peu de surprise. Comme si j’avais oublié qu’il se tenait pourtant là depuis un moment. Enfin, juste assez de temps pour avoir fait je ne sais quoi à ce stalker. Sa voix était égale, maîtrisée et confiante. On n’y décelait pas une seule trace de panique ou même de fatigue. Après l’avoir entrevu faire ce qu’il avait fait, j’eu presque l’impression que l’on venait de doubler sa réplique. Comment aurait-il pu être aussi détaché autrement? Sauf que son visage, lui aussi, s’alliait parfaitement à cette impression. Ferme, nullement ému ou ébranlé. On pourrait croire qu’il venait de faire un acte aussi normal et naturel que d’acheter, disons, du wasabi. Ce satané wasabi. Serait-il un policier? Ce serait la seconde fois que je rencontrais un membre des forces de l’ordre lors de mes déplacements, me dis-je en pensant à l’Inspecteur Lipz, quelque part dans le fond de ma tête. Ainsi ils me surveillaient vraiment? Non, pas de réflexions trop hâtives, cet homme pouvait être n’importe qui ou n’importe quoi. Je n’arrivais plus à penser rationnellement, encore trop sous le choc. Je devais le remercier, dire quelque chose!

- …go….gomen….nasai….

Pourquoi en japonais? Ce n’était pas en cette langue qu’il m’avait parlé, pourtant! Je faisais n’importe quoi. Je devais arrêter de trembler, me relever. Plus facile à dire qu’à faire, mais je posai une main contre les briques du mur derrière moi et, doucement, me remis sur pied. Ce n’était encore rien de très glorieux, mais allons y une étape à la fois, tout simplement. Je replaçai une longue mèche de mes cheveux de suie derrière mon oreille, reprenant encore un peu plus de contenance, ou du moins l’espérais-je. Mais qui essayais-je de tromper exactement?

- Merci…beaucoup. Je vous dois énormé…ment!

Ma voix avait flanché sur la dernière syllabe, se brisant dans l’aigu tout en s’étouffant d’un sanglot incontrôlé. Je plaquai mes doigts contre mes lèvres, comme gênée, pour faire disparaître cette maladresse, mais je n’avais rien pu y faire. Comme désolée par cette manifestation de délicatesse et de faiblesse dont je faisais preuve, c’est un regard honteux que j’eu pour l’homme qui m’avait aidée. De quoi avais-je l’air? Autant ne pas savoir, ce serait sans doute mieux. Je voulais sortir de cette ruelle, maintenant. Aller n’importe où ailleurs, peu importe. Simplement partir, mais avant. Mes iris encore brillants de larmes tombèrent sur la silhouette immobile et, d’un geste impulsif, je lui donnai un coup de pied dans les flans. Ce n’était rien de très fort et j’étais si peu assurée sur mes jambes que je passai plus près de tomber qu’autre chose, mais c’était très libérateur.

- Tu te vanteras de ça, kono yaro.

Après quoi je l’enjambai pour me diriger vers la sortie de la ruelle et donc, du même coup, vers mon sauveur. Ce qui devait arriver arriva toutefois, combinaison du givre hivernal et de mon état, et je trébuchai, m’accrochant au bras de l’inconnu pour ne pas chuter au sol et rejoindre le sale type. Ce n’était pas bon, je devais prendre le temps de me calmer, de respirer et de me poser un peu, sinon je n’arriverais à rien. Sauf que je n’en aurais pas le luxe. Je voulais juste me réfugier quelque part, en sécurité, et penser ensuite. Rien de plus et rien de moins. Sauf qu’en pleine rue, en fin de soirée, lorsque l’on est une personnalité relativement connue, c’est demander beaucoup. Il ne me restait qu’une seule option et même si je me sentais plutôt mal, je la saisi quand même. Sans doute était-ce parce que, pour une raison inconnue, cet homme qui m’avait aidé me rassurait. Probablement quelque chose dans la façon dont il avait géré la situation et dans son calme olympien. C’était très rassurant et j’avais besoin très exactement de cela.

- Si je peux faire quoi que ce soit pour vous remercier, je le ferai, mais s’il-vous-plait, pourriez-vous rester avec moi un peu plus longtemps?
Revenir en haut Aller en bas
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Sam 5 Déc - 19:28

Elle était visiblement terrorisée... C'était compréhensible, en un sens, mais la peur était un sentiment qu'Akando ne connaissait pas sous la même forme que la plupart des gens. Certains avaient peur de mourir, peur de souffrir, peur de perdre quelque chose de précieux... Lui, il n'avait peur de rien de tout ça. Pourtant, comme tout être vivant, il avait des craintes et des phobies, mais elles étaient d'un tout autre ordre. Ses peurs étaient très différentes. C'est pour cela qu'il n'avait jamais compris les personnes craintives ou peureuses. Elle voulait visiblement qu'il reste un peu avec elle, probablement pour ne pas se retrouver seule.

Après une légère hésitation, Callaghan finit par accepter. Il n'avait rien à faire de sa journée, et il pouvait bien l'accompagner un peu pour la protéger et la rassurer. C'était la moindre des choses... Ce genre de situation, il les trouvait très ironiques. Il était l'incarnation même d'un élitiste et égoïste, et pourtant, il se sentait parfois pousser comme un devoir de s'occuper des personnes relayées au rang de victimes. Alors il prit le temps de tirer le corps inerte de l'agresseur dans un coin de la ruelle, dans un tas de sacs-poubelle, d'une façon assez froide et détachée. On aurait dit que pour lui, c'était presque normal de faire ce genre de chose et il semblait presque habitué. Alors il lui répondit

« Aucun problème... Je vous raccompagne chez vous, ou vous préférez aller autre part ailleurs ? Je n'ai rien à faire, alors, c'est comme vous voulez. »

Pour autant, il s'exprimait poliment et de façon claire et calme, ce qui pouvait être un peu rassurant de ne pas être en présence de quelqu'un de nerveux et stressé. Il avait beau être presque trop maître de lui-même, son calme olympien pouvait être un poil communicatif sur la durée. En tout cas, il n'avait pas l'air malveillant, et c'était déjà un point plutôt rassurant en lui-même...

-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Mar 8 Déc - 21:05

Le Diable et L'Amoureux


La réponse de l’inconnu ne survint pas immédiatement. Au lieu de cela, il eu le réflexe d’aller littéralement jeter mon agresseur aux ordures. Voilà qui était… particulier? Ce temps mort me donna d’ailleurs l’occasion de me questionner sur la nature de ma demande et de terminer d’essuyer mes joues. Maintenant que je commençais à me calmer, j’hésitais quant à savoir s’il était entièrement rassurant ou s’il n’était pas un peu… différent? Enfin, je lui étais toujours très reconnaissante et je lui devais beaucoup, mais ses réactions, jusqu’à maintenant, me semblaient juste légèrement décalées. Était-ce véritablement un policier ou quelque chose de cet ordre? Sa manière de réagir aux situations urgentes semblait très évocatrice d’une profession ou, au minimum, d’une occupation demandant un certain self-control. Revenant vers moi, l’homme repris la parole de cette même voix égale et maîtrisée, parfaitement calme. Comme je préfère? Il n’avait rien à faire? Alors il se promenait dans les rues de manière aléatoire jusqu’à voir une jeune femme en détresse et être allé la secourir? Ou disait-il cela simplement pour être poli et serviable? Probablement, je réfléchissais beaucoup trop. C’était encore le coup de la panique. J’avais du mal à réfléchir normalement et je m’en retrouvais légèrement paranoïaque. Bien que, si cela compte pour quoi que ce soit, je pense que c’était tout de même relativement justifié après cela. Au moins mes jambes étaient redevenues solides.

- Allons prendre un café, je vous l’offre. Une boisson chaude me fera du bien.

Dis-je en me dirigeant directement vers la sortie de la ruelle, croisant les bras comme pour me réchauffer. Si j’avais su que je resterais dehors pour plus de temps qu’une vulgaire course de fin de soirée, j’aurais pris un manteau plus chaud. Dans tous les cas, je ne connaissais pas cet homme et n’avais pas envie de le ramener chez moi, là où nous serions seuls et de l’autre côté du gardien de l’immeuble. Valait encore mieux un endroit public et fréquenté où personne n’oserait faire quoi que ce soit de déplacé, ce après quoi je pourrais toujours prendre un taxi pour rentrer. Ce serait sécuritaire ou à tout le moins plus que de rentrer seule et à pied, sans Tsukimaru. Ces formalités réglées, j’avais pris la peine d’envoyer un message au fameux gardien de l’immeuble, à l’aide de mon portable. L’homme serait donc rassuré et ce, même si je ne rentrais pas dans les temps que j’avais estimé en quittant. Après avoir rangé l’appareil, je reportai mon attention vers l’inconnu, désormais curieuse. Le café le plus près était tout de même à quelques minutes de marche alors pourquoi ne pas démarrer immédiatement la conversation? Ce serait toujours plus confortable que le silence pesant de la rue. Sans oublier que je suis un être très social. Rien de tel qu’une conversation détendue pour se sentir mieux par la suite.

- Je ne crois pas avoir eu la chance de me présenter. Je m’appelle Megumi Uehara, merci encore pour votre intervention. Vous êtes monsieur?
Revenir en haut Aller en bas
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Mer 9 Déc - 23:59

Selon toute vraisemblance, la jeune femme semblait avoir des opinions mitigées. D'un côté, elle semblait un poil méfiante, mais pas trop. Juste intriguée par sa façon de faire froide et un peu... originale. Effectivement, Akando n'était pas forcément quelqu'un de subtil ou du genre à y aller de main morte pour réprimer ce qu'il jugeait comme étant un comportement inacceptable. Le pardon ne faisait pas partie de ses qualités les plus proéminentes... Elle lui proposa alors un café, ce à quoi il n'aurait absolument pas dit non : il faisait plutôt froid, et une bonne boisson chaude n'était effectivement pas malvenue

« Ça me va... Il y a un café juste à côté, ça fera largement l'affaire »

Alors il se mit en marche, et elle entama la conversation en se présentant. Effectivement, ils ne se connaissaient absolument pas, et il réfléchit un poil tandis qu'elle n'avait même pas terminé sa phrase, se demandant s'il devait réellement dévoiler son vrai nom. Mais visiblement, elle n'était pas une menace et, dans le cas contraire, il savait que si même un stalker à la petite semaine pouvait être un danger pour elle, ce n'était pas un véritable serpent sournois et malin comme lui qui serait mis en déroute. Alors pourquoi lui cacher son vrai nom... ?

« Vous pouvez m'appeler Akando... »

Il avait toujours une voix calme, contrôlée, et ils arrivèrent bien vite au café, s'asseyant avec elle. Pour lui, il ne prit qu'un chocolat chaud plutôt : il n'aimait pas vraiment le goût du café, ce qui pouvait être étonnant. On s'imaginait souvent que les grands criminels étaient de grands amateurs de cafés, cigares, alcools... Alors qu'Akando ne buvait pas, ne fumait pas et n'aimait même pas le café, aussi clean que possible. C'était également un de ses atouts : avec un esprit clair et toujours au taquet, il pouvait être bien plus concentré pour tout contrôler, tout analyser.

« Et sinon, il me semble... Je ne vous ai pas déjà vu quelque part ? Vous m'avez l'air familière... »

Il était presque sûr de déjà l'avoir vu quelque part... Dans une série, un film, enfin... Incapable de mettre le doigt dessus, mais il était pratiquement sûr !

-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Mer 27 Jan - 9:16

Coucou, cela fait un mois que le rp est sans nouvelles, est-il terminé ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   
Jeu 11 Fév - 10:14

Comme ton partenaire Akando a été supprimé à la suite du recensement, j'archive le rp.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Diable et L'Amoureux [Akando]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Diable et L'Amoureux [Akando]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?
» ♣ FILET DU DIABLE | RPG | HP
» Balade en amoureux (pv Charlotte)
» Mika-thinking... J'suis amoureux? (T-d-T, libwe)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persona RPG :: DETENTE :: RP terminés-
Revenir en haut
Aller en bas