Forum rôle-play inspiré de l'univers de Persona. Après un étrange évènement, les habitants d'Iteku ont obtenu la possibilité de changer de vie dans un nouveau monde.
 
Bienvenue à toi dans la Velvet room, Invité ! Ce forum existe entre les rêves et la réalité, entre l'esprit et la matière. Ci-dessous tu trouveras toutes les informations nécessaires pour comprendre son univers, ses lois. Oseras-tu affronter ton destin ?
Si vous avez le moindre problème, contactez un membre de notre SUPER STAFF !








Un chaleureux accueil pour notre petit nouveau ! Amuse-toi bien =D
Le codage et le graphisme appartiennent au forum Persona RPG. Merci à Ami d'avoir codé certaines parties du forum. <3 Merci aussi au site Never Utopia pour ses nombreux tutoriels, vraiment ce sont les meilleurs ! Le contexte a été élaboré par et pour ce forum. Toute tentative de reproduction, partielle ou complète, de notre travail sans autorisation est interdite. Respectez notre travail !
Derniers sujets

Partagez | 
 

 I'm not that bad, after all. [PV Chise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mar 16 Fév - 17:22

Précédemment -> Ici

Il avait passé le portail peu après elle... Au vu de leur premier contact, il se doutait bien qu'elle s'attendrait sûrement à avoir affaire à un homme probablement laid, repoussant, mal dans sa peau... Pourtant, rien de cela n'arriva. Celui qui sortit de l'écran avec un pas assuré et raffiné fut un jeune homme assez élégant, avec un certain charme désinvolte et pourtant dur au visage, qui semblait être l'opposé total de ce qu'il était en Noerphilie. Quelqu'un de suave et fluide, qui ne montrait pas à un seul instant le moindre signe de corruption. Quelqu'un qui inspirait même presque plutôt la confiance pour les moins observateurs. Ils n'étaient pas dans un endroit désagréable non plus... Ils étaient chez lui, à vrai dire.

Son salon était toujours rangé, comme à son habitude, Sif étant probablement partie travailler au vu de l'heure. C'était spacieux sans être excessivement tape à l'oeil, et bien entretenu. Qui qu'il soit, il n'était ni du genre à se parer de luxe, ni du genre à vivre dans la pauvreté. Quelqu'un qui choisissait l'entre-deux de profiter de ses ressources sans pour autant les gaspiller.

Il avisa les alentours avant de la regarder en coin... Le premier contact réel entre eux deux. Son regard était considérablement moins effrayant, avec des yeux normaux. Alors il soupira, se faisant une constatation intérieure : oui, désormais, elle avait vu son visage. Alors il était obligé de lui faire confiance, car désormais, elle possédait ce moyen de pression sur lui. Mais il préférait penser au positif de la situation, pour une fois, et lui fit signe silencieusement de le suivre. Ouvrant une porte, il y avait ce qui était probablement sa salle de travail : plusieurs ordinateurs, en batterie, et écrans, avec une organisation absolument parfaite

« La première partie du travail consiste toujours à effectuer ses opérations dans un environnement numérique... Je sais que c'est moins passionnant que de travailler sur le terrain, mais c'est indispensable. Celui qui part mal préparé est en général celui qui tient deux jours avant de finir dans un sac mortuaire »

Il mit en route ses machines, qui reflétaient visiblement une connaissance très poussée dans le domaine, commençant alors ses opérations... Transactions, messages, chantages... Tout allait trop vite pour qu'on puisse réellement voir ce qu'il faisait. Puis, après plusieurs minutes, son téléphone sonna, et il dut quitter la pièce pour répondre rapidement.

Son écran, cependant, était toujours allumé et son ordinateur accessible : ses messages, eux, reflétaient autre chose qu'un criminel attiré simplement par l'argent. On y voyait des messages de chantage adressés à des personnalités, parfois très connues, en raison de secrets honteux ou d'actes immoraux. Mais plus intriguant encore : il y avait des listes de personnes refusant ses menaces, et à côté, des fichiers contenant des plans détaillés... Des plans pour s'introduire, pour frapper, pour démolir... Qui qu'il soit, il n'était pas quelqu'un qui faisait ce qu'il faisait exclusivement pour le gain financier. Bien sûr, il y avait cet aspect et on voyait bien que cela payait, mais il avait surtout un certain goût pour la persécution de ceux qu'il jugeait être des ordures.

Son appel dura, un bon moment, dans l'autre pièce, sans qu'il ne revienne... Il prenait assez de temps, et cela semblait important.

-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mar 16 Fév - 19:40

Elle s'était attendue à tout sauf à ça... Il était totalement différent de ce à quoi elle s'attendait. Et même plutôt séduisant. Elle éloigna pourtant cette pensée très loin de son esprit, il n'était pas question qu'elle pense ce genre de chose de cet individu. Il avait un port altier, mais elle retrouva dans sa démarche la fluidité du monstre de l'autre monde. Ses yeux ne donnaient pas autant envie de détourner le regard. D'ailleurs, elle avait brièvement l'impression de le connaître. L'avait-elle déjà croisé auparavant? Elle avait beau réfléchir, elle ne voyait vraiment pas où. Et il ne lui en donna pas vraiment le temps. Il l'avait à peine regardé qu'il la conduisait déjà dans la pièce qu'elle avait aperçut quelques minutes plus tôt. Là, elle était intéressée!! Elle se leva de sa chaise sans se presser. Il ne devait pas non plus se douter de sa curiosité. Elle allait enfin découvrir l'envers du décors, contre lequel elle s'était battue toute sa vie. Un malaise se créa en elle à cette pensée. Était-il réellement juste de faire ce genre de choses? Il avait beau plaidé en faveur d'un cause plus grande que ce pour quoi Chise travaillait, mais elle ne se sentait pas en droit d'être ici.

En plus l'ambiance de la pièce était trop "normale". Elle ne s'attendait pas à ce genre de décoration de la part d'un criminel. Elle imaginait plutôt un endroit sombre et glauque, dans un sous-sol de préférence. En Noerphilie, il avait totalement le physique pour aller avec l'idée qu'elle se faisait d'une planque d'un criminel de son envergure. En le voyant sortir du portail, elle se rendit compte que même les personnes paraissant les plus ordinaires peuvent cacher un lourd secret. Dans un sens, elle se sentait bien dans cet appartement. Il lui fit alors l'introduction de son travail. Ça c'était une première. Chise croyait qu'il allait se contenter de se taire pendant tout le reste du temps, sans lui donner de plus amples explications. Après tout, ils s'étaient largement parlés dans l'autre monde, et elle pensait qu'il s'arrêterait là. Les criminels n'étaient pas censés dire tous leurs secrets de leur plein gré à la police... Quand elle avait accepté son marché, elle n'avait pas pensé qu'ils pu se considérer sans méfiance. Perplexe, elle entra à sa suite dans la pièce qui renfermait ses quatre ordinateurs et resta debout derrière lui à observer ses manipulations.

Les images défilaient bien trop vite pour qu'elle ait le temps de voir quoi que ce soit, et elle pariait qu'il le faisait exprès. Elle essaya de se concentrer sur certains mots et entre-aperçut quelques intitulés de post qui la firent frémir. "Drogue", "casino clandestin", "trafic d'enfants". Le dernier était particulièrement choquant et elle resta figée sur place. Soudain, la sonnerie du téléphone portable du maître chanteur la fit sursauter. Il décrocha rapidement et s'éloigna. Elle ne put saisir que quelques mots et finit par reporter son attention sur l'écran d'ordinateur. Un chat était ouvert. Le premier message venait apparemment tous de la même personne car la syntaxe se ressemblait et ils parlaient tous de chantage en bonne et due forme. Elle pariait qu'il tenait une liste de cela quelque part dans son ordinateur. Il aurait été impossible de s'y retrouver sinon. Regardant par la porte s'il revenait, elle tendit ensuite l'oreille pour vérifier qu'il était toujours en ligne. Après quoi, elle s'assit le plus discrètement possible sur la chaise de bureau. Intérieurement, elle pria pour qu'elle ne grince pas. Pourquoi n'avait-elle pas fait attention à ce détail plus tôt? Elle fut soulagée de constater que tout se déroulait parfaitement pour le moment.

Elle entreprit alors de réduire toutes les fenêtres ouvertes sur l'ordinateur et ouvrit l'explorateur de fichier. Fouinant dans ses documents, elle découvrit un tableau excel intitulé "Répertoire". Elle ouvrit le fichier et ne trouva qu'une liste de personne où suivait leurs numéros de téléphones. Rien de très notable. En ouvrant une page web, elle tapa le premier nom de la liste. Aucun résultat. Elle resta un instant à réfléchir, oubliant totalement la présence du propriétaire légitime de ces informations. Elle ferma ses recherches et rouvrit les siennes. Elle tomba sur l'annonce d'une personne ayant réussi à pirater un certains nombre de carte bleue et vendant les codes au plus offrant. C'était tout de même très étrange de vendre de l'argent contre de l'argent... surtout que l'acheteur potentiel n'avait aucune garantie que ce soit la vérité. Elle passa sur la suivante, parlant d'un trafic de femmes nord coréenne. Le regard de Chise se durcit. C'était tout simplement abject. Elle reconnu toutefois le nom comme faisant parti sur fameux "Répertoire" de son hôte. Elle tapa le nom sur internet et une fois de plus fit choux blanc. Mais quel était donc ce site? Un gigantesque canular?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mar 16 Fév - 19:58

Visiblement, la policière avait du être très absorbée par ce qu'elle regardait. Akando avait fini son appel depuis quelques bonnes minutes, et il se tenait là, dans l'encadrement de la porte... Il avait tout observé. Il la voyait, mais elle n'était pas en train de voler des informations. Elle parcourait son répertoire, plein de noms de code et de numéros de téléphone. Alors après un temps, il finit par parler

« Il n'y a aucune chance de trouver les personnes de cette liste sur internet... Pas de façon conventionnelle, en tout cas. »

Sa voix n'était pas énervée ou agacée... Il constatait simplement. Il avait les bras croisés, s'approchant lentement. Pourtant, il ne la vira même pas de sa chaise : au contraire. Il se pencha vers son clavier, sa tête juste à côté de la sienne, fixant l'écran. Alors il ouvrit une console et commença à entrer une suite de commandes incompréhensibles à une vitesse hallucinante, jusqu'à ce qu'une fenêtre rudimentaire et basique au possible ne s'ouvre, avec un unique champ pour entrer du texte. Il entra alors un nom de code, puis un mot de passe d'une longueur énorme, avant qu'un dossier ne s'ouvre.

Ce dossier contenait tout ce qu'il y avait à savoir... Trop d'informations à la fois étaient visibles, alors Akando se décida à lui expliquer

« Akira Takanagi. Il a fait passer plus de 140 femmes au Japon pour servir d'hôtesses forcées dans des soirées privées, en réalisant du chantage sur leurs familles. Depuis deux mois, j'ai éliminé un à un ses subordonnés en les exposant aux yeux d'une famille concurrente comme étant des vendus auprès de la justice pour avoir exposé un de leurs membres, pédophile protégé par le système. D'une pierre deux coups... Deux déchets incinérés en une seule fois. Maintenant, il n'a plus la confiance du crime organisé, ni celui de ses propres hommes. Ce soir, Takanagi sera visité par la police pour un appel spéculant la présence de drogue dans son appartement... Acculé et croyant à une arrestation pour ses crimes passés, ou pire, à des représailles des Yakuzas, il va sortir le pistolet présent dans le tiroir du haut de sa table de nuit et tirer une balle à bout portant dans sa tempe. Les esprits faibles réagissent toujours de la même manière... »


C'était assez incroyable d'imaginer qu'en bougeant à peine de chez lui, il avait pu mettre tout ça au point... Il ne prit même pas la peine d'appeler physiquement la police : au lieu de ça, il envoya une suite de commandes dans sa console, ce qui, selon ce qu'elle indiquait, avait "prévenu la cible". Qui que soit Akando, il agissait avec sournoiserie, mais... Au fond, ceux qu'il tirait vers le fond étaient des gens peut-être encore plus pervertis que lui. Qui était le monstre, et qui était le gentil ? La réponse était peut-être plus complexe que ça. Peut-être n'y avait-il ni monstre, ni gentil... Peut-être...

-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mer 17 Fév - 20:45

Elle ne l'avait pas entendu approcher et lorsqu'il avait prit la parole, elle sursauta. Faire peur aux gens à ce point ne devait pas être permis... Enfin c'était elle qui fouillait dans son ordinateur et après tout, elle ne devait certainement pas être dans une bonne position. Elle comprenait finalement ce que les gens ressentaient lorsqu'ils étaient pris en flagrant délit et ce n'était pas confortable. Elle allait ouvrir la bouche pour s'excuser quand elle se rendit compte du ton qu'il employait. Il n'avait pas l'air dérangé de l'avoir surprise. Ça c'était particulièrement surprenant... Il ne lui demanda pas de lui rendre son fauteuil, il s'approcha simplement, restant debout pour écrire sur le clavier. Leurs visages étaient trop proches et elle recula imperceptiblement. Ce n'était pas un geste de dégoût, juste de gêne. Elle venait de fouiller là où elle n'aurait certainement pas du et ce rapprochement soudain ne semblait pas naturel dans ce genre de situation. Elle avait perdu le fil de ce qu'il faisait un instant et lorsqu'elle se concentra à nouveau sur l'écran... elle ne comprit pas grand chose de plus.

Sa manipulation se finit par l'ouverture d'un fichier informatique impressionnant. Chise parcourut des yeux le document sans savoir vraiment où donner de la tête. Chaque personne a un système de classement différent, aux annotations différentes et celui de cet individu semblait particulièrement complexe. Il l'étonna toutefois une seconde fois, en prenant le temps de lui expliquer en détail son fonctionnement. Cet éclaircissement des choses ne lui plu tout de même pas. Il restait détaché en détaillant les atrocités qu'il avait perpétré. Il agissait peut-être pour une bonne cause, mais ses agissements étaient plus que répréhensibles. Et pourtant, il perpétrait tout cela sans même se lever de son siège. Elle était à la fois impressionnée et effrayée de la personne qui se trouvait en face d'elle. Comment pouvait-il prévoir tout cela avec une telle précision, sans que personne ne le remarque? Les trafiquants de femmes qu'il avait mis hors d'état de nuire était des criminels notoire que la police n'avait pas pu appréhender. Mais cette façon de les faire disparaître aussi simplement de la nature n'était pas humain. Elle ignorait encore à qui elle avait affaire et se demanda si elle voulait vraiment l'apprendre.

Lorsqu'il prévint la police en un seul clic, elle se demanda à quel point il avait orchestré leur rencontre même. L'avait-il manipulé depuis le début pour en arriver à ce moment précis où il se donnait le beau rôle? Évidemment de son point de vue, il s'agissait du beau rôle. De celui de Chise, les choses étaient beaucoup plus nuancer. La manière de faire était brutale et elle se demandait si tout cela était vraiment nécessaire. Et s'il se trouvait être un criminel inconnu du service de renseignement de la police, peut-être que parmi les disparus, certains d'entre eux étaient dans le même cas. Elle se détendit étrangement à cette pensée et s'en voulu immédiatement. En une seule démonstration de force, il avait réussi à la pervertir et elle n'en revenait pas. Elle hésita toutefois à tenter l'effet inverse sur lui. Elle pouvait peut-être réussir à contrôler un minimum ses actions s'ils devaient travailler ensemble... elle ne se voyait pas aller jusqu'à tuer des personnes pour parvenir à ses fins. Menacer, oui sans problèmes. Mais tuer? Il en était hors de question. Toutefois, avant d'imposer sa vision des choses il fallait qu'elle connaisse les raisons de ses actions. Elle se rendit alors compte qu'elle ne connaissait même pas son prénom... il serait peut-être temps de ne savoir pour bâtir une réelle relation de confiance.

"À dire vrai... je suis impressionnée. Pas que je sois réellement en accord avec tes actions, loin de là. Mais ton organisation pragmatique et calculée et tout simplement bluffante. Maintenant, j'aimerais savoir une dernière chose. Comment dois-je t'appeler?"

Cette tournure de phrase n'était pas satisfaisante. Elle l'avait sentie à la seconde même où elle était sortie de sa bouche. Il pouvait lui dire n'importe quoi et n'était pas tenu de lui dire son vrai nom. Avec lui, elle était particulièrement paranoïaque. Elle voulait pas dessus-tout lui faire confiance, mais elle n'osait s'y risquer. Il était un atout important, même si sa méthode de travail laissait à désirer niveau victimes collatérales... Il faudrait qu'elle lui en parle. Mais avant tout, elle avait besoin de son nom. Les gens ne se doutait pas du pouvoir qu'ils pouvaient avoir sur eux. Il suffisait de le prononcer sur la bonne intonation pour faire craquer le plus grand gaillard. Elle attendit donc une réponse, regardant fixement son interlocuteur. De plus, elle était curieuse de le connaître. Mettre enfin un nom sur un visage pourrai certainement l'aider à se détendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mer 17 Fév - 21:17

Akando observait ses réactions avec le plus grand intérêt. Quelque chose en la policière le fascinait... D'un côté, elle était fidèle à ses convictions en une certaine forme de justice. De l'autre, elle ne semblait pas répugnée à l'idée qu'il existe d'autres formes de rétribution. Et bien que le pirate informatique soit tout sauf un justicier dans sa tête, il fallait bien être objectif : ce n'était pas uniquement à but financier. Ses motivations étaient changeantes et, souvent, non-assumées.

Son regard se planta dans le sien quand elle lui demanda son nom... Son nom... Elle voulait pouvoir l'identifier. C'était là qu'il fallait faire un choix : lui faire confiance et dévoiler son identité, ou la laisser dans l'ombre et risquer de s'attirer sa méfiance. La décision à prendre serait capitale à partir de ce point-là. Son regard était intense, réfléchissant très longuement à ce qu'il allait lui dire, et finalement, il se décida à lui offrir une réponse.

« ... Callaghan. Akando Callaghan »

Ce fut tout ce qu'il lui dit. Son nom réel... Elle ne le réalisait peut-être pas, mais elle était désormais l'unique personne au monde à pouvoir associer son nom réel, son identité civile et, plus décisif encore, son identité criminelle. Pas même sa Lieutenante, Greyhound, ne connaissait son nom réel. Elle était désormais la seule personne à avoir toutes les armes pour le détruire, s'il le fallait. Si elle s'était abstenue de lui poser la question, il n'en aurait été que plus rassuré, mais si c'était nécessaire... Il n'avait pas le choix.

Son regard en disait long sur ses pensées... Il attendait la plus grande discrétion de sa part. Il lui faisait confiance, ce qui était probablement une première pour lui. Elle connaissait son nom, son passif, ses activités, et même son adresse et son identité en Noerphilie ! Si elle décidait d'utiliser ces informations contre lui, ça pourrait signifier un sort bien pire que la mort.

-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Jeu 18 Fév - 12:42

Callaghan. Akando Callaghan. Étrangement ce nom provoqua un déclic en Chise. Elle avait déjà entendu ce nom quelques part, et elle resta perplexe quelques instants, essayant de se remémorer où. Elle était déjà persuadée qu'il ne faisait pas parti des personnes recherchées par la police d'Iteku. Leur photos étaient placardées sur les murs. Elle fut légèrement contrariée par l'incompétence de ses comparses. Ils auraient au moins dû faire le lien entre un nombre incommensurables de crimes perpétrés par une main de maître. Enfin, en réfléchissant bien à son explication de tout à l'heure, Akando ne semblait pas vouloir tirer une quelconque reconnaissance dans ses crimes. Il tirait les ficelles d'une main de maître tout en restant dans l'ombre. C'était un profil criminel très différents de ceux que l'on recherchait actuellement. Ils étaient dangereux mais pas très intelligent... Elle se demanda si celui qu'elle avait en face d'elle ne faisait pas parti d'une organisation. Comment pourrait-il diriger autant d'opération seul de derrière un écran d'ordinateur?

Les regards qu'Akando lui lançait, étaient particulièrement dérangeant. Mais ils lui indiquèrent qu'il ne lui mentait pas. C'était assez perturbant de se dire qu'un criminel pouvait lui faire autant confiance. Elle se demanda ce qu'elle avait loupé dans sa carrière de policière pour se retrouver dans la situation actuelle. Jamais elle ne se serait pensée frayer avec l'autre camp et ses derniers faux pas l'amenait systématique de ce côté. Elle eut irrésistiblement envie de s'enfuir de cet endroit qui était la première source de ses problèmes. L'ennui c'est que sa curiosité la pousserait à vouloir y retourner. Elle avait une chance de savoir tout ce dont elle avait besoin pour résoudre son affaire, retrouver les disparus de Noerphilie. Pas de corps signifiait pas d'enquête, et il était plutôt dur de retrouver un corps dans un endroit où personne n'allait jamais le chercher. Comment entrée dans une sorte de transe, elle se mordait la lèvre en réfléchissant aux possibilités qui s'offraient à elle. Il n'y en avait aucune d'entièrement satisfaisante. Juste une moins pire que les autres.

Levant une nouvelle fois les yeux sur Akando, elle le retrouva dans une position qui se superposa parfaitement avec la photo d'un casier judiciaire qu'elle avait étudiée des années plus tôt. Il était plus jeune alors mais ses traits restaient les mêmes. Son regard dur, lui, n'avait pas changé. Désillusionné par les aléas de la vie. Elle se souvenait avoir étudié des cas de criminels disparus dans la nature. Chise avait directement pensé à un canular en voyant ses casiers judiciaires et les avaient éloignés de sa mémoire à long terme. Et maintenant et se retrouvait devant l'un de ces légendaires arnaqueurs. Elle ne se souvenait pas avoir lu une quelconque implication dans un meurtre à l'époque, simplement des piratages impressionnants. Elle se redressa inconfortablement de son fauteuil, ne sachant pas très bien comment réagir. Pourtant, il devait certainement en attendre une... Elle décida de jouer la franchise, il l'avait été, c'était maintenant à son tour de jouer.

"Honnêtement, je ne pensais pas que tu étais encore vivant..."

Cette phrase devrait suffire, non? Ainsi, il était au courant, qu'elle était au courant. Elle crevait un abcès dans leur relation, en espérant que cela ne la condamnerait pas à mort. Elle jouait toutefois sur un terrain inconnu et même si ses actions ne visaient que des criminels, sa façon de régler les problèmes n'était certainement pas la meilleure. Elle n'était pas sûre que ce soit le moment de le soulever. Elle s'attendait déjà à ses discours sur son incompréhension totale de la vie. Il fallait toutefois qu'il ouvre les yeux. Qui n'appréciait pas de vivre dans le monde des bisounours au moins une fois dans sa vie? Il faudrait peut-être qu'elle l'éclaire sur ce point. Elle se contenterait pour lors d'une brève remarque.

"Il me semblait qu'à l'époque, tu étais bien moins désabusé dans tes actes. Ou du moins que tu réussissais à régler tes affaires sans avoir à tuer les gens qui te dérangeaient un par un... D'ailleurs je ne me souviens pas avoir lu une affaire où tu n'étais pas visé personnellement. Qu'est-ce qui a changé?"

Après avoir respiré longuement, elle se reprit légèrement.

"Je veux dire, ce que tu as fait à ces trafiquants de femme pouvait être mérité. Mais ils ne s'étaient pas attaqués à toi premièrement, et ensuite tu ne peux pas appliquer ce genre de châtiments à de totales inconnus. À moins que ne pas connaître les gens t'es devenu plus facile à présent..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Jeu 18 Fév - 13:24

Elle connaissait son identité... Et visiblement, aussi son passé criminel. La surprise était visible sur son visage : subtile, mais perceptible. Il laissa un long soupir lui échapper, se trouvant pour la toute première fois depuis très, très longtemps dans une situation qu'il n'avait plus connu; il n'avait plus le contrôle total. En temps normal, c'était lui, le dominant. C'était lui qui ordonnait, et si il disait, on faisait. Lorsqu'il ne pouvait pas ordonner, il ne parlait pas, et il s'arrangeait pour pouvoir être en position de force, quoi qu'il dise. Mais là, c'était totalement l'inverse : il était en position de faiblesse. Elle le surplombait, elle savait tout de lui, et elle avait apparemment même eu la curiosité de recevoir son casier judiciaire directement des États-Unis.

Après tout, qui aurait pu relier un petit génie en informatique et vandale par-dessus le marché à l'un des génies du crime contemporain ? Il n'était certes pas le plus influent dans le domaine de la pègre, mais c'était justement ça, sa force. C'était un fantôme, personne n'était capable de mettre un nom sur lui, ni même une certitude de son existence. Il n'opérait pas toujours de la même façon, parfois entièrement à distance, parfois en faisant appel à des professionnels du crime organisé, parfois en utilisant la police comme un outil très efficace, et parfois même en se déplaçant lui-même pour accomplir le sale boulot.

Mais cette fois, c'est lui qui était à sa merci. Et bien qu'il ne se sente pas assez menacé pour en arriver à la peur, il commençait à réfléchir à ses choix. Seulement, il était trop tard pour faire marche arrière, alors autant aller jusqu'au bout...

« Je n'en attendais pas moins d'une travailleuse aussi acharnée... Il y a une différence quand à ce que l'on perçoit de la vie quand on est un adolescent, puis ce que l'on en voit quand on a goûté à tous les aspects du crime. Que ce soit en le subissant quotidiennement, en témoignant de toutes ses coutures répugnantes avec impuissance, ou en sentant le désespoir de le voir présent même au sein de ceux que l'on croyait représentants d'une certaine forme de justice »

Après avoir respiré un bon coup, il se leva, marchant un peu dans la pièce en reprenant son dialogue... Ce qu'il disait là, c'était la première fois qu'il en parlait à un quelconque être humain : il n'avait jamais dévoilé la moindre portion sincère de sa psychée à qui que ce soit. Mais il devait en avoir le coeur net : cette fois, plus de jeux mentaux, plus de tests, il lui montrerait juste qui il était, et ça serait à elle de juger de son choix

« Celui qui ne peut détruire le mal avec la solution la plus évidente doit ruser. Il doit le rejoindre, pour pouvoir le faire se consumer. Le crime, l'un des péchés les plus curieux et puissants de ce monde, est l'une des formes les plus impures de mal qu'il existe. C'est alors que je me suis rendu compte d'une chose simple... Les gens sont si aisés à manipuler. Ils sont des livres ouverts dans lesquels il suffit de lire quelques chapitres pour pouvoir faire d'eux ce que l'on veut. Mais alors si on prend le temps de lire ce livre en entier... ? Ce sont nos esclaves. Si on veut qu'ils soient à un endroit précis à une date et une heure précise, ils y seront. Il n'y aura pas d'aléatoire. Si on veut les pousser au suicide, ils se tueront. Si on veut qu'ils soient en couple avec quelqu'un, ils le seront. Je sais tout d'eux, ils sont mes pantins si je le désire et ils sont aussi malléables qu'une boule de pâte entre les mains d'un boulanger. Je connais tout de leurs vies, de leurs transactions financières aux membres de leurs familles jusqu'aux petites habitudes qu'ils ont le matin en se réveillant. Il est tellement facile de manipuler les esprits faibles... Jusque-là, rien ne s'est passé de façon tellement différente de ce que j'avais prévu. Mais... Toi... »

Il se tourna alors vers elle, son regard dur se faisant plus compréhensif, curieux, et intrigué. On le sentait réellement tiraillé, mi-admiratif, mi-craintif. Son vrai visage apparaissait : celui d'un homme dont l'intelligence était exceptionnelle, mais si exceptionnelle qu'elle en était un danger incommensurable, aussi bien pour lui-même que pour ses victimes

« Toi, tu n'as pas un seul instant fait les choses comme je le voulais. Tu me résistes... Je n'arrive pas à te contrôler. Tu as beau le nier et essayer de fuir, je le vois bien dans tes yeux, oui... Tu cherches à fuir ton intérêt pour tout ça, pour ce véritable jeu de la domination qui se mène avec mes victimes, parce-que tu penses que tout ça est bien trop malsain. Mais tu ne te rend pas compte ? C'est la seule chose qui compte, au final. Le peuple est dépassé par le crime et les forces de l'ordre ne peuvent pas en venir à bout ? Très bien, alors je relève le défi. Certains diront que je suis un Justicier qui ne s'assume pas, d'autres un malade bon à enfermer. Mais les résultats sont là : si je souhaite que n'importe qui en ce monde tombe, quel que soit le temps que ça me prendra, quels que soient les efforts et les moyens déployés, oh il tombera... Et je n'ai jamais prit autant de plaisir qu'en sentant cette adrénaline, cette probabilité infime qu'un plan échoue à chaque seconde. Et, juste au moment fatidique où on se dit qu'on pourrait y passer, les prévisions s'avèrent justes. Tu refuses peut-être de le voir, mais toi et moi, nous sommes fait du même matériau. C'est ce qu'on en a fait jusque-là qui diffère »

Finalement, il s'approcha de nouveau d'un pas, ouvrant alors un dossier sur son ordinateur. Ce dossier... Il contenait d'un côté une liste de noms, puis des images associées... Des articles de journal, des photos montrant des scènes de meurtre, mais aussi des données volées recensées sur son ordinateur, des films pornographiques complètement immoraux, des clichés de snuff-movies, des photos prises pendant des soirées privées de grands barons de la drogue... Tout y était pour se sentir dégoûté et révolté

« Voilà tout ce qui se passe au nez et à la barbe de tous ceux qui servent la justice... Vous voulez espérer qu'un jour vous pourrez coller un procès à quelqu'un assez riche pour corrompre tous les avocats et juges de la planète ? Très bien. Le temps même que vous trouviez seulement rien qu'un de ses sous-fifres réticents à l'interrogatoire, je l'aurais déjà éliminé, quelle que soit la brutalité et la cruauté de ma méthode. Lorsque mes proies montrent autant d'humanité que de véritables démons... Je ne fais que leur offrir le goût amer de leur propre médiocrité. Au fond, cette créature que je suis en Noerphilie, ce n'est qu'un reflet de ce que les autres refusent de voir en eux... Le mal qui sommeille en tous. Le mal qui peut naître d'une graine innocente et, un jour, devenir un virus capable de contaminer un monde entier »

Cette dernière phrase... On sentait tout de même qu'après réflexion, il l'avait prit pour lui-même comme un coup de poignard dans le coeur. Oui, lui-même était un monstre, dans le fond. Il agissait par rage et par extase du danger, mais aussi parce-que son cerveau et son intelligence étaient comme un animal frénétique demandant toujours encore. C'était presque devenu une dépendance à cette destruction si étrange, contrastée par ces instants de paix et de sérénité qu'il parsemait dans sa vie comme des instants d'introspection durant lesquels il ne s'offrait qu'à lui-même...

Un long soupir quitta sa gorge, et il se recula très légèrement. Cette fois, il lui avait tout dit. C'était à elle d'en faire ce qu'elle voulait.

-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Dim 6 Mar - 23:37

La première justification qu'Akando lui donna la mis mal à l'aise. Elle comprenait le fait de pouvoir dévier à ce point et de s'enfoncer de plus en plus dans la criminalité. Mais qu'il ne lui dise surtout pas que c'était pour arranger les choses. Elle ne pouvait tout simplement pas le concevoir. Elle ne percevait même pas très bien pour quelle raison une personne en venait à s'orienter dans cette direction. Peut-être était-ce aussi une question de tentation. L'adrénaline ressentit lorsque l'on commettait un acte illégal, devait très certainement s'apparenter à la meilleure des drogues dures du marché. Elle connaissait son passé dans les grandes lignes, de part ce qu'elle avait lu sur son casier judiciaire, elle n'avait cependant jamais pensé qu'il aurait pu en arriver là. Il aurait dû rester un simple délinquant, purgeant une peine de prison ridicule pour un acte qui l'était tout autant. Et pourtant, il se retrouvait au centre de cette organisation criminelle, essayant de faire justice seul. Ce n'était pas normal. Il n'aurait pas dû tourner ainsi à vouloir s'occuper de crimes n'ayant aucun lien avec son activité principale.

D'ailleurs qu'elle était-elle? Elle avait très certainement dû changer depuis les petits larcins dont il était l'auteur. Et malgré tout ce qu'il lui avait montré jusque là, elle n'arrivait pas à discerner son but dans cette histoire. Elle définissait plus son activité comme un passe-temps lucratif. Et c'est ce qui lui faisait le plus peur. Lorsqu'il continua à parler en faisant les cent pas, la crainte de Chise s'affermit et son coeur commença à battre violemment. Manipuler les gens... oui c'était une chose facile. Elle-même le faisait régulièrement pour pouvoir utiliser des aveux. Mais elle le faisait à bon escient. L'échelle qu'il décrivait la fit frissonner. Ce n'était pas naturel de se vanter de ce genre de choses. Lorsque finalement ils se retourna vers elle, la caressant du regard, elle fut paralysée. Il l'étudiait et cette fascination qu'elle ressentait à travers tous les pores de sa peau ne la rassura pas particulièrement. L'objet d'intérêt d'un criminel finissait rarement bien le reste de ses jours. Le pire était certainement qu'il essayait de la tirer vers son camp. Elle devait s'avouer avoir été un instant impressionnée par ce qu'il se passait sur l'ordinateur d'Akando, là, elle était tout simplement effrayé par la proportion que prenait les choses.

Elle ne souhaitait certainement pas être à la source d'autant de manipulation. Elle serait simplement incapable de se regarder à nouveau dans le miroir. La notion de plaisir qu'il exprimait fit briller ses yeux. Il était fou. C'était la seule explication rationnelle à son mode de fonctionnement. Personne de censé ne pourrait exprimer ce genre de choses en étant sérieux. Évidemment chaque personne garde ce genre de pensées dans un coin de sa tête, mais de là à y croire réellement. C'était cette limite que cette esprit malade avait franchit. Ses agissement se voulait juste, et en se vantant de ne pas être un justicier, il prouvait croire le contraire. Il avait toutefois raison sur un point. Ils avaient suivit un chemin nettement différent. C'est de cette manière que Chise pouvait voir la folie de son raisonnement, si elle avait été un esprit faible comme il semblait décrire 99% de la population, elle aurait largement été impressionnée par ses propos. Elle serait très certainement rentrée dans son jeu et aurait pu le suivre jusqu'au bout du monde. Mais ça n'arriverait jamais. Elle hésita réellement à continuer d'entretenir une quelconque relation professionnelle avec lui, ne sachant pas vraiment si la laisse dont elle le pourvoirait tiendrait suffisamment longtemps pour l'éduquer à un comportement plus convenable.

Il ne se laisserait certainement pas faire. Non seulement cela, mais en plus, si elle y arrivait. Il ne devrait plus jamais se servir du réseau et des extraordinaires capacités dont il était pourvu. Mais en tant qu'être humain, elle ne pouvait tout simplement pas le laisser dans sa folie. Il garderait forcément quelques habilités ne l'obligeant pas à replonger dans ses délires. Lorsqu'il se rapprocha une nouvelle fois de l'ordinateur, elle posa sa main sur son avant bras pour essayer de faire cesser ses tremblements. Elle avait du mal à contrôler son effroi et son scepticisme face à sa solution miracle. Elle était fascinée par son entreprise, mais jamais elle ne pourrait y prendre part. Zyeutant la porte entrouverte, elle hésita à trouver une excuse pour s'échapper de cet pièce. L'atmosphère devenait étouffante. Il pensait représenter le mal dans son ensemble en Noerphilie. Ce n'était pas vrai. Il représentait sa vision du monde, obscurcit par une enfance trop mouvementée et un enchaînement d'expériences traumatisantes. Elle se leva de sa chaise, prête à s'éloigner en courant de son appartement. Elle se contenta de tâter machinalement la poche de sa veste contenant son paquet de cigarette. Elle le sorti et en prit une.

"Excuse-moi, j'ai besoin de digérer tout ça un instant. J'imagine que je peux emprunter ta terrasse."

Elle lui fit un léger sourire et s'éclipsa de la pièce. D'un coup elle pu respirer plus librement et en voyant un rayon de soleil éclairer paisiblement l'entrée de cette pièce oppressante, elle en vint à une unique conclusion. Pour changer son mode de fonctionnement, il faudrait changer sa vision des choses. La tâche s'annonçait rude, mais le résultat n'en serait que plus satisfaisant. Revenant légèrement sur ses pas, elle passa la tête par la porte.

"Tu m'accompagne? Désolée mais je déteste fumer seule, je préfère discuter tranquillement en bonne compagnie. On reparlera plus tard de tout ça si tu veux bien, j'ai besoin de m'aérer l'esprit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Lun 7 Mar - 0:11


Akando déraillait... C'était clair et net. Mais il savait pertinemment quel genre de relation Chise entretenait avec ce mafieux, Morgan. Bien qu'il soit au-dessus de la panique pouvant pousser un homme à blesser un être proche de lui pour une simple question de jalousie. Il n'était pas comme ça, non... Il ne pouvait pas se résoudre à commettre des actes qui n'auraient d'explication qu'au sein d'un esprit faible. Il devait tenir bon. Mais plus le temps passait, et plus le peu de raison qu'il lui restait s'en allait à la dérive, laissant place à une folie intense et destructrice, aussi bien pour lui que pour les autres.

Mais comment faire prévaloir son point de vue lorsqu'on est incapable même de se comprendre soi-même ? Il était incapable de prévoir lui-même ce qu'il pourrait faire dans ses accès de folie. Mais pour le moment, il ne pouvait faire qu'une chose : patienter. Du moins, pour le moment. Il avait des projets bien plus grands... Il avait bien vu son expression horrifiée; en définitive, elle ne partageait pas son point de vue. Et il savait très bien qu'elle ne le partagerait jamais.

Au fond, c'était lui qui finissait plus effrayé qu'autre chose : et si elle le rejetait définitivement, même en tant qu'ami ? Et si elle le détestait ou décidait de révéler son identité au monde entier ? Il valait mieux ne pas y penser, Chise était plus intelligente que ça... Elle savait qu'Akando était capable de déployer les moyens de la réduire au silence si elle tentait quoi que ce soit contre lui. Seulement, ce qu'elle ne pouvait pas savoir, c'est que même s'il était contraint de le faire, il y aurait une très forte chance qu'il ne puisse jamais le faire. Blesser Chise était pour lui quelque chose de totalement impossible. Et c'est là qu'elle quitta la pièce. Est-ce qu'elle allait s'enfuir ? Se cacher ? Tenter de le faire tomber ? L'angoisse montait peu à peu, au fil du temps...

Puis elle lui demanda de venir. Au moins, elle tentait de détendre l'atmosphère, ce qui lui arracha un long soupir rassuré en la sachant juste à côté. Il se dirigea donc vers son balcon, reprenant sa composition plus ferme et digne, tentant de se calmer. Il la rejoint, calmement, son regard scrutant l'horizon... Il se demandait s'il devait lui parler de... D'elle et de Morgan. D'un côté, les voir ensemble le consumait de rage et de jalousie, mais de l'autre, il souhaitait qu'elle soit préservée de tout malheur. Il décida alors d'aborder le sujet au moins avec un peu plus de distance

Ça te surprendra peut-être, mais... Je suis aussi au courant pour le mafieux, Morgan. Et ne me demande pas comment. Je le sais, c'est tout.

Il laissa un léger silence, puis il tourna la tête. D'un côté, on pouvait sentir comme une sorte de soutien de sa part, de l'autre... Comme quelque chose de caché, d'imperceptible et qui ne sortait pas, quelque chose de bloqué et de complètement impossible à définir. Alors il poursuivit la discussion, ces sentiments mixtes se mélangeant dans sa tête toujours plus

C'est un bon type. Ne laissez pas les milieux dans lesquels vous êtes vous séparer... Crois-moi, il y a peu de choses qui sont pires que de se faire du mal comme ça. Si vous vous aimez vraiment, profites-en et ne laisse rien te barrer la route, d'accord ?

Pendant un instant, il avait été complètement différent. Certes, il avait toujours cette prestance d'un génie criminel qui savait un nombre de choses presque effrayant grâce à des moyens qu'il valait mieux ne pas même imaginer, mais il y avait quelque-chose qu'il n'avait alors jusque-là accepté de montrer à personne : une facette beaucoup plus humaine. Derrière le monstre qu'il représentait, il y avait bel et bien un être humain, qui ressentait des choses, bien qu'elles soient si compliquées qu'il était très dur de les déchiffrer. Ironiquement, c'était cette facette beaucoup plus empathique et sensible de lui-même qui poussait l'homme brillant qu'il était à succomber à des passions macabres et dangereuses, mais il y avait comme une petite lueur. Il était certes déjà complètement engagé sur le chemin de la folie, mais il y avait une part de lui qui ne voulait pas tomber, qui restait debout...


-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Sam 12 Mar - 1:49

Elle le suivit jusqu'au balcon et mettant sa cigarette à la bouche, l'alluma immédiatement. Ses nerfs allaient lâchés si elle n'avait pas sa dose de nicotine très rapidement. Oui, c'était une addiction pour le moins énervante, mais c'était la seule qu'elle pouvait se permettre. Dès la première bouffée, elle sentit ses muscles se détendre. Ça faisait un petit moment qu'elle n'avait pas fumer, et ça se ressentait. Elle alla automatiquement s'accouder à la rambarde, ne faisait pas vraiment attention à ce qu'Akando faisait. Après son discours de tout à l'heure, elle ne savait pas vraiment comment engager la conversation. Il était une énigme pour elle. Il lui faisait peur et en même tant un peu pitié. Sa vision du monde était tellement perturbée par un image malsaine, qu'il ne se rendait peut-être pas bien compte de la folie qui le consumait. Et elle souhaitait par-dessus tout l'aider à ce sujet. Bien qu'il était certainement sûr qu'il n'accepterait aucune aide. Et particulièrement la sienne, vu comment il l'avait définie tout à l'heure.

C'est alors qu'il prit la parole. Il aborda un sujet tabou, dont elle n'avait parlé avec personne jusqu'à lors. Elle et Morgan. Il y avait de quoi écrire un drame shakespearien. Elle était entre autre un peu étonné qu'il soit au courant de cette histoire. Elle allait même lui demander de quelle manière il l'avait appris. Mais quand elle se tourna vers lui pour lui poser la question, elle se rappela à qui elle avait affaire et s'épargna le ridicule. Il enchaîna ensuite sur la partie de la conversation qui la dérangeait. Ne pas laissez les milieux qui les séparaient se mettre en travers de leur relation. C'était une belle philosophie, quoiqu'un peu simplette. Ce n'était pas si simple, rien ne l'était réellement. Et pourtant, il le disait d'une manière si douce et compréhensive, tranchant tellement avec son ton habituel, qu'elle ne sut pas tout de suite comment réagir. Il la soutenait. Ce parfait inconnu qu'elle détestait encore en début de journée était peut-être le seul à pouvoir comprendre sa situation. Elle tira une autre taffe de sa cigarette, s'accordant un autre temps de réflexion.

"Ce n'est pas si simple. Cette relation est vouée à l'échec."

Chise se tourna vers lui, toujours adossée au rebord. Elle se mit à sourire, repensant aux derniers rendez-vous secrets qu'elle avait eu avec Morgan. Mais très vite, ce sourire s'évanouit. Après tout, il fallait toujours accolé le "secret" à tout ce qui tenait à leur relation. Chacun savait ce que l'autre faisait, mais il y avait toujours des détails flous des deux côtés. Révéler tout ce qu'il se passait au commissariat à un futur parrain de la mafia n'était particulièrement pas une bonne idée. Et dévoiler les activités criminelles de ses paires, ne devait pas non plus être dans l'optique de Morgan. Le temps d'un instant leurs entrevues étaient magiques, même féeriques. Mais c'est alors que leurs milieux s'insinuaient entre eux. Ils ne pourraient jamais rester ensemble s'ils tenaient un temps soit peu l'un à l'autre. La solution résidait peut-être dans le drame de Roméo et Juliette. Se faire tout deux passer pour mort et s'enfuir loin de cette ville maudite. Mais en son âme et conscience, Chise savait qu'elle ne pourrait pas abandonner ces gens à leurs tristes sorts. L'arrivée de la Noerphilie était problématique.

D'un autre côté, peut-être que si elle n'avait pas existé, ils ne se seraient jamais retrouvés. Et ils n'auraient donc pas eu tous ces ennuis...

"J'aimerais simplement une chose. Finir mon travail sur la Noerphilie. Détruire cette Mayonaka Channel une bonne fois pour toute et enfin pouvoir m'enfuir à ses côtés. Elle marqua une pause, fixant Akando sans le regarder vraiment. Mais c'est un rêve d'enfant. Ça n'arrivera jamais. Et en attendant, cette relation est impossible."

Elle finit alors par planter ses yeux dans les siens et un léger sourire se forma sur ses lèvres.

"Tu es vraiment la dernière personne à qui j'aurais cru parler de tout ça. Mais d'un autre côté ça fait du bien... Merci."

Prenant une nouvelle bouffée de sa cigarette, elle se retourna vers le vide pour lâcher les cendres et réfléchir à sa situation. Elle était policière et entretenait une relation avec des criminels notoires. Quel comble!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Sam 12 Mar - 2:22


Au moins, on pouvait constater qu'Akando avait réussi finalement à se contrôler, à calmer ce sentiment qui le poussait à se sentir piégé dans un coin. Il la sentait comme perturbée, en revanche... D'un côté, elle semblait mal à l'aise avec cette relation. De l'autre... Il avait la ferme conviction qu'elle trouvait des problèmes là où il n'y en avait aucun. Ils étaient de milieux différents, et alors ? Le jugement des autres, après tout, est bien futile lorsqu'on parle de sentiments sincères. Et ça, il comptait bien lui expliquer...

... J'ai toujours détesté Roméo et Juliette. Cette histoire sans aucun sens logique et moral ne montre que deux jeunes prenant des décisions extrêmes et stupides alors que la solution est, elle, très simple en réalité. Tu cherches une solution à un problème qui n'en a pas. Il y a une chose que je peux certifier : dans ma vie, j'ai vu plus de choses même que tu ne peux vaguement l'imaginer. L'information est presque comme un énorme compendium que je suis libre de feuilleter à ma guise...

Il marqua une légère pause, observant la ville en contrebas. Tout avait l'air tellement petit et insignifiant, vu d'ici... Dire qu'il aurait eu de quoi se payer des villas par centaines, et qu'il choisissait de vivre dans un appartement plutôt correct mais sans grand luxe...

Est-ce que tu as une idée de la raison pour laquelle je suis l'homme le plus seul au monde ? Car personne ne passe sa vie avec un monstre. Ce n'est pas une opinion ou un point de vue, c'est un fait. Ceux comme moi peuvent affirmer finir leur vie étouffés dans une quantité d'argent que tu ne pourrais mathématiquement même pas imaginer... Mais ton fils de mafieux, c'est très différent. Lui, il préfère profiter de la vie plutôt que du business. Vous allez trop bien ensemble... Tu comprend, ça ?

Il semblait presque s'enfoncer lui-même un poignard au cœur, sa voix commençait à être légèrement trouble... À vrai dire, Akando n'avait jamais pleuré de toute sa vie, et il espérait ne pas s'y mettre aujourd'hui. C'était de plus en plus dur de retenir une éventuelle larme, mais il tenait bon : pour elle, pour Chise... Il devait être plus fort, plus assuré. Et pour ça, il devait faire marcher ses relations

Voilà ce que j'ai à te proposer... Sa famille est une mafia familiale, ainsi, il y aura une succession, ce qui veut dire qu'il faudra choisir un héritier pour garder le contrôle des affaires. Je peux m'arranger pour que... Morgan... Il n'en hérite pas. C'est peut-être une assomption, mais j'ai l'intuition qu'il ne souhaite pas ce poste. S'il avait à choisir entre reprendre le flambeau et vivre avec toi, il choisirait la deuxième option. Alors tu vas garder espoir : cette relation, tu l'auras, même s'il faut que j'y travaille nuit et jour jusqu'à ce qu'il comprenne que sa vie est avec toi et pas dans des magouilles criminelles. Compris ?

Il y avait quelque chose de décidé dans sa voix, mais également de complètement détruit... Il n'agissait pas à contrecœur, car il aurait tout fait pour que Chise puisse être heureuse dans sa vie. Même s'il devait la pousser dans les bras d'un autre. Il fallait bien qu'il s'y résolve : certains étaient destinés à aspirer à une vie heureuse, en la compagnie d'un être aimé. Lui, c'était un prédateur solitaire. Il ne pourrait jamais aimer ou être aimé, et personne ne chercherait jamais à connaître un autre homme que celui-ci. Derrière le meurtrier, le manipulateur, l'homme froid et déplaisant qu'il était, il y avait quelqu'un de très sensible, quelqu'un qui était presque atteint de co-dépendance, et c'était une lutte d'autant plus difficile en présence de Chise.

Peut-être bien que c'était ça, son destin... Peut-être que la vie l'avait doté de cette intelligence hors-norme pour une bonne raison. Peut-être qu'il n'était tout simplement pas fait pour aimer... Et chaque seconde qui passait le persuadait encore plus dans cette idylle effrayante et d'une tristesse absolue. Bien que cela ne dévaste encore plus son cœur, il en était désormais assuré : ce n'était pas un homme. C'était un prédateur. Oui, c'était bien ça... Un carnassier se nourrissant de toutes ces émotions humains abominables.

Akando ne pleurait toujours pas. Mais on pouvait voir ses iris légèrement brillants... Très légèrement. Il fallait être très observateur pour remarquer ce très léger changement d'humidité, mais il était bien présent. Il n'était encore jamais tombé amoureux, et c'était peut-être lui, au final, le réel perdant de l'histoire. Les comédiens portaient mille et uns visages, et tout le monde savait les reconnaître. Mais le technicien en coulisses, bien que doté d'un pouvoir absolu sur toute la scène, n'était rien de plus qu'une ombre destinée à modeler le cours des choses sans jamais qu'on ne rejoigne son cocon ténébreux et maussade.


-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Sam 19 Mar - 19:47

Chise ne s'attendait pas à ce que sa relation avec Morgan puisse être comparable au drame de Roméo et Juliette... Ils n'avaient pas parlé de méthodes aussi drastiques et tortueuses pour enfin parvenir à être ensemble. Le fait aussi qu'Akando puisse insinuer qu'ils étaient idiots et stupides ne la conforta pas non plus dans l'idée d'en faire son confident. Elle lui avait juste expliqué, en termes brefs, que leur relation était vouée à l'échec. Certes, elle avait aussi abordé le sujet de s'enfuir avec lui, mais ça n'était pas allé plus loin. Il semblait lui-même s'embrouiller dans ses propos. Quel était le rapport avec sa situation et le fait qu'il était un magnat des informations? Chise porta une nouvelle fois sa cigarette à la bouche tirant une autre taffe en attendant qu'il réussisse à rassembler ses idées. Elle ne voyait vraiment pas où il voulait en venir, et la journée avait été assez longue pour qu'elle ne fasse pas jouer son esprit de déduction lors de sa pause.

Le mélo prit alors le dessus sur la discussion. Malgré ses paroles, il ne semblait pourtant pas s'apitoyer sur son sort, et c'est ce qui rendait la situation inconfortable. Il se vantait de sa fortune mais déplorait sa solitude. Chise pensa automatiquement que beaucoup plus de personnes iraient vers lui s'il arrêtait de prendre tout le monde de haut. Ce n'est pas grave de considérer une personne inférieur à soit, ça fait du bien à l'égo. Mais le montrer aux autres ne risque pas de les attirer. Elle même avait l'impression d'être une enfant devant écouter les paroles de son grand-père, qui avait décidé de lui apprendre la vie sur la fin de ses jours... C'était une comparaison absurde et elle faillit presque s'étouffer en avalant une autre bouffé de fumer. Il en vint alors à parler de sa compatibilité avec Morgan. Elle n'avait jamais pensé qu'ils étaient trop bien ensemble. Elle se sentait juste bien à ses côtés, comme avec personne d'autre, mais cela lui suffisait amplement. Même si ses problèmes de famille et son travail les éloignait un peu plus chaque jour, elle savait qu'elle ne trouverait personne d'autre qui lui convenait à ce point. Et c'était peut-être aussi son éducation mafieuse qui l'avait attiré de prime abord.

La suite de la conversation devint toutefois un peu plus dure à digérer. Ce qu'il lui proposait était hors de question. Si jamais un jour Morgan découvrait le rôle qu'elle avait joué dans tout ça, (et il le découvrirait certainement), il ne le lui pardonnerait jamais. Il avait été très clair sur la fait que sa famille était oppressante, mais il l'aimait. On ne peut pas toujours forcer les choses à aller dans le sens que l'on voudrait. Et puis comment comptait-il "s'arranger' ou "faire en sorte"? Il pouvait maîtriser autant d'informations qu'il le voulait, le fait qu'il soit seul, comme il le disait si bien, ne lui permettait certainement pas de parvenir à cette accord sans faire tomber quelques têtes. Il se mettait lui-même en danger et elle ne comprenait pas comment il pouvait lui proposer ce genre de choses. Ce n'était pas une cause aussi grande pour mettre en place une opération aussi impressionnante. Il s'agissait juste d'une histoire d'amour banale que les problèmes de société compliquait légèrement. Et puis, une autre chose la dérangeait, et elle ne tarda pas à aborder la question. Elle jeta la cigarette qu'elle venait de finir par dessus le balcon et lui fit face.

"Tu n'interviendras pas dans ma vie, ni dans la sienne de cette manière. Tu parlais de l'idiotie du plan de Roméo et Juliette pour finir ensemble... tu crois que ce plan est meilleur? C'est une histoire que nous réglerons nous-même, même si cela nous prend toute une vie. Tu ne peux pas manipuler les gens dans une affaire de coeur. Quand la raison s'en mêle, ce genre de relation ne sont jamais vécue de la meilleure manière qui soit."

Ses propos se voulaient durs, mais elle espérait qu'ils ne l'étaient pas trop.

"Ta proposition est alléchante. Mais tout simplement inacceptable. Akando, je viens juste de te rencontrer! Comment peux-tu penser que je te confierais ma relation avec Morgan aussi facilement? Ce n'est pas un de tes jeux de pouvoir, juste un problème à échelle humaine, pouvant être régler bien plus simplement."

Sa voix monta légèrement d'un ton. Elle la sentait aussi trembler légèrement. Les émotions qui l'assaillaient, naviguaient entre la déception et le désespoir. Elle n'aurait jamais imaginé qu'Akando était le genre de personne à faire ce genre de proposition, et s'il l'avait fait, c'est qu'il avait très certainement juger sa situation avec Morgan comme vouée à l'échec. Elle le savait déjà, mais en prendre réellement conscience, via la vision d'un homme totalement à part de leur relation, était détestable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Sam 19 Mar - 20:35


Chise était intelligente, mais elle avait cette étrange manie de s'interdire le moindre bonheur possible. Akando savait pourquoi il ne pouvait pas, lui, être heureux : car il était un monstre. Une bête féroce et pernicieuse que personne ne voudrait se risquer à apprivoiser puis à côtoyer. Mais elle... Chise... C'était une femme brillante, charmante et, par-dessus le tas, d'une grande beauté. Intérieurement, il paniquait. Elle refusait toute proposition de sa part ? Elle ne lui offrait pas la moindre once de confiance sur ce point-là ? Et que voulait-elle dire par "un problème à échelle humaine" ?! Non, pour Akando, tout acte était une bataille. Un véritable acte de guerre. Et pire encore, elle semblait presque comme le juger. Et ça, c'était le pire des regards qu'Akando pouvait percevoir.

Ses mots étaient le dernier pieu qu'on pouvait lui planter dans le cœur. Lui parler d'un problème à échelle humaine, au fond, c'était comme lui rappeler que lui, au plus profond de son âme, il ne l'était même pas, humain. Même en Noerphilie son apparence reflétait l'immondice qu'il était et qu'il acceptait tout en réfutant être quelqu'un capable d'être aussi pernicieux. À ces mots, on pouvait sentir toute une structure se briser en lui, son teint devenant blême l'espace d'un instant, puis ses poings se serrant. Non, il fallait garder son calme... Montrer à l'ennemi un signe de colère était la preuve qu'il avait raison et que ses propos étaient légitimes. Mais, et si... et si elle avait raison ? Et si il n'était tout simplement pas humain ? Et si ce monstre en Noerphilie, c'était ça, ce qu'il était réellement, et pas l'inverse ? Et si Akando Callaghan n'était rien d'autre que la couverture pour Naga, serpent vicieux et perfide que le monde a besoin de craindre ? La seule idée que sa vie puisse n'être qu'une façade pour quelqu'un d'aussi immonde lui en fit presque trembler les mains. Mais cet être... Ce n'était pas quelqu'un d'autre, doté de sa conscience propre. Ce n'était rien de plus que lui-même.

Finalement, une conclusion s'installa dans son esprit. Après la colère, puis le déni, venait la résignation. Son regard se vida progressivement, comme si toute humanité venait de quitter ses yeux. Il offrit un dernier regard sincère à Chise, plein de désolation : elle venait d'annihiler quelque-chose en lui. Elle venait de détruire de façon permanente une partie de lui-même avec cette implication et cette accumulation de sous-entendus si subtiles et pourtant si destructeurs face à la mauvaise personne. Elle l'avait brisé.

Tu veux quelque-chose de vrai ? Voilà quelque-chose de vrai. Je ne mérite même pas d'appartenir à l'espèce humaine. En voulant t'observer pour te manipuler, j'ai fini par m'attacher... Beaucoup. Et puis j'ai vu cet autre... mafieux. Vous étiez tellement heureux, ensemble... Moi, je suis quoi, à côté ? Hein ? Tu l'as impliqué toi-même : je ne suis pas humain. J'ai été stupide : j'ai cru naïvement que je pourrais, l'espace d'un instant, pouvoir t'aimer et, en plus de ça, me permettre de ne rien faire pour manipuler ton jugement. Me contenter tout bêtement de te laisser foncer dans les bras de... Morgan. Et puis j'ai remarqué une chose : tu n'as même pas idée de la chance que tu as. Tu es humaine, tu as des émotions et des personnes capables de te comprendre. Plus d'une. L'une d'elle est un criminel, Morgan, fils d'une famille mafieuse qui ne semble pas enthousiaste à l'idée d'être le dirigeant d'un empire criminel. L'autre, c'est moi, un manipulateur vicieux capable de comprendre les tréfonds de l'esprit humain et de le distordre à sa guise. Et malgré ça, tu veux être malheureuse... Tu veux être isolée. Est-ce que tu sais tout ce que je suis prêt à faire, et même ce que j'ai déjà fait pour être dans un cas pareil ? Est-ce que tu n'en as rien que la moindre idée ?

Ses paroles étaient froides, mais pas agressives. Il semblait simplement avoir été si détruit par les siennes qu'il ne mentait plus, il ne cachait plus rien : il parlait simplement au rythme auquel les mots lui venaient. Oui, il venait de lui avouer ouvertement qu'il l'aimait et qu'il l'avait suivi pendant un bon moment, mais il n'avait plus rien à faire de son image. De toute façon, c'était un monstre, inutile de chercher à se faire reluire.

Alors voilà. C'est comme ça que tu veux passer ta vie ? Entre un travail consistant à futilement poursuivre des fantômes et des spectres et une relation idéale que tu fais tomber à l'eau tout ça parce-que tu as peur. Tu veux peut-être te le cacher, mais tu as peur, et ne cherche même pas à me contredire : je connais ce sentiment beaucoup trop bien pour me tromper. Tu t'imagines peut-être que je n'ai pas la capacité de ressentir des émotions ? Que je ne suis qu'un criminel ? C'est ça qui te fait peur, le crime ? Mais ouvre les yeux. C'est quoi, le crime ? Il y a vraiment besoin de prendre ça aussi sérieusement ? Et pire encore... À force de poursuivre un monde qui t'est aussi hostile que celui-ci, il n'y a que deux fins possibles pour toi.

Il se dirigea ainsi vers l'intérieur, la regardant en coin depuis le cadre de la porte du balcon, son regard se faisant plus accusateur et direct

Soit tu vas y succomber, et comprendre à quel point les valeurs comme la loi, l'ordre et la justice sont impossibles tant qu'on les associe à cette utopie policière, rejoignant ainsi le côté que tu pensais jusque-là être le mauvais. Soit tu vas persister dans ton jugement, et tu vas finir par te faire tuer. Tu ne veux pas ça, je ne veux pas ça, Morgan ne veut pas ça... Personne ne le veut. Alors songes-y bien... J'ai détruit ma vie en des milliards de fragments. Et toi, tu viens juste de souffler dessus pour que je ne retrouve jamais les morceaux. Tu veux me rendre une dernière faveur ? Rien qu'une dernière ? Ne fais jamais la même chose avec Morgan. Parce-que même s'il est débile pour moi de ressentir quelque-chose pour toi, pour lui, c'est tout à fait naturel. Alors déteste-moi, puisqu'après-tout, je ne mérite rien de plus. Mais si tu veux vraiment faire quelque-chose de sensé... Ne le détruit pas lui non plus. Si tu continues sur cette voie de déni et d'isolement, c'est la seule conclusion logique. Et, une dernière chose...

Le dernier regard qu'il lui fit fut presque une réprimande, comme pour l'inciter à ne plus faire d'erreur le concernant

Ne me sous-estime plus jamais. Je ne serais jamais capable de lever le petit-doigt à ton encontre, directement ou indirectement, mais je ne me met pas des œillères pour autant. Je suis un prédateur : et un prédateur connait ses proies autant que ses égaux.

Leur discussion avait été une douleur réelle et il était dur pour lui de retenir une larme, bien qu'il tienne remarquablement bien pour l'instant. Les mots de Chise avaient petit à petit été une torsion, puis une destruction de son cœur immédiatement. Il aurait tellement voulu avoir sa sœur avec lui dans un moment pareil... Sierra... Si seulement il avait été moins seul, peut-être aurait-il pu passer outre sa supériorité intellectuelle et se contenter de parler comme un être humain normal. Mais il ne l'était plus, désormais, normal : c'était un destructeur...


-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mar 22 Mar - 20:19

Le visage d'Akando commençait à prendre des expressions étrange, après que Chise ait eu finit de parler. Elle se demandait réellement à quoi il pouvait bien penser. Un refus n'était jamais bon à accepter mais il semblait que son mal-être allait au delà de ça. Il grimaçait, réfléchissait. Elle pouvait presque apercevoir ses neurones en activité. Qu'est-ce qu'il ne comprenait pas dans ce qu'elle venait de lui expliquer? Elle ne voulait juste pas qu'un élément extérieur vienne gâcher sa relation avec Morgan. Elle préférait résoudre le problème elle-même, comme elle l'avait toujours fait. Un ange gardien spécialisé dans l'élimination d'obstacles criminels, n'était pas forcément à sa place dans la résolution d'un dilemme amoureux... Dans tous les cas, son comportement actuel la dérangeait, il lui faisait l'impression d'une bombe à retardement allant bientôt exploser. Et puis il s'était calmé aussi rapidement qu'il s'était agité. Elle attendait, durcissant le plus son esprit aux remarques qui allaient tomber. Elles n'allaient certainement pas être faciles à accepter.

Il avait tout compris de travers. Jamais elle n'avait insinué qu'il ne devrait pas appartenir à l'espèce humain! Sa solution était un peu radicale, mais vouloir aider son prochain n'était certainement pas un comportement de monstre. La suite de ses arguments devenaient étranges. Elle sentait de seconde en seconde sa carapace s'ébranler. Quoi? Qu'est-ce qu'il essayait de lui dire exactement? Ce devait être une blague... ce ne pouvait être que ça. Il s'était attaché à elle. D'accord, jusque là pourquoi pas. Il était jaloux de Morgan? Là, la situation devenait gênante. Son coeur commençait à battre à tout rompre, ne sachant pas quoi dire dans ce genre de situation. Le fait qu'il ait pu ressentir ce genre de sentiments, montrait par là même qu'il était humain. Il n'était pas différent d'elle.
Il ne savait pas comment réagir à toutes ces émotions qui s'accumulaient en lui et il préférait s'en défaire. Rendre quelqu'un responsable de tous ses maux devait être tellement simple.Elle ne voulait pas être isolée, elle cherchait une solution! Ce n'est pas parce que la sienne ne lui plaisait pas qu'elle devait forcément renoncer à aimer Morgan. Peu à peu la colère commençait à l'envahir alors qu'il continuait son laïus.

Oui elle avait peur, peur que cette relation ne puisse jamais exister réellement. Mais et lui alors? En annonçant aussi abruptement ces faits, il se dégageait par là même de sa peur. Et il la déchargeait sur elle, la faisant culpabiliser au possible pour une chose qu'elle savait déjà. Pas besoin d'enfoncer plus profondément le couteau dans la plaie. Ces questions injustifiées qu'il continuait à lui lancer au visage commençait de plus en plus à l'énerver. Ce n'était pas elle qui avait douté de son humanité! C'était lui qui continuait au fur et à mesure de s'en persuader! Elle hésitait sérieusement entre le prendre dans ses bras pour le réconforter et lui balancer un bon direct du droit pour le calmer. Il était rentré dans une sorte d'hystérie et ne semblait pas près de vouloir en sortir. Il continua enfin par lui annoncer sa mort prochaine si elle continuait comme la sotte petite humaine qu'elle était à vouloir se battre pour défendre ses valeurs et sa relation avec Morgan. Alors qu'il rentrait nonchalamment dans son appartement, elle était déçu de ne pas l'avoir saisi à la gorge et jeté dans le vide. De toute façon, elle n'en aurait certainement pas eu la force.

Restant sur le balcon, elle ne le suivit pas tout de suite. Elle attendit quelques instants de se calmer, mais ses émotions ne faisaient qu'empirer. Comment pouvait-il oser lui sortir des choses pareilles? Finalement, elle pouvait peut-être douter de son humanité. L'ennui c'est qu'elle était sûre du contraire. C'est pourquoi elle ne pouvait pas passer outre de ce qui venait de se dire. Elle essaya de se détendre et finit par crier. Ce n'était pas un simple cri de désespoir qu'elle débitait au monde. Non, il s'agissait d'un cri de rage pur à lui arracher les cordes vocales. Son corps avait réagit de la même manière, se courbant pour vider le plus possible l'air de ses poumons d'un seul coup. Elle se précipita alors à la suite d'Akando et le tira par une épaule pour qu'il lui fasse l'honneur de la regarder.

"Pour qui tu te prends exactement? Tu es censé m'aimer? Bien alors première règle, on ne blesse pas volontairement les gens qu'on aime de cette manière. Arrête de t'octroyer le statut de monstre pour justifier tous les actes que tu fais. Tu n'es pas un monstre, juste un homme médisant supportant encore moins que les autres les aléas de la vie. Merci, mais je n'ai certainement pas besoin de tes lanternes pour gérer la mienne. Elle m'appartient que tu le veuilles ou non, et tu ne seras certainement pas en mesure de la modifier si tu continues à te comporter comme le dernier des salauds! On dit que la limite est infime entre l'amoure et la haine. Vois-tu je pense que tu t'es trompé de sentiment, tu ne peux pas m'aimer en t'appliquant à me pourrir l'existence. J'ai peur oui, je suis morte de trouille. Pour la simple et bonne raison qu'on se sait jamais de quoi le lendemain sera fait. On ne peut jamais être vraiment sûr qu'une chose dure, et c'est le cas pour n'importe quelle relation, pas seulement la mienne aussi compliquée soit-elle. Arrête de t'arrêter sur mon malheur ou sur le tien, on n'est pas les seuls être humains à souffrir sur cette maudite planète et c'est exactement pour cela qu'on sait autant profiter des petits moments insignifiants de la vie."

Elle était à bout de souffle et certainement rouge de honte de tout ce qu'elle venait de lui sortir. Elle tremblait complètement, n'ayant pas réellement l'habitude de s'énerver à ce point sur quelqu'un. Elle ne savait même pas pourquoi elle avait prit la peine de lui répondre. Elle aurait simplement du prendre ses affaires et s'en aller... D'ailleurs c'était exactement ce qu'elle allait faire. Sans même attendre qu'il ne réponde, - de toute façon, elle se fichait pertinemment de sa réponse pour se faire insulter une nouvelle fois - elle se dirigea vers la chaise où était posée son manteau et alla droit vers la porte d'entrée.

"Je suis sûre que ton brillantissime cerveau arrivera tout seul à craquer cette clef USB, je préférerai largement ne pas avoir de nouvelles de toi si c'est pour passer un aussi agréable moment de retroussage de bretelle. À moins que tu ne veuilles continuer ton chantage."

Elle approcha sa main de la poignée et finit par se retenir et lui lança un regard noir.

"Autre chose. Tu touches à un cheveux de Morgan, ta planque et ton activité sont mortes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mar 22 Mar - 21:45


Personne au monde n'avait pu outrepasser ses défenses... Personne n'avait été capable de lui faire ressentir des émotions. Personne, sauf elle. Cette jeune policière avait su faire ce qu'aucun n'avait accompli avant : elle avait prit le pouvoir. Actuellement, Akando n'avait plus la moindre supériorité sur elle; bien au contraire, c'était elle qui avait le pas sur lui. Il se sentait soudainement si faible... Il ne voulait pas la voir partir. Ses mots lui avaient fait l'effet d'une bombe nucléaire, et soudainement, toute sa colère avait été remplacée par de la peur. La peur de l'abandon, de la solitude, du vide... Toute la crainte qu'il pouvait inspirer à énormément de personnes.

La voyant prête à partir, son réflexe fut de poser sa main sur son épaule. Sa main tremblait, mais pas de rage : il avait les larmes aux yeux, les dents serrées... Il avait un tout autre visage, il n'avait plus l'air du tout de l'homme cruel et manipulateur qu'il était. Il avait l'air peur et esseulé, comme un petit chien abandonné par son maître, le regard blessé et vaincu. Elle avait eu raison de sa fierté... Elle avait anéanti son égo.

Chise... Ch-Chise... S'il te plaît...

Il ne feignait rien : ça se lisait sur son visage qu'il était sincère. Cette fois, il ne jouait pas : c'était du sérieux. Ses émotions étaient concrètes, et sa peur se lisait comme dans un livre ouvert

J'ai peur... Je ne veux plus être... Comme ça... Cette... Cette chose...

Elle avait eu raison de toutes les façades d'Akando, et ce dernier ne la confrontait plus du tout. Il était vulnérable, affaibli et plein de regrets - Pas seulement des regrets immédiats, mais des regrets remontant à des temps incroyablement lointains. Dans ses yeux, on avait l'impression que sa vie entière le hantait soudainement, cet instant présent en étant une grande partie, comme s'il avait peur qu'elle disparaisse, peur qu'elle le déteste.

J'en peux plus... Ces... C-Ces voix... Naga...

Clairement, quelque-chose n'allait pas bien dans sa tête. Cette bipolarité si extrême ne pouvait pas être présente dans un esprit sain... Il y avait quelque-chose d'anormal dans son comportement, il avait un sérieux problème qu'il ne pouvait pas constater. Sa personnalité semblait trouble, impalpable et très changeante. En observant un peu, on pouvait presque voir une certaine forme de schizophrénie se dévoiler...


-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Lun 28 Mar - 23:36

Alors qu'elle s'apprêtait à partir, elle sentit la main d'Akando sur son épaule. Ce simple contact la fit frissonner. Elle ne voulait pas se retourner. Pas besoin de voir une nouvelle fois son visage dur et hautain. Pourtant, elle ne pouvait pas ouvrir la porte s'il ne la lâchait pas et elle se retourna brusquement pour lui faire lâcher prise. Ce qu'elle vit et entendit, l'empêcha de continuer et apaisa progressivement le ressentiment qu'elle commençait à nourrir envers lui. Il semblait être un être totalement différent. Un petit garçon à la recherche d'une attache sur laquelle s'ancrer. Elle ne voulait pas être ce roc. Et pourtant c'est elle qu'il avait choisit pour se confier. Mais ses propos avaient été si durs... elle ne se sentait tout simplement pas de l'attirer dans ses bras pour le réconforter. Comme si les différents pouvaient se régler aussi simplement. En réalité, ils le pouvaient bien sûr. Mais ça c'était sans compter sur la rancune que ressentait Chise. Il n'avait pas le droit de lui jeter toutes ces choses à la figure pour faire comme si rien ne s'était passé. Si c'était sa manière à lui de s'excuser, c'était la première fois qu'elle était témoin de ce genre de comportements. Et pourtant, elle avait assister à de nombreux interrogatoires et procès dans lesquels le coupable finissait toujours par avoir des remords.

Sa seconde phrase accéléra les battements de son cœur. Elle se voyait héroïne d'un film fantastique où le héro, possédé par un monstre appel au secours dans un élan de lucidité. Mais ils se trouvaient dans la vie réelle, il était réellement comme ça et elle ne pouvait pas arranger ça en prononçant un simple mot magique. L'ennui avec ce genre de personnalité, c'est que peu importe les efforts qu'elle fera pour le guérir, ça ne dépendra pas d'elle. En plus de savoir que le processus est long et fastidieux. Il fallait qu'il veuille absolument changer. Certes, le fait qu'il l'aime permettait à Chise de le guérir plus facilement qu'une autre personne. Mais elle ne voulait certainement pas le voir s'améliorer uniquement envers elle. Il faudrait un peu le sociabiliser, l'éloigner de ses machines... Avait-elle vraiment autant de temps devant elle pour l'aider à se rétablir? Devait-elle simplement être ferme pour l'instant et revenir plus tard, lorsqu'il se serait calmé? Elle ne savait tout simplement pas s'y prendre, elle n'était pas psychiatre! Elle détestait évidemment se retrouver devant ce genre de problèmes, où elle était incapable de savoir la bonne réaction à avoir. En même temps, n'y avait-il pas plusieurs manière de procéder?

Il continuait à divaguer tandis que Chise le repoussait doucement. La proximité la dérangeait en temps normal, et l'attitude d'Akando ne la rassurait pas vraiment. Gentiment, elle l'accompagna à une chaise et le fit s'asseoir. Elle défit son manteau et le plaça sur le dossier d'une autre. Il avait l'air perdu, comme un ivrogne qui avait prit une gorgée de trop. Une gorgée pour oublier. Son regard était vide d'intelligence, ses instincts avaient prit le dessus. Il était en train de disjoncter. Comme elle l'aurait fait pour un enfant, elle s'accroupit près de lui histoire de se mettre à sa hauteur. Elle le regarda alors droit dans les yeux, espérant susciter une quelconque réaction.

"Akando, je reste là. Je vais aller dans ta cuisine te préparer un thé, d'accord? Ça devrait déjà t'aider à aller mieux."

Elle se redressa alors et se dirigea vers la bouilloire. Elle la remplit d'eau et fouilla les placards. Elle ne trouva pas ce qu'elle cherchait. Elle retourna alors à son manteau pour en sortir quelques sachets de thé au jasmin. Elle en avait toujours dans sa poche, le thé du commissariat laissant vraiment à désirer. Alors que l'eau avait finit de bouillir, elle sortir deux tasses d'un placard en hauteur. Elle y inséra les sachets et les remplit d'eau. Elle les ramena vers la table en faisant attention à ne rien renverser et à ne pas se brûler. Elle finit par orienter la chaise d'Akando vers la table et prit position face à lui. Elle se réchauffait les mains autour de la tasse lorsqu'elle prit une nouvelle fois la parole.

"Explique-moi ce que tu viens de me dire. J'ai bien comprit suite à notre... notre conversation sur le balcon que tu ne te considérais pas comme humain. Pourquoi? Tu m'as l'air tout ce qu'il y a de plus humain, avec des peines, des craintes à surmonter. Nous ne sommes pas si différents, tu sais?"

Elle ne savait pas sur quel terrain elle s'engageait exactement. Une seule chose était sûre, il était glissant. Terriblement. Et elle ne savait pas si Akando allait réellement se confier comme il venait de le faire, le plus simplement et humainement du monde ou s'il allait s'énerver une nouvelle fois. Cette seconde possibilité n'était pas moins humaine. Juste bien moins simple à contrôler. Elle préféra alors le prévenir.

"Si tu hausses le ton une nouvelle fois, je m'en vais. Je suis toute ouïe à présent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 153
Date d'inscription : 19/09/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Mar 29 Mar - 14:02


Il était clair qu'en ce moment, Akando déraillait totalement... Même pour lui, ce par quoi il passait était juste trop à supporter pour un seul homme. La Noerphilie avait eu un impact sévère sur sa mentalité, et il se retrouvait avec un très sérieux trouble de la personnalité qui s'intensifiait de jour en jour. Chise l'avertit de son départ s'il haussait le ton rien qu'une fois, ce à quoi il hocha la tête, essayant de se réchauffer un peu en buvant une gorgée de thé. Au moins, la policière avait réussi à l'apaiser un peu et à éviter la panique totale chez lui... Qui sait ce qu'il aurait pu faire, en étant aussi instable, s'il avait du s'abandonner au choc complet qu'il subissait.

Elle se demandait pourquoi il ne se considérait pas humain... Et au fond, il comprenait son interrogation; il ne lui avait rien expliqué... Il n'avait rien expliqué à personne. Ce secret, il ne pouvait le dévoiler à personne. Aucun être dans ce monde ne devait savoir. Mais pour leurs biens à tous les deux, peut-être fallait-il qu'il lui dévoile... Il ne s'énervait pas, cette fois-là, il parlait simplement, un frisson lui parcourant l'échine tandis qu'il était complètement brisé et désorienté. Ce n'était plus du tout le même homme... Toute son assurance avait disparu, et il semblait souffrir d'une co-dépendance qui l'empêchait concrètement de vivre sans avoir au moins une personne à qui se rattacher, même à sens unique, pour se sentir moins incompris et isolé.

Je suis... J'abrite un monstre, au fond de moi. Tu l'as vu, de l'autre côté du miroir. Il n'est pas humain, et pourtant, c'est une partie de moi. Je le sais... Personne n'a jamais voulu me comprendre, personne...

Il semblait à la fois déçu, terrifié et isolé. Réellement, la chose qui transparaissait le plus chez lui en ce moment, c'était à quel point au fond, malgré son influence incroyable et son intelligence prodigieuse, l'isolement et le déni avaient pu lui faire perdre la tête. Il était de plus en plus clair qu'il souffrait d'une forme avancée de schizophrénie qu'il vivait très mal... Il lui arriverait très sûrement de reprendre le comportement agressif et hautain qu'il pouvait avoir plus tôt, mais ce n'était pas là tout ce qu'il était. Au moins, il restait une lueur d'espoir.

I-Il me parle... Tout le temps, il me parle, sa voix... Elle résonne dans ma tête, il m'ordonne et il veut que je fasse exactement ce qu'il me demande. J'ai...

Il marqua une pause, fermant les yeux, retenant quelques larmes douloureuses tandis qu'on pouvait le sentir qui craquait complètement, n'affichant plus la moindre façade ni la moindre restreinte. Au moins, il ne s'était pas énervé et il évitait de trop paniquer, mais on pouvait le sentir complètement perdu et sans aucune attache.

J'ai peur...

Akando ayant peur, c'était réellement la chose la plus inattendue qu'on pouvait l'entendre dire. En général, il était l'incarnation même de la peur, de la crainte et de la haine. C'était une représentation parfaite de ce qui pouvait se faire de plus dangereux dans ce monde, et cette fois, il était touché par tout ce qu'il inspirait au quotidien. Cette facette improbable de lui, seule Chise avait réussi à la faire ressortir. Car il ne pouvait pas blesser Chise... Il ne pouvait pas la manipuler ou la haïr, et face à cette impasse, il craquait et cette personnalité beaucoup plus sensible et craintive ressortait. C'était ça, son point faible. C'était ça, la seule façon de le détruire...


-----------------------


Ahoy to the Chatbox !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 70
Date d'inscription : 09/12/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: I'm not that bad, after all. [PV Chise]   
Ven 20 Mai - 0:08

C'était un animal sans défenses qui se trouvaient en face de Chise, pas un homme adulte en pleine possession de ses moyens. Elle n'arrivait pas à comprendre comme un endroit comme la Noerphilie pouvait influencer les gens de cette manière. Comment il avait réussi à persuader Akando de sa folie. Peut-être était-il déjà dégénéré avant même mettre un pas dans cet autre monde. Mais elle ne croyait que brièvement à cette hypothèse. Après tout, son profil correspondait tellement à tous ces jeunes étudiants qui réussissent à se faire embrigader dans une secte. Des jeunes commettant toutes sortes de crimes pour une cause soit disant plus grande que la leur. C'était la seule chose qu'ils se répétaient pour pouvoir continuer à dormir la nuit. Toutes ces victimes sans exceptions étaient éduquée, cultivée, douée d'intelligence, mais en manque incroyable de repères et c'est ce qu'elle voyait au moment présent en regardant Akando. La Noerphilie n'avait même pas eu besoin d'un chef spirituel pour s'exprimer. Elle avait seulement eu besoin d'amener des gens à elle.

Elle les façonnait ensuite à l'image la plus proche de leurs personnalités, celle qui les détruirait eux-même. Tout le monde peut avoir des doutes. Comment les gens me voient-ils? Quelle est ma raison de vivre? Elle répond à leur question par une nouvelle apparence et des pouvoirs supplémentaires. Personne ne devrait pouvoir être identique d'un monde à l'autre, tout simplement parce que personne n'est en parfaite symbiose avec son être. Même Chise se demandait parfois de quoi Espear était faite. Quelles pensées secrètes, inavouables, avaient bien pu lui donner naissance? Elle n'en savait rien, et arrivait même à s'en ficher parfois. Mais le cas d'Akando était bien plus complexe. Son esprit trop torturé avait trouvé des réponses dans ce que la Noerphilie lui donnait à voir. Cependant, Chise doutait que ce puisse être les bonnes. Un monstre? Lui? Il pouvait être tellement plus que ça. Même s'il ne voulait pas l'admettre, elle l'avait vu sur son ordinateur, tout était là.

Elle avança lentement ses mains vers celles d'Akando avant de se rétracter. Ces mains... contact bien trop intime, après ce qu'il venait de lui avouer. Elle se rabattit alors sur son avant-bras, où elle posa une main réconfortante.

"Peu importe ce que tu me diras, je ne croirai pas cette version. Je n'ai rien vu en Noerphilie qui puisse me laisser penser que tu es un monstre."

Gênée, par ses paroles, elle se rétracta. S'adossant au dossier de la chaise et croisant les bras, elle reprit sur un ton moins informel.

"Excuse-moi, je peux être comme St Thomas quand je m'y mets. Ne croire que ce que je vois... Et je ne risque pas d'entendre les voix dans ta tête."

Elle se leva de sa chaise, consciente que ses paroles ne devaient en rien aider Akando à se sentir mieux. Elle ne faisait que renforcer ses doutes sur l'incapacité du genre humain à le comprendre. Mais elle n'était pas mieux, pas vrai? Un inspecteur de police doit rester rationnel, peu importe ce qu'il voit. Ce n'est pas en tergiversant que l'on attrape l'assassin. L'ennui c'est qu'elle ne risquait pas de sauver Akando par de la rationalité futile. Il était arrivé à un stade bien trop élevé de folie pour avoir encore de serait-ce qu'un seul brin de rationalité à exprimer. Comme dans chaque interrogatoire, elle se prit alors au jeu d'essayer de le comprendre. De se mettre à sa place. De pouvoir trouver le point sensible qui le ferait réagir et réussirait peut-être à réactiver la hargne qu'elle avait pu voir en lui en le rencontrant. Bien entendu, il était écarté de flirter avec lui. Il risquait d'y voir un encouragement. C'était toutefois bien dommage que le flirt soit le premier atout d'une femme flic. S'éloignant alors de quelques pas vers la fenêtre, elle se remit à parler.

"Dis-moi ce qu'il te dit. Je ne promets pas de croire à tes paroles à 100% mais je peux au moins essayer. Il y a forcément un sens à ce que tu entends, mais peut-être n'en comprends-tu pas la teneur exacte."

Elle se retourna vers lui. Sa peur était effectivement palpable et si elle n'arrivait pas à lui parler, elle pourrait très vite se transformer en colère. C'était la dernière chose qu'elle voulait voir se produire. Se plaçant derrière lui, elle commença un massage sur ses épaules visant à le détendre. Tant pis s'il prenait ça pour du flirt, elle n'avait pas le temps de penser à une autre idée pour le moment.

"J'aimerais t'aider... mais je ne sais pas comment y arriver si tu restes autant refermé sur toi-même. Tu as peur de toi-même. Comment puis-je même réussir à te calmer sans te connaître?"

C'était tout ce qu'elle trouvait à dire. Aucune autre idée ne sortait de sa bouche. Elle espérait juste ne pas avoir affaire à une explosion de sentiment suite à ses paroles. Chise ne savait pas encore tout ce dont Akando était capable de faire. Elle était prête à le maîtriser, mais ce qu'elle devait maîtriser restait encore un mystère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I'm not that bad, after all. [PV Chise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ok Joo-won
» I'm not that bad, after all. [PV Chise]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persona RPG :: ITEKU :: At home-
Revenir en haut
Aller en bas