Forum rôle-play inspiré de l'univers de Persona. Après un étrange évènement, les habitants d'Iteku ont obtenu la possibilité de changer de vie dans un nouveau monde.
 
Bienvenue à toi dans la Velvet room, Invité ! Ce forum existe entre les rêves et la réalité, entre l'esprit et la matière. Ci-dessous tu trouveras toutes les informations nécessaires pour comprendre son univers, ses lois. Oseras-tu affronter ton destin ?
Si vous avez le moindre problème, contactez un membre de notre SUPER STAFF !








Un chaleureux accueil pour notre petit nouveau ! Amuse-toi bien =D
Le codage et le graphisme appartiennent au forum Persona RPG. Merci à Ami d'avoir codé certaines parties du forum. <3 Merci aussi au site Never Utopia pour ses nombreux tutoriels, vraiment ce sont les meilleurs ! Le contexte a été élaboré par et pour ce forum. Toute tentative de reproduction, partielle ou complète, de notre travail sans autorisation est interdite. Respectez notre travail !
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Dim 6 Déc - 1:26

Ordinary and Unexpected  

Nobusuke Saito & Megumi Uehara

C’était un après-midi ordinaire chez Bookworms. Un ciel grisâtre, quelques clients… On ne pouvait pas dire que c’était l’affluence, le commerce était plutôt lent. La radio passait les dernières chansons populaires à un volume réduit à l’intérieur du magasin. Parfois, quand je m’ennuyais et que je n’avais rien d’autre à faire, j’élaborais quelques playlists. Mais je n’en avais pas particulièrement envie aujourd’hui. Et puis en général, elles étaient plutôt mélancoliques et les clients ont tendance à préférer la musique plus enjouée.

Alors que je vérifiais pour la trentième fois les commandes et autres chiffres, je poussais un soupir et je relevais la tête. Des rayons et des rayons de livres neufs, rangés soigneusement par style et par ordre alphabétique. Tant de mystères prêt à être découverts dès la première page. Certains en valaient la peine, d’autre pas. Mais tant que tout le monde y trouve son compte et que le client est satisfait, je ne vais pas me plaindre. Tout le monde a le droit d’avoir des goûts de chiottes.

Malgré nos chiffres pas forcément extraordinaires, la boutique parvenait à rester dans la concurrence. Entre les habitués, les manuels scolaires, les commandes spécifiques, nous proposions un service que Junes ne pouvait pas fournir. J’esquissais un faible sourire. “Nous”. Il n’y avait plus de nous. Plus que moi à faire tourner le commerce, tout seul, derrière le comptoir d’une librairie vide pour l’instant, sous un ciel qui n’attendait que ça, que je termine ma journée pour me pleuvoir dessus. Je me tenais là, avec mon pantalon en velours côtelé qui rappelait ceux de mon grand père et un T-shirt sous une chemise, sous un pull noir : 3 couches de vêtements pour paraître plus épais que je ne le suis - ce qui ne trompait personne, surtout pas moi.

En d’autres termes, c’était un jeudi après-midi ordinaire.

Quelqu’un passa la porte. Je relevais la tête de mon écran pour prononcer un automatique  :

Bonjour !



C’était notre marque de fabrique, notre côté familial et amical. Arf. Et me voilà encore avec des “nous”. Je ne prêtais pas grande attention à la cliente - d’ailleurs c’était la seule chose que je remarquais, une cliente. Et encore, il aurait pu s’agir d’un jeune homme avec des goûts particulièrement androgyne. Les gens n’aiment pas qu’on les observe, alors je les laisse se balader dans le magasin sans trop les regarder - s’ils ont besoin de moi ils savent où me trouver.

Et je retournais vérifier les commandes pour la trente et unième fois.


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Mar 8 Déc - 20:54

Ordinaire et Inattendu


Il s’agissait d’une mauvaise journée, pour ne dire que cela. Voilà maintenant plus de deux heures que je marchais dans le district de Pawlownia, errant d’un commerce à un autre. Sous le bras, je trainais ma petite liasse de feuilles, plus déterminée que jamais. Si la police ne pouvait pas m’aider à retrouver mon petit frère, probablement disparu en Noerphilie, alors je ne pouvais plus compter que sur moi-même. Certains auraient peut-être préféré abandonner et attendre passivement, mais je n’étais tout simplement pas de ceux là. Si une personne de mon entourage, de ma famille qui plus est, se retrouvait dans le besoin, rien ne pourrait m’empêcher de les aider. Et pourtant, ce n’est pas comme si on n’avait pas tenté de me décourager. Je ressortais tout juste d’un petit café où la serveuse m’avait répondu en riant avec une ironie certaine. Selon elle, je perdais mon temps. Les chiffres d’affaire n’allaient pas en s’améliorant et s’il était là-bas, ce n’était pas les gens d’ici qui allaient pouvoir m’aider. Sur ce, je l’avais remercié poliment pour ce conseil éclairé, mais avait insisté pour lui remettre l’un de mes avis de recherche avant de tourner les talons et de quitter l’établissement en serrant le poing. Elle avait raison et je le savais, mais c’était bien trop frustrant pour l’admettre. Au lieu de cela, je préférais encore me borner. Qui sait, parfois c’est avec de petits gestes que l’on peut faire de grandes différences. L’effet papillon, n’est-ce pas le terme approprié?

C’est toujours avec ce goût amer en bouche que j’avais remarqué la librairie. Bookworms. Un nom simple, évocateur et qui fonctionnait tout simplement bien. D’autant plus que l’anglais était à la mode, au Japon. Propriétaire étranger ou simple nippon qui savait se mettre en valeur? L’un comme l’autre ne comptait pas beaucoup, pas pour mes projets en tout cas. Si le commerce était toujours très fréquenté? Aucune idée, mais si je rentrais chez moi et que cette petite pile d’affichettes n’était pas complètement écoulée, je savais trop bien que je n’arriverais pas à fermer l’œil de la nuit. C’est donc dans cet esprit, espérant effacer la frustration qu’avait fait naître cette serveuse, que je poussai la porte et pénétrai les lieux. À peine avais-je mis un pied à l’intérieur que l’on m’accueillait d’une voix… familière? Difficile à dire. Ce n’était qu’une impression fugace, mais suffisante pour me désarçonner et, durant une fraction de secondes, me faire oublier ce pour quoi j’étais là. Je chassai pourtant cette distraction du dos de la main, m’avançant plutôt vers le comptoir avec confiance, encouragée par ce dit accueil. Traversant l’odeur caractéristique des livres neufs, j’eu quelques secondes pour détailler l’individu derrière le comptoir. Des cheveux de jais, une paire de lunettes, une carrure fine. Un japonais comme les autres, il semblerait. C’est avec un air se voulant assuré, mais un regard attachant, que je gagnai finalement ledit comptoir, prenant la parole avec sérieux.

- Bonjour, monsieur. Je suis navrée de vous importuner, mais j’aimerais vous demander si je pouvais—

Ces yeux. Je les connaissais, non? C’était plus qu’un vulgaire sentiment de déjà-vu, décidément. Interdite, l’un de mes sourcils s’arqua légèrement alors que j’observais l’individu me faisant face et que, cette fois, je lui portais attention. Ses traits semblaient moins âgés que je ne l’avais d’abord cru, erreur sans doute due à son style vestimentaire. Mais oui, je le connaissais bel et bien. Même qu’il n’avait pas beaucoup changé. Enfin, autant que n’importe quel autre garçon qui a terminé sa puberté, mais il demeurait très… fidèle à lui-même. Cette peau de porcelaine, ce regard bleu aussi doux que l’eau d’une rivière, cette voix qui m’avait tout de suite semblée familière, comme provenant d’un vieux rêve oublié. Le doute n’était plus possible.

- Saito-san? Je ne savais pas que tu travaillais ici c’est… vraiment formidable de te croiser à nouveau.

Cette fois, j’avais adopté ce petit air émerveillé qu’ont les gens qui rencontrent une vieille connaissance en pleine rue. C’était tellement cliché, à bien y penser. Deux individus qui s’arrêtent, qui s’apostrophent et se demandent mutuellement comment va la vie. Puis ils se souhaitent le meilleur et reprennent leur chemin, sans plus trop songer l’un à l’autre d’ici la prochaine réunion d’étudiants. C’était quelque chose de particulièrement triste pour moi qui aimais tant garder les gens que j’aimais près de moi. De vivre une situation probablement similaire, d’une façon aussi inattendue, c’était doux, mais tellement déchirant. D’autant plus qu’il s’agissait de Saito-san. En cherchant mon cadet, j’avais trouvé le jeune homme que j’avais le plus traité comme un petit frère après Shiro-kun. Si certains pourraient crier au hasard, je choisissais encore de m’incliner devant ce destin moqueur, mais très certainement ambitieux. Quoi qu’il en soit, je m’extirpai de mes pensées pour reprendre la parole de manière plus légère, comme si de retrouver un vieux camarade avait su apaiser mon esprit, ne serait-ce que quelques instants.

- Pardon, je ne sais pas si tu te souviens. Uehara Megumi, nous étions dans la même classe à Gekkoukan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Mer 9 Déc - 16:50

Ordinary and Unexpected

Nobusuke Saito & Megumi Uehara

Je venais à peine de commencer que la cliente s’approcha du comptoir pour m’adresser la parole. Je relevais immédiatement les yeux pour croiser le regard de ce qui était de toute évidence une jeune femme. Une longue chevelure sombre, une taille de top modèle et une paire de pupilles ocres. Je connaissais ce visage, ce ruban dans ces cheveux, mais elle me devança largement. J’étais paralysé sur le moment, sous l’effet de la surprise. En effet, je ne m’attendais pas à ce qu’une ombre du passé traverse le seuil de ma boutique. Je ne l’avais pas vue depuis quoi… 4 ans ? Mais elle n’avait pas tellement changé. Elle était juste plus mature, plus femme. Il me fallut quelques secondes pour me remettre de ma surprise, me redresser et l’accueillir avec un sourire sincère :

Bien sûr que je me souviens de toi Uehara-san, c’est un plaisir de te revoir !


En effet, c’était bien elle. Nous n’étions pas forcément très proches, mais elle faisait partie de ces personnes que j’étais ravi de recroiser aujourd’hui. Megumi Uehara était une fille particulière. Je me souviens qu’elle était gentille avec moi, me lançant des mots d’encouragements. Parfois elle venait s’incruster avec intérêt dans nos conversations de jeux vidéos, elle écoutait et participait, sans arrière pensée. A un moment j’avais commencé à interpréter sa gentillesse pour une autre forme d’intérêt mais en l’observant  un peu j’avais finalement compris. Uehara était juste quelqu’un de profondément gentil, sans arrière pensées. Elle était simplement comme ça. Pétillante mais discrète. Un peu populaire mais loin de toutes les niaiseries et autre vanité des autres filles populaires. Certaines personnes, probablement jaloux ou des prétendants éconduits la trouvaient un peu hypocrite. Mais malgré mon regard critique je ne lui aurais jamais attribué ce genre d’adjectif.

Ah, ça fait quelques mois que je travaille ici. C’était mes grands-parents qui tenaient la boutique alors….quand ils sont...décédés, j’ai repris le commerce, tu vois ?



J’avais prononcé cette dernière phrase très vite et en regardant un peu ailleurs, serrant nerveusement les doigts.Ce n’était pas encore facile pour moi d’en parler. A des inconnus ça allait. Mais à des gens que je connaissais personnellement.. je craignais toujours que ma langue fourche, que l’émotion me submerge, fasse trembler ma voix. Que les mots restent bloqués dans ma gorge et que mon regard me trahisse. Alors je parlais très vite, en retenant ma respiration. C’était un peu comme mentir, dissimuler ses émotions. J’étais content que Tenshi ne puisse pas intervenir à Iteku. Il ne me permettrait pas de cacher quoi que ce soit.

Mon regard se tourna vers elle et j’ajoutais d’un ton beaucoup plus enjoué :

Et toi, alors ? Ca fait un moment qu’on ne s’est plus vu. Qu’est ce que tu deviens ?




DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Mer 9 Déc - 22:53

Ordinaire et Inattendu


Que de soulagement, Saito-san n’avait pas oublié qui j’étais. Même, il semblait lui aussi plutôt heureux de me revoir. Aussi étrange que cela puisse paraître, cette joie partagée me portait même à oublier, ne serait-ce que temporairement, les tourments qui m’assaillaient suite à la disparition de mon frère. Peut-être était-ce du à ce genre de retour dans le temps non-prémédité, qu’en sais-je. J’étais simplement enjouée et l’écoutai avec attention, lorsqu’il me dit travailler ici depuis quelques mois. En vérité, ça lui allait plutôt bien une librairie. Il semblait tout à fait dans son élément et, ça aussi, c’était une bonne chose. Toutefois, je ne savais pas que ses grands-parents possédaient ce genre d’établissement. Mon enthousiasme s’atténua largement, lorsque vint la suite. Ils étaient décédés. Les mots avaient été prononcés rapidement, mais j’avais tout de même pu y capter l’émotion. Les voix c’était mon métier, après tout. Sans oublier la façon dont il avait détourné le regard, c’était encore difficile pour lui d’en parler. Je ne pouvais que trop le comprendre, n’étais-je pas un peu la même, lorsque mon petit frère devenait le sujet de conversation? Dans tous les cas, voir Saito-san comme cela, porteur d’un brin de vulnérabilité et d’une peine qu’il n’osait montrer, c’était suffisant pour venir ternir mon regard. Lorsque ses iris à la couleur du ciel me retrouvèrent, le libraire avait déjà retrouvé sa bonne humeur, comme s’il s’agissait d’un dossier classé sur lequel il valait mieux ne pas revenir. Message compris, mais je ne pouvais tout de même pas m’en empêcher. Peut-être étais-je simplement fidèle à moi-même, mais la vérité était que j’avais toujours beaucoup apprécié ce camarade, sans trop pouvoir m’expliquer le comment du pourquoi. Même si ce n’était que quelques mots, je devais tenter ma chance de l’aider, de lui apporter mon support.

- Je suis désolée, je ne savais pas. C’est admirable de ta part, de reprendre la boutique. Et tu as toujours été quelqu’un de fiable alors, je suis certaine qu’elle est entre de bonnes mains. Enfin, pardon, je n’ai pas répondu à ta question.

Terminais-je en esquissant un sourire, baissant les yeux vers ma petite liasse d’affiches. Retour à la réalité. Ce que j’étais devenue? Une jeune femme un peu désespérée que cherchait son petit frère porté disparu, potentiellement en Noerphilie, soit un endroit où je n’avais jamais mis les pieds. Enfin, non, je ne devais pas tout directement voir en noir. Il y avait environ quatre ans que nous ne nous étions pas vu, ce serait plutôt drastique de limiter tout ce que j’avais vécu depuis à cette seule disparition. Bien que je me devais de concéder qu’il s’agissait d’une très grosse ombre au tableau. Respirant un bon coup, j’estimai qu’il valait encore mieux commencer par le début, ne pas sauter d’étapes. De toute façon il n’y avait pas beaucoup d’autres clients dans la librairie alors nous aurions bien quelques minutes pour discuter, pas besoin de me presser à ce point.

- Je travaille comme seiyuu maintenant. Si tu joues encore parfois encore à des jeux vidéo, tu as peut-être même déjà entendu ma voix. Remarque, si tu as regardé la version animée de Phoenix Ranger Neofeatherman R, je faisais la voix de Blue Swan, donc tu aurais aussi pu m’entendre là. J’aime beaucoup mon travail. Mais en vérité, je ne suis pas ici par hasard…

Mon sérieux revint, effaçant le sourire qu’il me restait toujours. Je déposai les affiches porteuses du visage de Toshiro sur le comptoir, retenant presque mon souffle. Malgré nos différences et tout ce temps passé sans nous voir, Saito-san et moi étions plutôt similaires, en cet instant. Tous deux porteurs de notre propre fardeau, tous deux effrayés à l’idée d’en parler à quelqu’un que nous connaissions. Comme deux parties d’un même tout aux variations similaires, se répondant comme en un écho. Bien qu’il est plus plausible que je réfléchisse trop, simplement pour retarder l’inévitable.

- Mon petit frère, Toshiro, a disparu, probablement de l’autre côté des écrans. Il y a deux semaines que nous n’avons eu aucunes nouvelles et la police ne peut rien faire pour nous aider, car il n’est pas le seul dans cette situation. Je passais dans le district de Paulowmnia pour distribuer des affiches dans les différents magasins, au cas où quelqu’un le verrait et… je ne sais pas. C’est le meilleur moyen que j’ai trouvé, pour l’instant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Jeu 10 Déc - 22:34

Ordinary and Unexpected  

Nobusuke Saito & Megumi Uehara

C’est vrai que Uehara et moi n’étions pas forcément très proche. On se côtoyait uniquement à l’école et nous ne partagions pas de détails personnels. Donc elle devait ignorer une bonne partie de ma situation familiale, que c’était mes grands-parents qui m’avaient exclusivement élevés pendant que ma mère poursuivait sa carrière de son côté. Parfois ma langue fourche, et je dis parents au lieu de grands-parents. Et donc je me sentais vraiment orphelin. Mais Uehara-san ne savait probablement rien de tout ça, et il fallait dire que je ne m’affichais pas sur les réseaux sociaux, donc ce qui se passa ensuite relevait du hasard, de la sérendipité. Elle s’excusa par politesse mais la suite…Sans le savoir et sans le moindre, elle avait trouvé les mots justes, les mots que je voulais entendre. Je ne m’y attendais pas. Ces mots que j’aurai tellement aimé entendre des gens plus proches de moi alors qu’ils cherchaient à me dissuader...ils me transperçaient et m’infusaient d’une force et d’une confiance nouvelle. Je n’étais pas embarrassé par le compliment - j’étais véritablement comblé. Ravi que quelqu’un puisse comprendre ce dans quoi je mettais toute mon énergie - et surtout quelqu’un qui me trouve fiable et qui me fasse confiance.

Je ne sais pas si Uehara l’avait remarqué, mais avec sa gentillesse anodine, elle venait de me toucher en plein dans l’âme. Coup critique. Ma mélancolie s’était envolée pour laisser place à de la confiance et la détermination. Je lui souriais, serein et sincèrement reconnaissant, mon regard plein de tendresse pour ces petits mots gratuits.

Merci.



Ma voix était calme et posée. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle venait de faire, mais c’était vraiment important pour moi. Et j’étais sincèrement heureux que nos chemins se croisent aujourd’hui.

Je prêtais davantage attention à elle. Dans ses bras elle tenait une grosse liasse de papier. Etrange. Est-ce qu’elle cherchait à vendre quelque chose ? En tout cas elle poursuivit en m’expliquant qu’elle était devenu seiyuu. Une autre bonne surprise !  Travailler dans les coulisses d’animes et de jeux vidéos… ça devait être terriblement excitant.

Vraiment ? C’est génial !! J’ai regardé quelques épisodes par ci par là mais…je n’ai pas fait le rapprochement...



Seiyuu, hein ? Je ne l’aurai pas deviné. J’adorais les sentai quand j’étais gamin mais désormais je ne regardais plus tellement d’anime. Mais les Neofeatherman étaient une licence culte et que Uehara donne sa voix à blue swan - le personnage le plus cool après red hawk - ça lui allait parfaitement. Je n’avais pas beaucoup de temps pour regarder la télé et je le consacrais aux dramas que je ne pouvais pas manquer. J’arrêtais de m’extasier sur son choix de carrière, qui selon moi lui allait comme un gant, et je la laissais terminer.

Elle déposa un de ses papiers sur le comptoir. Au départ je m’attendais à ce que ce soit des affiches pour donner des chatons ou encore se débarrasser d’un meuble ou d’un véhicule encombrant. Mais c’était un visage qui s’étendait sur ses affiches, un avis de recherche fait maison. Alors, elle m’expliqua que son petit frère avait disparu. La nouvelle tomba comme un pierre dans mon estomac. Et en Noerphilie en plus...C’était le genre de chose qu’on entendait à la télé ou à la radio sans prêter attention parce que ça ne vous concerne pas directement. Mais là cela touchait quelqu’un que je connaissais. J’étais atterré.

Vraiment ?! En Noerphilie...C’est...c’est horrible, je suis vraiment désolé...Ca fait combien de temps qu’il a disparu ?



Avec un peu de chance il pouvait s’agir d’une fugue. Ou alors il se retrouvait coincé temporairement dans un drôle d’endroit et devait attendre sa chance pour s’enfuir et traverser un écran. Et dans le pire des cas… Non je ne pouvais pas y penser, ni même émettre la moindre possibilité que son frère ait trépassé. Elle n’avait pas besoin de ça.

Euh oui bien sûr tu peux mettre tes affiches à la vitrine. J’en collerai deux sur le comptoir aussi, si tu veux...c’est le moins que je puisse faire..



Je me penchais pour chercher après du papier collant, une paire de ciseaux et quelques pochettes plastifiées transparentes. Je faisais le tour du comptoir avec l’affiche et le reste que j’entreprenais de coller immédiatement du côté intérieur de la vitrine, enjambant maladroitement  les présentoirs des dernières nouveautés. C’était un peu délicat mais j’avais fait de mon mieux. Honnêtement je ne savais pas quoi dire à Uehara pour lui apporter du réconfort. Il n’y avait rien de pire qu’une disparition. Une départ, une mort on peut s’y faire. Mais une disparition, s’attendre à chaque seconde que l’être aimé passe le seuil de la maison, attendre indéfiniment sans savoir, incertain. Comme le chat de Shrödinger.C’était une forme d’enfer. Mais je ne pouvais pas lui dire ça. Elle devait souffrir suffisamment que pour que je retourne le couteau dans la plaie.

J’y vais parfois… de l’autre côté de l’écran. Je le chercherais.



Ce n’est pas comme si j’avais quelque chose de mieux à faire de toute façon.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Ven 11 Déc - 22:06

Ordinaire et Inattendu


Je m’étais permis une légère intervention. Un simple encouragement en mots prononcés un peu au hasard. J’espérais néanmoins faire mouche et le résultat fut immédiat. Avant même qu’il ne m’eut remercié, les yeux de Saito-san l’avaient fait pour lui. Soudainement adoucis, ces iris d’un doux bleu m’offraient maintenant reconnaissance et sérénité. J’aurais même pu parier que ses épaules s’étaient faites un peu plus droites et, durant cette petite fraction de seconde extraordinaire, je me sentis toute petite de mon côté du comptoir. C’est qu’il avait grandi, depuis la dernière fois. C’était subtil, mais maintenant qu’il reprenait confiance, l’aura qu’il dégageait était celle d’un jeune homme confiant plutôt que d’un adolescent introverti. Lorsque vinrent les remerciements, je lui souriais déjà avec un certain mélange de fierté et de douceur. Difficile de dire ce qui me donnait le plus de satisfaction, voir le genre d’individu qu’il avait réussi à devenir ou simplement le fait d’avoir réussi à aider. Il était dans ma nature, après tout, de vivre au travers des autres. Si je pouvais consoler et encourager mon prochain, c’était comme une réussite personnelle. Même le métier que je faisais, c’était à la base pour mon frère, puis pour tous mes fans. Faire les choses pour les autres, c’était infiniment plus valorisant que de les faire pour moi-même. D’autant plus que je manquais souvent de motivation, lorsque mes intérêts étaient purement centrés sur ma personne. Enfin, enchaînons, ici n’est pas le bon endroit pour commencer une étude en détail de ma personnalité, après tout.

La conversation avait poursuivit son cours, déviant maintenant sur mon occupation à plein temps, le doublage. C’était à son tour de réagir avec enthousiasme et une once d’émerveillement, m’arrachant au passage un rire aérien, mais discret. À croire qu’en vérité je suis une jeune femme timide. Dans tous les cas, nous devions redescendre sur Terre à un moment ou à un autre. Dire au revoir à sourires partagés et retomber dans la triste et morne réalité. Mon frère avait disparu. Plus que de l’inquiétude, en cet instant c’est de la culpabilité qui m’envahi. J’aurais presque préféré m’en tenir à cela et tourner les talons, ne pas lui dire les véritables raisons de ma visite. J’avais réussi à illuminer la journée de Saito-san, tout comme il avait rayonné dans la mienne. Je n’avais pas envie de ternir cela en tristes vérités. Mais tout ne pouvait se passer comme je le désirais et les rouages étaient déjà en marche. La réaction était immédiate et la tendresse de son regard se transforma en un air catastrophé. Il était désolé, ce à quoi je répondis d’un simple signe de la tête, pour le remercier. Vint alors la question suivante, depuis combien de temps?

- Il y a deux semaines que nous n’avons eu aucunes nouvelles et la police ne peut rien faire pour nous aider, car il n’est pas le seul dans cette situation. Je passais dans le district de Paulowmnia pour distribuer des affiches dans les différents magasins, au cas où quelqu’un le verrait et… je ne sais pas. C’est le meilleur moyen que j’ai trouvé, pour l’instant.

La réaction du libraire fut sans délai et je ne pu m’empêcher d’esquisser un sourire. Je le remerciai alors qu’il sortait déjà le matériel et que, sans plus attendre, il se démenait à les installer, quitte à enjamber littéralement le présentoir des nouveautés. Il y avait là un peu de maladresse, mais toute la bonté et le naturel avec lequel il s’était exécuté me faisait vraiment chaud au cœur. Les autres marchands s’étaient contentés d’en prendre une copie et de me dire qu’ils allaient l’afficher plus tard avant de la glisser sous le comptoir et j’étais en droit de me demander combien d’entre eux allaient véritablement les mettre en place. Heureusement, Saito-san était différent. C’est une certitude que j’avais toujours eue, me portant à l’encourager et à être gentille avec lui aussi souvent que possible. Appelons ça simplement l’intuition féminine. Toujours est-il qu’il revint finalement vers moi, l’affiche à présent bien en place dans la vitrine.

- Arrigato, Nobusuke-san.

Oui, pour la peine, je m’étais permis. Il devait probablement s’agir de l’une des premières fois que je m’adressais à lui par son prénom, mais ce m’était venu naturellement. Néanmoins, cette rencontre ne semblait être qu’une suite de revirement de situations, de petites surprises et d’éclats d’émotions. Il aurait été étonnant que cela cesse maintenant. Ainsi, lorsque Saito-san m’avoua y aller de temps à autres, la surprise me gagna. Ou alors étais-je seulement choquée? Car il y avait bien aussi un peu de peur, mais également de curiosité. Submergée par ces émotions, c’est sans réfléchir que ma main délicate se referma sur son poignet et que mes iris ocre se firent pressants, presque paniqués.

- Vraiment? À quoi ressemble cet endroit? Est-ce que c’est dangereux? Comment ça fonctionne? Si quelqu’un y reste aussi longtemps, tu crois qu’il peut aller bien quand même? J’ai entendu dire que les gens changeaient une fois là-bas, qu’à cause de ça c’était inutile de mettre des affiches ici… Est-ce que c’est vrai?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Sam 12 Déc - 17:42

Ordinary and Unexpected 

Nobusuke Saito & Megumi Uehara

Deux semaines ?!! Deux semaines… et elle était réduite à poster des affiches de recherches comme s’il s’agissait d’un animal domestique perdu. Mais que faisait la police ? Ah mais j’oublie, la noerphilie devait constituer un bon gros vide juridique - en d’autres termes il y avait peu de chance qu’on puisse déployer une équipe de recherche subventionnée par l’état. Quelque part j’espérais sincèrement qu’il ait réussi à sortir et qu’il soit perdu quelque part dans le monde réel. Il avait plus de chances de survie. Mais j’arrêtais de réfléchir aux possibilités, de tisser des théories et des hypothèses. Le petit frère d’Uehara était peut-être perdu - dans tous les sens du terme - mais elle demeurait ici, en chair et en os. Dans la souffrance d’une intolérable ’incertitude. Mais elle était plus forte que je l’imaginais, elle gardait espoir, elle gardait la foi. Ou alors peut-être qu’elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour éviter d’y penser. Quoi qu’il en soit je ressentais le besoin de faire ce que je pouvais pour l’aider, pour apaiser son chagrin, la distraire ou l’aider. Mais je ne me faisais pas d’illusions, vu notre relation je ne pensais pas avoir suffisamment d’impact pour retourner la situation. En plus je suis certain qu’Uehara a une tonne d’amis et sa famille pour la réconforter et penser à des solutions. Quoi qu’il en soit je comptais bien apporter ma modeste contribution.

Et c’est ce que je fis, en me mettant directement au travail pour afficher l’avis de recherche sur la vitrine. Mon ancienne camarade de classe me remercia aussitôt mais d’une façon peu conventionnelle :  en utilisant mon prénom. C’était bizarre. Nous n’avions jamais été assez intime pour nous appeler par nos prénoms autrefois. C’était un peu embarrassant mais pas vraiment déplaisant. Je passais une main sur l’arrière de mon crâne avec un sourire gêné.


Waw, ça fait un moment qu’on ne m’a plus appelé comme ça.



Ma mère ne m’appelait rarement et depuis le décès de mes grands-parents, le nombre de personne qui pouvaient m’appeler par mon prénom avaient chuté drastiquement à deux. Yup, je n’avais pas tellement d’amis et encore moins de temps à passer avec eux ces derniers temps. Mais j’ignorais si Uehara nous considérait désormais comme des amis. Nous étions autrefois de simple connaissance mais aujourd’hui nous nous découvrions des points communs. Unis dans la douleur et la perte. Mais qui sait si cette connexion, cette affinité soudaine durerait ? Je préférais rester prudent avec de l’appeler par son prénom ou utiliser de grands mots comme “ amis”.

Quoiqu’il en soit, je lui promis de jeter un coup d’oeil lorsque je traverserai l’écran. C’est alors que sa réaction se fit aussi immédiate qu’inattendue. Uehara m’attrapa le bras, sans trop serrer mais sans avoir l’intention de le lâcher, me transperçant avec ses yeux dorés. J’étais surpris : par sa réaction et le fait qu’elle ne connaissait rien de cet endroit. N’était-ce pas le premier pas dans la direction de son petit frère ? Elle me pressa avec plusieurs questions, son regard trahissant ce désir impératif d’en savoir plus. Je ne savais pas vraiment par où commencer mais j’y répondais comme je le pouvais...

Heum.... et bien….c’est un drôle d’endroit. Un peu comme un jeu vidéo mais “en vrai”. Les couleurs, les paysages… tout est surréaliste. Et oui ça peut être dangereux. Il y a des monstres qui traînent par ci par là...



C’était un peu difficile d’expliquer avec des mots ce qu’était la Noerphilie, ou du moins à quoi ça ressemblait. C’était comme chercher à expliquer une nouvelle couleur ou un nouveau pays.

Pour l’atteindre, tu dois juste traverser un écran avec ta main et tu seras transportée là-bas. Alors un pouvoir te sera confié. Il peut prendre la forme d’une ...invocation ou bien il peut juste êtres à l’intérieur de toi. Et c’est vrai que ton apparence peut changer, certaines personnes sont même méconnaissables… Il y a un village là-bas où tu es en sécurité mais en dehors, tu peux te faire attaquer par des monstres. Le temps s’écoule de la même manière là bas comme ici et….


J’étais censé dire : “ et il paraît que lorsqu’on meurt là-bas, on meurt ici aussi”. Mais je gardais cette information déprimante pour moi.

Donc il n’est pas impossible qu’il soit perdu ou coincé quelque part sans télé pour revenir.



Et s’il y avait eu un bug ? Et qu’est-ce qui se passe lorsqu’on meurt là-bas ? Est-ce que les gens deviennent des shadows ? Il faudra que je demande aux parrevois. Mon regard glissa vers la liasse d’affiches, réfléchissant sérieusement.

Quoi qu’il en soit… tu n’as pas pensé à utiliser les réseaux sociaux ou ta notoriété pour faire passer le message ? Avec des appuis suffisant, la disparition de ton frère pourrait devenir une histoire nationale, faire plus de bruit. Même passer à la télévision Et alors plus de personnes partiraient à sa recherche...



Je pouvais toujours passer un coup de fil à ma mère et lui demander s’il elle souhaitait en faire un sujet sur un de ses talk shows. Et puis, Uehara était mignonne pour une Seiyuu. Ca aidait pour avoir une petite armée de fans à ses pieds.


DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   
Mer 24 Fév - 8:41

Nobu' comme Megumi n'est plus sur le forum, je déplace le sujet.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ordinaire et Inattendu [PV Megumi Uehara ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une patrouille presque ordinaire [PV:Naïla]
» Un courrier inattendu
» Chambre de Megumi et Matsurika
» L'inattendu [PV Melley]
» Surprise inattendu...[PV : Far'jim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persona RPG :: DETENTE :: RP terminés-
Revenir en haut
Aller en bas