Forum rôle-play inspiré de l'univers de Persona. Après un étrange évènement, les habitants d'Iteku ont obtenu la possibilité de changer de vie dans un nouveau monde.
 
Bienvenue à toi dans la Velvet room, Invité ! Ce forum existe entre les rêves et la réalité, entre l'esprit et la matière. Ci-dessous tu trouveras toutes les informations nécessaires pour comprendre son univers, ses lois. Oseras-tu affronter ton destin ?
Si vous avez le moindre problème, contactez un membre de notre SUPER STAFF !








Un chaleureux accueil pour notre petit nouveau ! Amuse-toi bien =D
Le codage et le graphisme appartiennent au forum Persona RPG. Merci à Ami d'avoir codé certaines parties du forum. <3 Merci aussi au site Never Utopia pour ses nombreux tutoriels, vraiment ce sont les meilleurs ! Le contexte a été élaboré par et pour ce forum. Toute tentative de reproduction, partielle ou complète, de notre travail sans autorisation est interdite. Respectez notre travail !
Derniers sujets

Partagez | 
 

 The theatre suicide [Pv Haku & Ai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: The theatre suicide [Pv Haku & Ai]   
Dim 29 Nov - 13:56

Noerphilie, cette dimension avait vraiment quelque chose de particulier quand on y pénétrait les premières fois. Pour commencer, l'éveil des pouvoirs pouvait être en soit une expérience des plus martyrisant. Se retrouver ainsi à nu, voir ce que l'on cache au plus profond de soit émerger ainsi et prendre une forme physique. Pour beaucoup de personne cet événement était effrayant. Pour Haku, il s'agissait à la fois d'une délivrance, les rares chaines retenant son esprit s'étant brisées ce jour là.

Il était un régulier de Noerphilie, y passant énormément de temps en dehors de ses obligations scolaires et sociales. Au départ, rester plus d'une heure ou deux était une expérience éprouvante et fatigante, un peu comme essayer d'entrapercevoir un décor lointain en plein cœur d'un épais brouillard. Au fil de ses voyages ses sens s'étaient affinés, sa vision éclaircie. Il se sentait à présent comme chez parmi ces shadows et ces personnes ayant embrassé leurs parts enfouies. Cependant, certaine personne continuaient encore à rejeter ce qu'elles étaient vraiment, y compris dans cette réalité où le subconscient règne en maître absolu sur l'intégralité des aspect de la vie. Pour Haku il était impensable que ces personnes désirent résister à ce point à ce qu'elles étaient réellement, à nier ainsi la plus évidente des vérités. Cet état de fait le répugnait au plus haut point, rejeter ainsi le plus merveilleux des cadeaux que l'on puisse faire était impardonnable.

Mais nous nous égarons, après tout même s'il avait rencontré nombre de personnes tombant dans cette répugnante catégorie, son esprit était focalisé sur quelque chose de bien plus trivial. La semaine avait été longue, très longue même, et Haku avait bien besoin de se ressourcer un minimum. Après tout Noerphilie était un lieu bien plus agréable et passionnant à ses yeux qu'Iteku. Il souhaitait au plus haut point qu'un jour le monde devienne comme cette dimension, ou que cette dernière engloutisse sa terre d'origine. Ceci rendrait les choses tellement plus intéressantes.

Parrev était une ville assez étrange quand on y pensait, avec ses innombrables ruelles s'entremellant dans un sacré sac de nœuds où il était difficile de s'y retrouver. Pourtant on pouvait réussir à retrouver son chemin en s'aidant des nombreux points de repères dissimulés ça et là. Le palais était bien entendu assez évident, mais c'était bel et bien la tour de l'horloge de la Twilight Tower qui intéressait notre ami aujourd'hui. Ce lieu était assez apprécié des habitants d'Iteku, sans aucun doute de par sa ressemblance avec Big Ben ou le fait que l'on avait une vue imprenable sur toute la ville depuis le sommet de l'édifice.

Ce lieu était devenu pour lui un refuge, un endroit où collecter aisément ses pensées et faire le point en cas de crise. Là où de nombreuses personnes seraient devenues marteau en quelques heures à l'écoute du grincement des rouages et du cliquetis des aiguilles, Haku trouvait cette cacophonie rythmique et clinquante aussi apaisante que rassurante. Il avait même trouver le perchoir idéal par le biais d'une petite porte dérobée menant à l'avant du cadran de la gigantesque horloge. Une large bande de pierres s'y trouvait,assez grande pour pouvoir s'y tenir, s’asseoir ou même s'y coucher pour un petit somme. Les nuits y étaient fraîches et le vent soufflait très fort mais les étoiles ainsi que la ville illuminée par les lumières nocturne réchauffaient le cour et l'âme.

Il devait être 17h, Haku avait prévu de rester sur son perchoir jusqu'à la nuit tombée et d'aviser après sur le reste du programme de son escapade. D'en bas tout ce que l'on pouvait voir n'était qu'une frêle silhouette se tenant au rebord du précipice, fixant l'horizon d'un air pensif. Haku ferma les yeux et soupira. Malgré que la mort soit en permanence à ses côtés, il était heureux de pouvoir enfin profiter de la vie.....même si étrangement son cerveau se demandait si la vue seraient tout aussi imprenable s'il venait à sauter, et combien de temps durerait la chute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The theatre suicide [Pv Haku & Ai]   
Dim 29 Nov - 15:51


Petite créature couverte de bandelettes, tu réfléchissais, tu méditais, tu te perdais dans tes pensées, du haut de la toiture de la Twilight tower. Tu ne craignais que peu de chuter, sachant que ton Persona était toujours là en cas de gourde. Comme celle de glisser et de tomber à cette hauteur par exemple. Tu... Oubliais grand nombre de tes soucis quand tu quittais le sol pour rejoindre pendant quelques instants les cieux. Le soucis du moment était le poids de ton déguisement, un poids non pas physique, mais moral. Tant de personnes voulant te dévoiler aux grands jours, savoir qui se cachait derrière l'entité nommée 'A-Monster', c'est si... Pesant. Ne pouvais-tu pas vivre comme bon te semble ? Il semblerait que non, la curiosité, les principes et autres idioties de genre sont trop fort pour ton bonheur. Ennuyeux. Vraiment ennuyeux.

Tu balançais tes jambes dans le vide, fixant vaguement le paysage qui s'offrait à toi. Écoutant d'une oreille attentive le tic-tac de la tour, un son bien plaisant. Tu te balances petit à petit au rythme de la mélodie du mécanisme. Un peu plus et tu te mettrais à chantonner au grès du tempo, mais tu ne le faisais pas. Tu n'avais pas envie qu'on te dérange à nouveau, tu étais bien ici... Pour l'instant. Et dire que Noerphilie était au début pour toi une échappatoire de ta vie du show-business, là cela devient un second monde où tu dois fuir à toutes jambes pour avoir la paix. Pourquoi ? Les seules choses qui te répondent à cette question son le vent accueillant ton être de bandelettes, ainsi que la vague que t'envoyait B-Brother. Toujours là pour toi, toujours là pour surveiller l'enfant que tu es encore. Il te regarde. Il est l'adulte, tu es l'enfant. Une sorte de famille à deux.

Tu soupires vite fait avant de te tapoter brièvement les joues cachées. Aller, un peu de nerf, Ai. Tu seras heureuse ici, c'est sûre et certains. Il te suffit juste... De trouver de quoi t'amuser. De quoi te faire oublier les dures responsabilités de la vie. Il est donc temps que tu te trouves une victime du moment~ Et en plus, tu es dans le meilleur point d'observation qui soit. Alors, alors ? Qui sera ta victime ? Tu observes d'abord de là où tu es, sur la toiture de la tour, de la face opposée à l'horloge. Observant le ciel, puis ce qui se trouve sous tes pieds. Rien de bien intéressant. Tu regardes à droite, à gauche, toujours rien. Tu décides de te placer de l'autre côté de la tour, là où se trouvait le cadran. Tu t'étais déplacer en faisant quelques acrobaties, juste pour donner quelques frayeurs à ton Persona (c'est toujours un plaisir de le faire tourner en bourrique.)     

Tu arrives enfin sur cette face, prête à trouver un être avec qui t'amuser. Mais... Pas de chance, tu tombes sur un individu qui arrive plus à t'inquiéter qu'à t'amuser. Tu sais qu'il ne t'apprécie guère, aussi bien ici qu'à Iteku. Tu te souviens bien de la fois où vous avez conversé. Une discussion qui avait été bien lourde, bien... remplie d'un certain malaise. Tu avais presque l'impression qu'elle était sans queue ni tête en y repensant. Cet individu est d'ailleurs un de ceux qui souhaite anéantir ta fausse identité en ces lieux. De nouveau, pourquoi ? Tu n'en sais rien. Fichtrement rien. C'est bien pour ça que tu joues des rôles similaires à lui, dans le but de le comprendre lui et ses buts. Lui et ses actions.

Presque tout chez lui te dérange. Tu ne sais pas comment agir, tu ne sais pas quoi dire, quoi penser. Une véritable cacophonie dans ta tête. Que devais-tu faire ? Partir, fuir comme tu en as bien vite eu l'habitude ? Ou bien t'y risquer en allant à sa rencontre ? B-Brother te disait de déguerpir, mais... Tu adores trop aller dans le sens inverse de ce qu'il te dit, donc, qui ne tente rien n'a rien~  

Tu t'allonges donc sur le toit, peu dérangée par la position plutôt désagréable que donnait ton corps. Le bas se calquant à la pente de la toiture et le haut la quittant pour saluer ton voisin du dessus. Pieds vers le ciel, tête vers la terre. Drôle de vision que tu offres-là. À l'envers, saluant brièvement de la main le jeune homme, comme si rien n'était. Et disant d'une voix amusée:

▬  Hellow dear~

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The theatre suicide [Pv Haku & Ai]   
Dim 29 Nov - 17:09

"Hellow dear"

La perturbation fut soudaine, inattendue et pourtant étrangement familière. Une voix enjouée et douce, qui pourtant provoquait un certain agacement chez Haku alors qu'il ne leva les yeux en direction de la source du bruit. Ses yeux se plissèrent instantanément, un nouveau soupire s'échappa d'entre les lèvres du jeune homme. Il reconnaîtrait ces bandelettes et cette tunique mauve parmi mille autres.

A-Monster, c'était comme cela qu'elle se faisait appeler. Cette créature était une curiosité des plus singulières en cette dimension distordue, pas de celles qu'Haku appréciait malheureusement. Trop de mystères et de secrets, justement le genre de chose qu'il méprisait. Quel intérêt de se cacher ainsi derrière un pseudonyme ainsi qu'un costume bon marché? Après tout, tout le monde était libre d'être ce qu'il était réellement au fond de soit en Noerphilie. Complètement incapable de se projeter à travers cette étrange demoiselle, vous aurez aisément compris qu'Haku n'était pas le plus aimable ni le plus galant en sa compagnie.

Il la fixa, être dans cette position à pendre ainsi n'était ni très confortable ni très sécurisé. Il aurait suffit qu'une tuile ou deux ne se déchaussent et adieu A-Monster, on retrouverait tout au plus une peinture avant-gardiste sur le pavement en contrebas. Elle agitait sa main dans tous les sens, essayant sans aucun doute de communiquer avec l'être venu d'ailleurs qu'était Haku. Ce dernier lui renvoya la pareille, mimiquant sans grand intérêt ni énergie les gestes de la momie se situant au-dessus de lui.

"Bonjour" répondit il sur un ton faussement enjoué ne collant aucunement avec ses gestes

Puis il resta là, quelques instant à la fixer en silence. Il ne savait pas vraiment comment interagir normalement avec autrui et à vrai dire Haku ne pensait actuellement qu'à une seule et unique chose: Découvrir ce qui pouvait bien se cacher sous ces bandages. Non pas par curiosité, en soit il se moquait éperdument de la véritable identité de cette personne. Non, s'il agissait ainsi c'était par nécessité. Se mettre à nu et montrer au grand jour ce que l'on était, telles étaient les règles de ce monde. Au bout de ces quelques instant il reprit de nouveau la parole.

"J'arrives, ne bouge pas.......my dearest."

Puis il se mit en route, rejoignant à son rythme le toit où s'était posté A-Monster. Y arrivant les mains dans les poches, il avança d'un pas lent et peu sûr de lui en direction de la position de son interlocutrice, titubant et trébuchant à plusieurs reprises. Sa jambe n'était vraiment pas faite pour ce genre d’acrobaties, enfin au moins il arriverait sans aucun doute à éprouver un peu de plaisir durant cette échange. Après tout, même s'il n'aimait pas cette mystérieuse entité, se jouer d'elle, la taquiner et tenter de percer ses secrets étaient autant d'activités se révélant étrangement aussi stimulantes que divertissantes. Alice était probablement du même avis, et elle n'attendais qu'une chose: Se jeter sur A-Monster et arracher ces bandelettes, ainsi que probablement un peu de peau pour faire bonne mesure. Mais Haku n'était pas encore prêt à en arriver là, après tout il aimait prendre son temps et ce lieu avait un don pour le calmer. Pas qu'il devienne docile, juste moins imprévisible et dangereux autant pour lui, que pour autrui.

Il trébucha une nouvelle fois, mettant un genou à terre et serrant les dents alors qu'une violente chaleur s'empara brièvement de sa jambe. S'appuyant sur sa seconde brindille avec difficulté, il se releva tant bien que mal, repoussant violemment toute tentative de l'aider si tant est que quelqu'un se soit sentit le cœur d'intervenir. Sa respiration se fit plus rude pendant quelques brefs instant avant de revenir à la normale. Il chassa les poussières et saletés qu'il avait accumulé durant son ascension d'un revers de main avant de reporter toute son attention vers A-Monster. Que pouvait elle bien lui vouloir? Après tout ils ne s'étaient pas vraiment quitté en de bon termes la dernière fois. Que ce soit elle qui vienne vers lui en premier était tout bonnement impensable, il avait du mal à évaluer la situation ou à comprendre ce qui pouvait bien se tramer sous ces bandelettes.

"Et bien, ce n'est pas l'endroit le plus accessible de cette tour mais je dois avouer que la vue est impressionnante.....Tu fréquentes donc aussi ces lieux?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The theatre suicide [Pv Haku & Ai]   
Dim 29 Nov - 18:22

Son cœur battait au rythme d'une atroce suite de sonorités. Il ne semblait être que le triste interprète de sa propre extinction. Reprenant malgré lui l'horrible morceau irrégulier, dissonant, cacophonique que lui partageait le chef d'orchestre. Le mouvement lui paraissait à la fois interminable et insupportable, mais dans un ralliement presque inaudible tout lui parût plus agréable. Chaque notes semblaient s'être ralliées, formant une douce et envoûtante mélopée l'invitant à plonger en sa compagnie dans les méandres d'une mer apaisée. Souriant, il se laissa entraîner, comprenant que son corps entier avait mené avec brio la composition qu'il avait nommé "L’achèvement de ma vie". Il remercia d'un soupir le chef d'orchestre et s’éteignit achevant ainsi le spectacle dont il était le seul spectateur...

La pièce semblait s'être terminée pour le pauvre homme et son orchestre, cependant elle laissait comme un goût d'inachevée aux yeux du metteur en scène. Quel était l'élément manquant à la matérialisation d'un sentiment de satisfaction ? Quelle était cette petite étincelle capable d'élever cette œuvre jusqu'à son apothéose ? D'un geste presque théâtral, l'artiste éleva son froid regard en direction de la "Twilight tower" chef d’œuvre incontesté de Parrev pour tous les amateurs de panoramas. D'un pas lent et décidé, l'homme se dirigea donc vers cette dite tour avec pour seul bagage le corps de celui qui avait été l'interprète de son œuvre. Un décors magique, pour ce qui allait être un final à la fois resplendissant et poétique...

Arriver au sommet de cette "Twilight tower" n'avait pas été chose aisée lorsque l'on portait un homme qui allait goûter à son heure de gloire. Beaucoup se seraient découragés à la vue des milliers de marches qui s'étaient dressées devant eux avec l'intime conviction de les épuiser afin de faire en sorte que la pièce soit à jamais une œuvre inachevée, cependant l'artiste n'avaient aucunement perdu espoir quand à retrouver le sommet de ce monument. Il lui fallait à tout prix achever ce pourquoi il avait travaillé depuis des semaines, voir des mois, il fallait que son œuvre atteigne l'apothéose et que tous comprennent que ce monde ne mérite rien de plus que de sombrer dans le néant...

Tout aurait put être parfait, absolument tout, créant ainsi une toile inimitable ! Seulement, le destin en avait décidé autrement. Deux individus avaient osés prendre place sur le sommet gâchant ainsi le panorama et ce qui aurait dut être son chef d’œuvre. D'un geste maladroit l'homme lâcha le corps de celui qui avait été son acteur vedette, le laissant dégringoler jusqu'à ce que celui-ci embrasse violemment le sol et colle au froids pavés du quartier. Ce final aurait put être magique, cependant ces inconnus avaient tout gâché...

« Ce final est catastrophique. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The theatre suicide [Pv Haku & Ai]   
Dim 29 Nov - 21:53


Tic-tac. Tic-tac. Tic-tac. Tic-tac. Tic-tac. Quel beau son pour attendre l'un des individus dont le mécanisme est hors de ta porté. Dont les rouages n'ont aucune logique à tes yeux. Tu voyais qu'il avait du mal avec la toiture comme support, mais tu ne l'aidais pas. C'est bien l'une des choses que tu as comprises de lui en jouant des rôles qui te semblaient similaires à lui. C'est sûrement pour ça que tout à dégringoler la dernière fois. Toi, qui est incapable de se débrouiller toute seule, propose son aide à autrui. Quelle bonne blague. Mais passons, ton regard en bonne partie caché par les bandages rencontre le sien. Tu cherches à comprendre ce qui se trame dans sa boîte crânienne. Il tente de savoir ce qui ne tourne pas rond chez toi, de pourquoi es-tu de nouveau face à lui malgré votre dernière confrontation. Tu entends ensuite sa voix, couvrant une partie du bruit de l'horloge.  

▬  Et bien, ce n'est pas l'endroit le plus accessible de cette tour mais je dois avouer que la vue est impressionnante.....Tu fréquentes donc aussi ces lieux ?

Tu l'as abordé de manière plus ou moins civilisée -si on oublie l'étrange posture que tu avais- il te fait une conversation plus ou moins civilisée. Comme cette fois-là, à Iteku. Pourra-t-il faire le rapprochement un jour ? Tu l'espères pas, et encore moins qu'il découvre de lui-même ce qu'il y a sous tes bandelettes. Si tu t'es donné la peine de créer une entité ici, ce n'est pas pour rien. Bien que tu sembles plutôt décontractée d'être face à lui, ce n'est pas le cas. Tu vis une bataille à l'intérieur de toi. B-Brother te reprochant d'avoir de nouveau jouer les inconscientes et toi lui demandant simplement de se taire pour cette fois-ci et d'être prêt à t'aider à fuir en cas de pépin. Une fois ceci fait, tu lui réponds avec un sourire bien visible malgré les bandages :

▬  Yep ! J'adore ce genre de lieu ! Hé hé~ Ce sentiment... Ce sentiment d'être pile entre la terre et les cieux, d'être loin du monde est vraiment gé-ni-al~

Tu parles toujours comme une enfant, voir comme une adolescente. Toujours avec une voix plus fluette qu'à l'accoutumé. Tu te plais à te libérer d'absolument toutes tes responsabilités pour profiter d'une enfance que tu n'as jamais eu. Une enfance sous le nom d'A-Monster. Tu allais rétorquer une autre chose, mais tu es coupée dans ton élan par une scène dérangeante, une scène bien trop nouvelle pour toi, bien trop... inexplicable. Deux individus nouveaux qui entre en scène, dont l'un qui vous quitte immédiatement pour rejoindre le pavé en contre-bas.

Comment définir le bruit de son corps qui s'écrase vulgairement au sol ? Splash pour la chair ? Crac pour les os ? Une chose est sûre, tu es livide sur le moment. Cela ne se voit pas avec tes bandages. Aller du calme, ce n'est pas la première fois que tu as affaire à la mort. Aller du calme, fait comme d'habitude. Penses à ce que tu viens de voir comme si cela n'était qu'un plateau de tournage. Du calme... Du calme... Tu savais ce qui t'attendait en venant à Noerphilie, tu le savais. Donc fait comme si tout cela était normal et-

▬ Ce final est catastrophique.

... Ce monde est fou. C'est ce que vous vous êtes dis, ton Persona et toi. Toi observant les deux individus restant en face de toi. B-Brother continuant à te dire de déguerpir. Tu devrais l'écouter, pour cette fois juste l'écouter et pourtant... Tu l'abordes, comme pour l'autre, toutefois un peu plus calme :

▬ Hellow.. ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: The theatre suicide [Pv Haku & Ai]   
Mer 24 Fév - 8:46

Coucou, Ai comme ton partenaire n'est plus sur le forum, je me permet de déplacer le sujet.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The theatre suicide [Pv Haku & Ai]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The theatre suicide [Pv Haku & Ai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un affreux suicide
» Fiche Technique de Haku D. Byakko
» Sinon c'est du suicide?
» Grave deterioration dans camps: Desesperes pensent au suicide
» Poto kod pou mare gran manjè, pèp la chwazi suicide olie mouri grangou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persona RPG :: DETENTE :: RP terminés-
Revenir en haut
Aller en bas