Forum rôle-play inspiré de l'univers de Persona. Après un étrange évènement, les habitants d'Iteku ont obtenu la possibilité de changer de vie dans un nouveau monde.
 
Bienvenue à toi dans la Velvet room, Invité ! Ce forum existe entre les rêves et la réalité, entre l'esprit et la matière. Ci-dessous tu trouveras toutes les informations nécessaires pour comprendre son univers, ses lois. Oseras-tu affronter ton destin ?
Si vous avez le moindre problème, contactez un membre de notre SUPER STAFF !








Un chaleureux accueil pour notre petit nouveau ! Amuse-toi bien =D
Le codage et le graphisme appartiennent au forum Persona RPG. Merci à Ami d'avoir codé certaines parties du forum. <3 Merci aussi au site Never Utopia pour ses nombreux tutoriels, vraiment ce sont les meilleurs ! Le contexte a été élaboré par et pour ce forum. Toute tentative de reproduction, partielle ou complète, de notre travail sans autorisation est interdite. Respectez notre travail !
Derniers sujets

Partagez | 
 

 « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
True Self
Anju ! Messages : 10
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 17

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Mer 22 Mar - 21:33

SARU ARAI ALIAS ANJU
16 ANS ♦ ♀ ♦ JAPONAISE ♦ HÉTÉRO ♦ LA MORT ♦ LYCÉENNE
« Saru ? Heu, oui... On s'est rencontrées il y a longtemps. Et comme c'est ma meilleure amie, oui, je la connais bien...
Ce qu'on remarque en premier chez elle ? Tout dépend de ce qu'on regarde d'abord. Son physique ou son visage ? Si c'est avant tout le général, eh bien on voit qu'elle est plutôt grande et maigre. En fait, c'est assez paradoxal quand on y pense. Ses parents sont riches, et quand on parle d'enfants de ce genre, on voit généralement de gros gosses bien dodus. Le contraire de Saru. Elle mange beaucoup pourtant. Comme quatre même. Bon, j'exagère un peu, mais j'suis pas loin. Mais à côté de ça, elle fait énormément de sport, et elle a un physique athlétique. En fait, pour dire la vérité, elle ne fait que du sport. Saru porte bien son nom. C'est un vrai singe. Elle grimpe partout. Une fois, je l'ai trouvée dans un arbre, tout en haut. Je lui ai demandé de descendre, elle a sourit, s'est penchée en arrière et a glissé. Je me souviens avoir vraiment cru qu'elle allait tomber et j'ai crié. Mais en fait, elle s'est juste mise la tête en bas. Elle a encore sourit, et je lui ai gueulé dessus. "Pourquoi tu fais ça ?! Pourquoi tu risques toujours ta vie ?!" Encore une fois, elle a sourit et elle m'a répondu, doucement, si doucement que je me demande parfois si je n'ai pas inventé ces paroles. "Toujours plus loin, toujours plus haut. Pour toucher les étoiles." Je n'ai jamais compris ce qu'elle entendait par là. Mais ses mots sont toujours restés gravés dans ma mémoire. Sur le mur d'escalade, Saru est la reine. Elle nous explose tous. Elle grimpe les pistes les plus difficiles du mur sans souci. On dirait qu'elle danse dessus. Elle arrive à faire des choses que jamais je n'oserai faire. M'enfin, Saru est un singe. Même si c'est aussi un poisson. Elle fait beaucoup de surf et de natation. Elle se débrouille super bien. Elle adore ça, même si ce ne sont que de tous petits passe-temps à côté de l'escalade.
Ensuite, si on regarde d'abord le visage, on voit avant tout ses yeux. Elle a de grands yeux bruns, et, à eux seuls, ils sont quasiment toutes les émotions de Saru. Quand elle ressent quelque chose, ce sont d'abord ses yeux qui le montrent. Et même sans mots, il suffisent. En fait, si Saru était muette, ça ne changerait rien. Elle n'a jamais eu besoin de mots pour se faire comprendre, et c'est bien peu dire.
Autrement, Saru a des cheveux coupés courts, fins et soyeux. Son visage possède des traits doux. Et d'ailleurs, je pense que, si elle le voulait, elle pourrait largement faire craquer des mecs.
Mais Saru n'aime ni le maquillage, ni la mode. Ça lui passe carrément au dessus de la tête. Ça fait treize ans que je la connais, et pas une seule fois, je ne l'ai vue se maquiller. Toujours au naturel notre singe. Niveau vestimentaire, malgré tous les habits qui lui offrent ses parents, elle s'en fout complètement. Elle préfère ses habits habituels, certains complètement usés jusqu'à la corde.
Enfin bref, c'est notre Saru.
Comme vous l'avez compris, elle fait beaucoup de sport. À l'école, c'est d'ailleurs la seule chose qui l'intéresse. En cours, elle n'écoute jamais. Elle dessine, parle, lit ou écrit, mais jamais elle n'écoute ce que les profs disent. Au début, ça les énervait vraiment. Et puis, avec le temps, ils s'y sont habitués. Elle n'écoute toujours pas, mais ses notes sont vachement bonnes. À dire vrai, j'ai un jour soupçonné le fait qu'une partie de son cerveau s'occupait en s'amusant, et l'autre écoutait et retenait​ tout ce que les profs disaient. Mais si Saru s'y mettait sérieusement, elle nous écraserait tous. Pourtant elle ne fait rien et se contente d'avoir au moins la moyenne partout. En fait, la seule matière où elle est vraiment à fond et ne se retient pas, c'est le sport.
Saru aime bien rire et plaisanter. Elle ne reste jamais très longtemps sérieuse. Même lorsqu'elle le devrait. D'ailleurs, si notre groupe fait autant de choses, c'est sûrement grâce à elle. Saru trouve toujours des choses à faire lorsqu'on a pas d'idées. Et c'est aussi elle qui, lorsqu'on est pas trop pour, nous pousse à le faire. Peut-être qu'au fond, c'est elle qui tire les fils, et nous, on est les marionnettes. Qui aurait cru qu'elle deviendrait ainsi, alors que la gamine que j'ai rencontré semblait plutôt timide et renfermée ?
Enfin, Saru est têtue. Lorsqu'elle a une idée dans la tête, on ne peut pas lui enlever. Combien de fois ses parents lui ont ordonné de ne pas risquer sa vie en montant aussi haut ? Combien de fois les a-t-elle ignoré ? Tellement qu'on ne les compte plus maintenant. Et ça n'est qu'un exemple. Elle fait ça tout le temps.
Je crois que c'est tout. Pour Iteku, du moins... »

À savoir également :

  • Saru est également une petite menteuse. Mais seulement lorsqu'elle estime que c'est utile au bien de tout le monde. Tout le monde ou seulement elle. C'est le cas pour son passé, sur lequel elle ment depuis treize ans et n'a avoué la vérité à personne, pas même à Hana.
  • Lié à ce secret, Saru n'a plus peur de la mort. Elle aborde la sujet sans crainte, et prononce parfois des mots qui provoquent une certaine gêne chez les autres.


« À la Noerphilie ? C'est essentiellement son physique qui se change. Niveau caractère, j'ai l'impression que tous ses défauts et qualités sont poussés au maximum. Depuis qu'elle a ses ailes, Saru risque de plus en plus souvent et de plus en plus fortement sa vie.J'airais préféré qu'elle devienne plus mature mais...
Bref, physiquement, ses cheveux deviennent longs et roses. Ils sont tout le temps attachés en deux couettes. Elle a deux ailes sur la tête, comme des oreilles chez des hybrides chat. C'est plutôt rigolo. Et elle a aussi une auréole dorée. C'est surtout elle et les ailes qui ont inspiré le surnom "Anju".
Ses yeux, hormis la couleur, n'ont pas changé. Toujours aussi expressifs qu'avant. Mais cette fois, ils sont couleur d'or.
Elle n'est pas bien grande et une apparence plus gamine qu'à Iteku. Elle porte une robe rouge, plutôt jolie, mais assez... Inhabituelle. Ce n'est pas le genre de vêtements que porterait Saru chez elle.
Et enfin, elle porte deux ailes dans le dos. Ce sont sûrement eux qui font la plus grande joie de Saru, puisqu'elle a toujours rêvé de voler. »

À savoir également :

  • Lorsque Saru se rend seule à la Noerphilie, sans ses amis, elle est vêtue de noir, une tenue similaire à celle des ninjas. Ses cheveux sont ramenés dans une capuche, et seules ses quatre ailes sortent de ses habits.
  • Comme disait Hana, les qualités et défauts de Saru sont plus poussés. Elle est donc plus active, dangereuse, menteuse, et téméraire qu'avant, entre autres.

QUALITES

♦ Hyperactive ♦
♦ Inventive ♦
♦ Amusante ♦
♦ Stimulante ♦
♦ Intelligente ♦
DEFAUTS

♦ Téméraire ♦
♦ Dangereuse ♦
♦ Menteuse ♦
♦ N'a pas peur de mourir ♦
♦ Têtue ♦
True Self

Nom : Monkey Face
Description
Monkey Face constitue en un pouvoir de transformation. Lorsqu'elle le désire, si elle a suffisamment d'énergie et si elle connaît le nom et au moins une apparence d'un quelconque singe provenant, entre autres, d'une légende, livre, jeu vidéo, film, manga, dessin animé ou existant, elle peut prendre son apparence, et, s'il en a ses pouvoirs. Il y a deux choix possibles : soit le singe possède des pouvoirs, soit ce n'est pas le cas.

S'il n'en a pas, Anju utilise seulement de l'énergie pour se transformer. Elle possède alors cependant tous ses attributs physiques et ce pour quoi on le connaît.
Exemple :
 

Maintenant, si elle se transforme en un singe ayant des pouvoirs, Anju est capable de les utiliser. Bien évidemment, si elle a les conditions nécessaires, soit la connaissance de cette attaque, le visuel possible, et surtout, l'énergie. Si l'une de ces trois conditions manque, elle ne pourra pas utiliser le pouvoir. Pour la connaissance, il faut simplement qu'elle l'ait déjà vu.
Exemple :
 

Dans tous les cas, il faut l'énergie nécessaire à la transformation et connaître l'apparence et le nom (s'il en a) du singe pour pouvoir se transformer.
De plus, Anju ne sera capable de parler que si le singe en est capable. Si on reprend l'exemple précédent, Chimpenfeu, elle ne sera capable que d'utiliser son langage, donc celui des Pokemons. Il faudra qu'elle se retransforme en forme humaine, ou en singe sachant parler pour que les humains la comprennent.
Autre point, mais pas moins important, c'est toujours Anju qui se trouve sous cette apparence. En d'autres termes, elle ne sera jamais capable d'utiliser une attaque de la même manière que le singe. Sauf si elle décide de le copier, mais ça reste compliqué. De plus, elle ne sait pas se servir de quoi que ce soit sans entraînement préalable.
Enfin, si un jour Anju se trouve dans une forme de singe au moment où elle perd sa dernière once d'énergie, elle restera coincée, à tout jamais, dans ce corps de singe (sauf si elle retourne à Iteku, où elle retrouvera son apparence humaine jusqu'au prochain voyage vers la Noerphille). Autrement dit, elle perdra complètement son pouvoir. Cependant, si le singe qu'elle avait choisi avait des pouvoirs, elle sera toujours capable d'utiliser son énergie pour utiliser ses pouvoirs.
« Et son histoire ? On peut en savoir plus ?
- Bien sûr ! On ne connaît pas grand chose de la vie de Saru Onigiri avant ses trois ans.
- Pourquoi ?
- Hé bien... On va d'abord commencer par le début. Il y a deux ans, lorsqu'elle n'en avait que trois, à peu près, ses parents se sont fait tuer. Personne ne sait quoi, ni pourquoi. C'est resté un mystère. Mais, puisque vous êtes policière, vous ne devriez pas être au courant ?
- Non, nous sommes arrivés ici il y a un an et demi. On vivait à Tokyo avant.
- Oh... Je vois. Bien. C'est la voisine, une certaine Hanamura, qui a appelé la police et les secours. À ses dires, il y a eu trois coups de feu, pendant la nuit. Le premier l'a réveillée. Lorsque le second a résonné, elle n'a pas bien compris et est restée surprise, et le dernier l'a fait reprendre ses esprits. Elle a déclaré que le dernier avait mis plus de temps que les deux autres, à la suite, pour arriver.
- Personne d'autre n'avait entendu les coups de feu ?
- C'était la nuit, les autres voisins dormaient. Dans le petit immeuble où la famille de Saru vivait, il n'y avait que trois appartements, dont un vide. Les murs des appartements voisins, comme ils n'étaient pas du même bâtiments étaient donc plus épais que ceux qui séparaient l'appartement de la voisine et des Onigiri. De plus, les coups de feu était faibles, et les policiers ont soupçonné que ceux qui avaient tiré avaient utilisé des silencieux.
- Je vois.
- Le problème, c'est que personne ne les a vu après cela. Et aucune trace de leur passage ne se trouvait dans l'appartement. Comme ils ne pouvaient pas faire grand chose, la police a dû fermer l'enquête.
- Mais ils ont laissé Saru en vie...
- Exact, personne ne sait pourquoi. En tout cas, elle avait reçu un violent coup dans la nuque. Pas suffisamment fort pour la tuer, mais assez pour l’assommer. C'est inconsciente que les secours l'ont trouvée, au milieu de ses parents. Ils l'ont emmenée à l'hôpital, mais...
- Mais ?
- Chut !
- Le problème, c'est que, une fois réveillée, si les médecins n'avaient trouvé aucun problème, elle ne se souvenait de rien.
- Rien de rien ? Sans problème ?
- Exact. Rien de rien et pourtant, perte de la mémoire. Et, pour couronner le tout, elle ne disait pas un mot. Pourtant, elle n'était ni muette, ni sourde. Les médecins ont donc pensé qu'elle avait perdu la mémoire, mais qu'elle reviendrait. Et aussi que, soit elle bloquait mentalement dans la prononciation des mots, soit elle avait oublié comment parler.
- Mais c'est revenu ?
- Non, et c'est bien ce qui a étonné les infirmiers. Après une semaine, toujours rien. Deux semaines, non plus. Finalement, les policiers ont abandonné l'affaire, tout comme les médecins. Ils disaient que, peut-être, un environnement plus favorable lui ferait peut-être retrouver. Ils ont donc décidé de l'emmener à l'orphelinat.
- Et maintenant, c'est revenu ?
- Malheureusement non... Et, pendant ces deux ans, elle n'a pas dit un mot. Ce n'est pas le manque de professeurs et experts compétents qui lui a manqué pourtant. De nombreux psychiatres sont également venus la voir. Mais jamais plus elle n'a parlé. À la place, elle se contente d'observer les gens, avec un air neutre et... Et vide.
- Vide, comme un mort ?
- Hmmm, oui, comme un mort... Je dois vous avouer, pour l'avoir déjà vu, que c'est un peu effrayant. Surtout chez une enfant de cet âge. Enfin bref. Donc un médecin est venu lui expliqué que ses parents étaient morts, et elle n'a pas réagi, se contentant de l'observer avec son air. L'infirmier n'est pas resté plus longtemps. Comme elle ne se souvenait pas de ses parents, elle ne pouvait pas être triste, et comme elle était trop jeune, je suppose qu'elle ne savait même pas ce que signifiait le mot "mort". Puis, l'un d'entre nous est venu lui expliquer le concept d'orphelinat. "C'est pour les enfants qui cherchent des parents", lui a-t-il dit. Cette phrase, je l'ai entendue tellement de fois... Enfin... Mais lorsqu'ils l'ont emmenée, elle a piqué une crise. C'était comme si elle ne voulait pas quitter l'hôpital. Elle était complètement hystérique, mais sans un seul bruit. 
- Mais pourquoi ?
- Personne ne sait. Une fois arrivés, ils ont posé la petite par terre, puisqu'ils ont dû la porter et elle est allée s'asseoir sur le perron. Et plus tard, lorsqu'on a voulu la rentrer, elle s'est débattue et est retournée sur la dalle de l'entrée. Pendant un an elle a fait ça à chaque fois qu'on la rentrait.
- Un an ?! Elle dormait dehors ?
- Non, bien sûr que non. Enfin, à chaque fois qu'elle s'endormait, quelqu'un allait la chercher pour la mettre dans un lit. Je ne vous cache pas que, des fois, c'était nuit blanche... Mais, après un an, elle a fini par aller seule dans son lit. Personne ne sait pourquoi. Peut-être qu'elle a finalement prit conscience qu'un lit était plus confortable...
- C'est bizarre...
- Oui, mais c'est peut-être aussi parce que quelqu'un la convaincue, mais personne ne s'est déclaré, alors on ne sait pas. La dernière année qu'elle a passé ici s'est bien passée, sans rien de notable. Mis à part qu'elle n'a toujours pas dit un mot...
- Je vois ...
- Est-ce que...
- Non ! Aucun problème, on la prend toujours ! J'aime beaucoup les mystères, et, à ce que je vois, cette petite en est un...
- Tant mieux ! Alors passons à la partie administrative... »

...


« Et ensuite ?
- Hé bien, Saru a vécu avec ses nouveaux parents. Elle était pas très contente quand elle a appris la nouvelle. Ça se voyait à sa tête. Elle faisait une de ces tronches ! Incroyable, tu l'aurais vue ! Mais finalement, j'ai fini par lui faire comprendre que c'était super, et elle a fini par me croire. Mais elle a jamais vraiment aimé ses nouveaux parents.
- Pourquoi ?
- Va savoir. Jusqu'à ses huit ans, j'en avais aucune idée. C'est qu'après que je lui ai redemandé. Elle s'est contenté de hausser les épaules et elle a soupiré. J'ai abandonné l'affaire. Du coup, je suppose que c'est parce qu'elle les boude. Son père est un homme d'affaires qui voyage beaucoup, tu sais. Il est quasiment jamais là. En onze ans, j'ai dû le voir deux ou trois fois, et c'est pour dire ! J'suis allée souvent chez Saru !
- Et sa mère ?
- Flic. Elle est plus souvent là que son père, mais on peut mieux faire. Comme ils la voient pas souvent, ils lui offrent tout un tas de choses. Et comme ils sont riches, c'est pas rien.
- Donc elle ne les aime pas vraiment parce qu'elle préférerait qu'ils soient là ?
- Je pense. Après, tu sais, c'est Saru, on est jamais sûrs de rien avec elle...
- Et quand elle s'est remise à parler ?
- Hé bien, tu sais, je les rencontrée à son arrivée à l'orphelinat. À cinq ans, elle avait de nouveaux parents. Et à huit ans, elle a "retrouvé sa langue", comme ils disaient. Je n'ai jamais su pourquoi. Même en lui demandant, elle n'a jamais dit pourquoi à qui que ce soit. Honnêtement, ça faisait bizarre au début. Et puis on s'est tous habitué, et on a repris une vie normale.
- En gros, Saru est un mystère ?
- Ouais, un vrai mystère. »

...


En réalité, Saru n'a jamais perdu la mémoire. Ces événements sont restés gravés dans son esprit et elle n'a jamais pu les oublier.
Mais faire croire cela n'a jamais été son intention.

...


Ses parents avaient de gros ennuis, depuis l'époque où ils s'étaient rencontrés. Un an avant la naissance de la gamine, ils ont dû déménager, de Tokyo à Iteku.
Le père de Saru, Mattew Luciò, italien de naissance, était fils de mafieux. S'ils étaient venus au Japon, c'était uniquement parce que la famille de Mattew avait eu des ennuis avec une autre grande famille de mafieux. Entre la mort et la fuite, la branche de Mattew avait préféré fuir. Âgé seulement de dix ans, le pauvre gosse ne comprenait pas bien ce qu'il se passait. Et apprendre le japonais en si peu de temps, ça n'a pas été facile. Mais, à force de persévérance, et surtout en côtoyant des japonais, à douze ans, notre garçon savait écrire et parler japonais, se créant tranquillement dans une vie chez les nippons.
Mais, alors qu'il venait seulement d'avoir vingt-et-un ans, Mattew a rencontré Hana Onigiri. Belle comme une rose, douce comme la rosée. Les deux jeunes gens voulaient partir. Se faire une vie. Avoir un avenir.
Quitte à s'attirer les foudres de la famille Luciò, qui vivait dans l'optique de retourner en Italie. Et qui détestait les traîtres.
Iteku. Sous le nom de famille de Hana, Onigiri, les deux amoureux purent vivre pendant trois ans et huit mois tranquilles. Et c'est dans le huitième que Mattew découvrit qu'ils l'avaient retrouvé. Saru était née et avait déjà presque trois ans.
Quatre mois plus tard, non seulement ils étaient retrouvés, mais en plus ils étaient morts.
La voisine, Hanamura, avait vécu juste à côté de chez eux pendant tout ce temps et les appréciait vraiment beaucoup.
Et comme elle l'avait dit, seulement trois coups de feu. Et trois mafieux, dont une nouvelle recrue. La première balle, le chef de l'opération, tua le père. La seconde, et second de l'opération, stoppa net le réveil de Hana. Mais elle et la voisine n'avaient pas été les seules à s'être réveillées car Saru se leva et se dirigea vers la chambre des parents. Elle ne savait pas de quoi il s'agissait, mais tout ce bruit l'inquiétait un peu. En entrant dans la chambre de ses parents, le premier lâcha un rire froid et dur. « Tiens, tiens, la gamine Onigiri... Lisandro, occupe-toi d'elle. » Le nouveau resta figé un instant, juste pendant le temps que les deux autres se soient avancés d'un pas et ne se soient tournés vers lui. « Maman, Papa ? » demandait la petite, tout observant les trois mafieux. Mais Lisandro hocha la tête, un sourire sadique aux lèvres. « Bien, chef. » Les deux autres s'éloignèrent alors, certains qu'il allait le faire. Ils sortirent, et tout en marchant, ils lancèrent : « Tu nous r'joins en bas. » L'autre répondit d'un oui convainquant avant de se tourner vers la gamine, qui ne comprenait strictement rien à la situation. Pour elle, le monde était rose et beau. La mort n'existait pas, les méchants non plus. Alors elle ne pigeait rien.
Mais, contrairement à ce que son apparence laissait penser, Lisandro n'en menait pas large. Il avait fait beaucoup de théâtre, avant de les rejoindre, avec des jeunes talentueux avec un avenir. Et tuer une gosse l'embêtait. Même si Mattew était un traître, s'il savait pour qu'il était mort en cet instant, il ne croyait pas que les deux parents aient expliqué quoi que ce soit à la gamine. Surtout pas à cet âge là. D'autant qu'elle ne trichait pas en faisant cet air d'incompréhension, le mafieux en était sûr. Et il s'y connaissait.
Mais, rapidement, il avait pris une décision. Il s'approcha de la gamine, qui lâcha un cri court, strident et stupéfait. Mais il se contenta d'un coup dans la nuque. Et, comme le dirait plus tard la directrice de l'orphelinat aux Arai, « pas suffisamment fort pour la tuer, mais assez pour l’assommer. » Au même moment, le coup partait dans le mur. Et il se contenta d’espérer que les deux autres lui fassent assez confiance pour ne pas venir vérifier.
Fort heureusement pour Saru, Lisandro avait une bonne étoile.

...


Après cela, lorsque les secours l'ont emmenée aux urgences, les médecins n'ont rien trouvé d'anormal, que ce soit dans sa tête ou niveau vocal ou auditif.
Mais, pourquoi ne disait-elle rien ? Eh bien, si Saru n'a jamais parlé, c'est parce qu'elle a appliqué la loi fondamentale de sa mère. « Ne parle jamais aux inconnus, Saru, jamais. » Or, ces hommes en blouse blanche ne l'étaient-ils pas ? Si, à son avis, il l'étaient. Elle ne sortait pas de sa chambre, alors la suite ne l’intéressait pas. « Ne suis jamais les inconnus, Saru, jamais. » Et comme aucun d'entre eux ne lui avait demandé de le suivre, avant l'homme de l'orphelinat, il n'y avait pas eu ce problème.
Concernant la totale ignorance qu'elle avait eu lorsqu'on lui avait annoncé la mort de ses parents, c'était pour deux raisons. La première, et sûrement la plus importante : elle ne connaissait même pas l’existence de ce mot, "mort". Que voulait-il dire ? Qu'est-ce que sa signifiait ? Perdus ? Tes parents sont perdus ? À ta recherche ? Tes parents sont à ta recherche ? Elle n'en avait aucune idée. Quant à la deuxième raison, elle était bien simple. Fidèle à elle-même et à sa mère, elle ne demanda pas ce que voulait dire "mort". Et se contenta donc de se taire et de faire semblant de ne rien comprendre, bien qu'inconsciemment.
Enfin, pour l'homme de l'orphelinat, la réaction fut la même. « C'est pour les enfants qui cherchent des parents, » avait dit la directrice de l'orphelinat à propos de cette journée. Mais pourquoi Saru n'avait-elle pas compris ? Dans son esprit, ses parents étaient vivants. Et ils allaient venir la chercher. Alors elle avait cru que l'homme voulait dire « leurs parents » et non pas « des parents ». Il n'empêche qu'elle n'avait pas oublié la règle de sa maman, celle qui concernait le suivi des inconnus. Même de ceux qui paraissaient gentils. Et c'est donc pour cette raison qu'elle piqua une crise lorsque les gens de l'orphelinat l'y emmenèrent.
Et pour l'explication du perron, elle pensait que ses parents allaient bien finir par passer dans le coin, et comme elle ne savait pas où se trouvait l'hôpital, elle ne pouvait pas y retourner.

...


Lorsqu'elle décida de rentrer à l'intérieur, c'était grâce à Hana. Et si cette dernière n'avait rien dit, c'était parce qu'elle ne pensait pas que c'était grâce à elle. À son avis, Saru faisait ce qu'elle voulait, quand elle voulait, et où elle voulait, ce qui n'était pas tout à fait faux. Bref, Hana avait été la seule à s'intéresser vraiment à Saru, malgré le fait qu'elle ne parlait pas. Alors, un an plus tard, elles se considéraient comme des amies. Ce qui ne poussait pas Saru à lui parler. Et si elle le faisait et que les grands voyaient qu'elle en était capable, la forceraient-il à parler ? Comme elle ne savait pas et ne voulait pas le savoir, elle préférait éviter.
C'est donc Hana qui lui fit comprendre que dormir à l'intérieur était mieux. « Les lits sont plus confortables que les cailloux Saru. Et puis, tu as très bien remarqué qu'ils te faisaient rentrer quand tu dormait. Si tu veux, on te passe le lit du haut ! Tu sais, c'est celui qu'on voit quand on regarde par la fenêtre. » Si les deux premières remarques n'avaient eu aucun effet sur les idées de la petite, les deux dernières la firent cogiter. Un lit qu'on voit de la fenêtre ? Mais alors, ses parents pouvaient toujours la voir, et elle dormirait mieux ! C'était ainsi que le cerveau de Saru fonctionnait. Théoriquement, ça n'aurait pas pu se passer de cette manière, mais la gamine n'y pensait pas. Elle voyait les points positifs, pas les autres. Elle était trop jeune : à quatre ans, on n'y pense pas.
Et c'est ainsi qu'elle retrouva le confort d'une chambre, au grand désarroi de tout le monde.

...


Concernant les parents adoptifs de Saru, Hana n'était pas loin lorsqu'elle disait que Saru ne les aimait pas. En réalité, jusqu'à l'âge de huit ans, elle leur en voulait. Parce qu'ils n'étaient pas ses parents, parce qu'ils voulaient les remplacer comme si elle ne les retrouverait jamais, parce qu'ils l'éloignaient de l'orphelinat. Après ses huit ans... C'est plus compliqué, nous y reviendrons après.

...


Que s'est-il passé pour que notre singe ait décidé de parler ? Hé bien, à force de voyager dans les rues pendant son temps libre (c'est à dire souvent puisque son temps libre consistait en un temps où ses parents adoptifs n'étaient pas avec elle), Saru avait fini par reconnaître un quartier. Oui, vous l'avez compris, il s'agissait du quartier où elle vivait avec ses parents.
En cherchant, elle réussit à retrouver également sa maison. Et son chez-elle, l'appartement que ses parents louaient.
Elle sonna et une voix qu'elle ne reconnaissait pas (sans doute à cause du temps, se dit-elle) s'exclama de l’intérieur : « J'arrive ! » Et, comme pour confirmer ses dires, à peine dix secondes plus tard, la porte s'ouvrait sur... « Un homme avec un gros ventre, » comme elle l'avait qualifié. Mais surtout, totalement inconnu. Elle pencha la tête, et l'homme lui lança : « Bonjour petite. Qu'est-ce tu veux ? Tu vends des chocolats ou des tickets de loterie ? » Mais Saru secoua la tête, ce qui attisa la curiosité de l'homme. Au même moment, la porte d'en face s'ouvrit sur une vieille dame. Vieille dame qui se figea en voyant Saru. Elle se mit à trembler un peu, et demanda d'une voix chevrotante : « Sa-Saru ? C-c'est toi ? » La gamine hocha la tête et se souvint de la vieille femme. Elle vivait donc toujours ici ?
Finalement, la vieille femme la fit entrer, remerciant et saluant l'homme. « Que fais-tu ici, Saru ?, » finit par demander la vieille femme. La gamine mit un moment à réfléchir. Madame Hanamura n'était pas une inconnue, elle la voyait souvent avant. Et puis, elle pourrait l'aider à retrouver ses parents, donc tout serait terminé et elle ne risquerait plus rien. Alors, d'une voix douce, mais pourtant grésillante, et rauque, elle demanda : « Maman ? Papa ? »
Les mots de trop. La vieille femme éclata en sanglots amers et, après avoir finit par se calmer, elle demanda : « Oh, Saru, pourquoi ? On ne t'a rien dit ? »
Quelques minutes plus tard, les deux silhouettes féminines sortaient dans la rue, l'une, plus petite et frêle, à une certaine distance de la première.
Encore plus tard, elles passèrent toutes les deux un grand portail noir. Et encore un peu plus tard, elles se retrouvèrent devant une tombe, petite et maigre, l'une qui pleurait doucement, l'autre qui tentait de comprendre.
Elle avait, pendant cinq ans, cru que ses parents étaient en vie. Elle avait donc écouté les conseils de sa mère et s'était tue pendant tout ce temps. Et pourquoi ? Pour vivre pendant toutes ces années dans l'ignorance la plus totale. Et tous ces gens qui parlaient de parents perdus ! Elle n'avait jamais rien vu venir, vivant dans son monde.
Et pourquoi ? Parce qu'elle avait écouté les conseils de quelqu'un de perdu !
La larme qu'elle versa fut avant tout par rage. Contre elle. Mais inconsciemment, un peu vers sa mère, qu'elle avait écoutée. Et vers tous ces hommes, qui n'avaient rien fait pour vraiment la faire comprendre.
Finalement, tout doucement, elle fit un petit « Merci, » en direction de la vieille femme et s'éloigna en courant, sous les cris de cette dernière.

...


Fubuki Arai rentra chez elle une heure après la sortie de l'école. La première chose qu'elle remarqua fut l'absence de Saru, qui était habituellement rentrée à cette heure-là. Un quart d'heure après après, elle était déjà partie à sa recherche et avait mis le poste de police au courant.
Mais ce n'est que deux heures après qu'elle trouva sa fille adoptive, assise sur le toit d'un immeuble - celui de ses parents, mais cela, Fubuki n'en savait rien. Elle se précipita à sa rencontre, et ses premiers mots furent : « Saru ! Ça fait deux heures qu'on te cherche ! » Elle aurait pu continuer longtemps si la gamine ne s'était pas levée et avait regardé vers le bas, le sol, avec un air que sa mère adoptive qualifierait un jour de « terrifiant de vide ». « Descends de là ! Tu pourrais tomber et... » La phrase de Fubuki Arai s'arrêta net, comme si elle était incapable de prononcer un mot de plus. Saru releva la tête vers elle, le même air vide et neutre qu'à l’accoutumée et prononça trois mots, les trois premiers que Madame Arai avait entendu de sa bouche, les trois seuls mots qui restèrent gravés dans sa mémoire à tout jamais : « Ou me tuer ? » Mais la gamine sauta du rebord de toit où elle était assise et contourna sa mère adoptive, qui resta figée, encore sous le choc des mots de Saru.
Finalement, par la suite, les craintes de Fubuki se révélèrent infondées. Saru n'avait aucune envie de mourir. Non, elle avait pu réfléchir pendant tout ce temps passé sur le toit.
Tous ses ennuis venaient du fait que personne n'avait pris la peine de lui expliquer. Et si ça s'était passé ainsi, c'était parce qu'elle n'avait pas voulu parler, préférant écouter les conseils de sa mère, perdue. Donc tout ça, juste parce qu'elle avait écouté une perdue. En bref, il ne fallait pas les écouter, ces perdus.
Mais surtout, si Saru avait écouté des conseils perdus, c'était parce qu'ils l'étaient devenus. Si sa mère n'avait pas été perdue, Saru n'aurait pas eu de problèmes à l'écouter. Donc, en réalité, ses problèmes avaient été causés par ces trois hommes, qui lui avait fait perdre ses parents.
Et, c'est triste à dire, mais dans un si jeune esprit, une soif de vengeance venait de naître. Soif qu'elle interprétait plutôt comme de la justice. Voulait l'interpréter de cette manière.
Saru avait donc décidé de reprendre la parole, mais également de se venger de ces types, dont elle ne connaissait que le visage.

...


Saru n'aimait pas ses parents adoptif, avant cet événement, pour ce qu'ils voulaient lui faire croire. Après ce jour, c'était plus compliqué. Ils ne lui avaient rien dit, bien qu'elle ne leur avait rien demandé, mais il essayaient toujours de se faire passer pour ses parents. Ce qui n'était pas le cas. 
Outre ce fait, rien de notable ne se déroula dans les années qui suivirent. Elle rejoignit le Gekkoukan High-School, continua ses études, se mit à rire et agir comme une fille normale, et surtout, comme elle est devenue. 

...


Lorsque la Miss Harmony se pointa sur tous les écrans, Saru ne manqua rien de son message. Et aussitôt après, dès que cette dernière eut fini, elle sauta dans le premier écran. 
Arrivée sur les lieux, tout se passa à merveille. Elle découvrit la générosité des Parreviens, son True Self et... Un peu plus tard, elle y retourna, accompagnée de ses amis.
À son avis, ce monde était bien plus intéressant que celui qu'elle avait connu.

Vous


Nom/Surnom : LEMON ! On me connaît plus avec Lilia ici. Et Lilia, c'est le nom de mon chat. *sort*
Âge : 17 ans
Sexe : ♀
Un ptit mot ? Euh... JE VOUS NEM ! *commence à nomnommer les gens qui passent*
Comment avez-vous connu le forum ? Comme pour Lilia, j'y étais déjà d'avant ^^
Code du règlement : Validé by Yoru
Des suggestions, des compliments ? Z'êtes toujours aussi beaux <3 Pas vous, le forum ! Je plaisante, j'vous nem :3
Avez-vous recensé vos avatars  ? Yey !


Dernière édition par Saru Arai le Mar 11 Avr - 18:13, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Ven 24 Mar - 18:56

Hello !! Bienvenu à toi ! =D

Surtout n'hésites pas à faire appel à nous si tu as besoin d'aides =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Anju ! Messages : 10
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 17

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Mer 29 Mar - 11:59

Merci !
T'en fais pas, j'ai déjà tout !
J'ai plus qu'à l'écrire Razz

Édit : Caractère, physique, pouvoir, terminés ! L'histoire a un début de posté (que j'invite à aller lire), et la suite arrivera plus tard ! Cet aprèm' si tout va bien, demain sinon !

Édit 2 : Si tu pouvais re-valider mon code, ça serait cool. En fait, je sais pas si tu l'avais déjà fait, vu que bêtement je copie-colle, donc le code avec... Donc voilà :3

Édit 3 : Terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Mer 5 Avr - 21:16

Hello Hello !

Je serais donc celui qui corrigera ta fiche ! =D

Tout d'abord je tiens à m'excuser de se retard mais entre mes cours et persona 5 ... (pour le second je sais que ce n'est pas une excuse xD)

Enfin bref ! Je suis là pour te permettre d'enfin commencer à RP !

Alors concernant ta description physique et mentale, rien à dire ! Un petit singe sur un forum où il y a des fou ne peut être qu'à sa place /sort/

Ensuite concernant le pouvoir, je n'ai rien à dire si ce n'est une petite question ! En lisant ton descriptif concernant les singes ayant des pouvoirs et pour reprendre le cas de Chimpenfeu, comment elle parviendrait à apprendre ce pouvoir ? =o
Si ce n'est que ça, le reste me convient ^^


Ensuite l'histoire de ton personnage !
Alors commençons par le début. Si ce n'est qu'au départ j'avais pas compris que la personne qui parlait était censé être dans le passé d'où un questionnement intérieur jusqu'à continuer de lire "Mais ... elle a 16 ans ... donc si c'était y'a deux ans ... alors elle en avait 14 o.O"
Bon après j'ai continuer de lire et j'ai compris ! xD
Bon du coup je vais plutôt te parler du contenue de cette partie, bon alors ce n'est qu'un détail qui serait "important" IRL mais dans un forum RP on va pas trop s'y attardé, disons que c'est juste une remarque. Un enfant à réellement ses premiers souvenirs à l'âge de 3/4 ans et à moins d'un gros choc, il est normal qu'il ne se souvient pas de ce qui s'est passé avant cet âge. Du coup; si elle ne se souvient plus c'est pas un drame c'est normal ! Après pour la parole ouep, à la limite ça se comprends, bien qu'à deux ans on ne soit pas trop causant, mais un choc, peu alors privé un enfant de la parole à cause de la peur !
Je dis ça pour la femme (je suppose) qui décris la vie de Saru, parce qu'après tu explique la "vérité" ^^
Enfin bref, c'était l'instant psychologie inutile parce que je ne t'en tiens pas rigueur xD

M'enfin après le reste de l'histoire me convient ^^

Du coup juste à m'expliquer cette histoire d’obtention des compétences et je pourrais te validé ta fiche =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Anju ! Messages : 10
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 17

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Dim 9 Avr - 12:37

Plop !
Je passe extrêmement vite parce que j'ai vu ta réponse.
Pour l'excuse... Les cours, c'est bon, ça passe, mais pas Persona ! BAM
Un singe parmi les fous, c'est pas étonnant !
Pour les capacités, c'est simplement en l'ayant vu. Exemple : elle joue à Pokémon avec Chimpenfeu (ou elle regarde la série, ça fonctionne aussi), elle utilise l'attaque lance-flamme et elle peut l'utiliser.
L'histoire, j'aimais bien le fait d'embêter les gens avec ça, contente que ça ait fonctionné !
Pour la partie psychologique, effectivement, j'y ai pas pensé. Mais j'voulais pas qu'elle ait oublié ! ^^
Et sinon, cool et merci :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Lun 10 Avr - 14:35

Mais mais mais .... Et puis y'aurai pas persona y'aurai pas ce forum ! AHAHAHAHAH ! /SORT/

Oki je vois ^^
Est-ce que tu peux le rajouter dans ton explicatif s'il te plait ? Smile
Après je pourrais mettre la mention Validé =D

Du coup il ne te reste plus qu'un détail à faire, qui représentera 30 sec de travail xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Anju ! Messages : 10
Date d'inscription : 21/03/2017
Age : 17

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Mar 11 Avr - 18:14

Oui, mais, mais... *ne trouve rien à y redire : excuse à demi-imparable*
Voilà, c'est ajouté !
Et pis t'avais tort, ça m'a pris 31 secondes ! *sort*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 113
Date d'inscription : 09/07/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: « 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]   
Jeu 13 Avr - 12:52

Bon alors il ne me reste plus qu'une chose à dire et surtout à faire !





Ton groupe va être attribué suite à cette validation! Tu peux dès à présent créer ta propre fiche de relations et faire ta demande de RP. Je t'invite à recenser ton pouvoir. Bonne journée à toi et encore bravo pour ta validation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« 'Tention, v'là l'Macaque ! » [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rétention d'eau
» Le ridicule tue moins que la prétention. Et il fait rire | Luiz C. Stregone
» [Antre] Centre de détention Bordeaux
» Remedier a la detention preventive prolongee des mineurs
» Symposium sur le scandale des detentions preventives

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persona RPG :: THE VELVET ROOM :: Présentations des personnages :: Présentations validées :: La Mort-
Revenir en haut
Aller en bas