Forum rôle-play inspiré de l'univers de Persona. Après un étrange évènement, les habitants d'Iteku ont obtenu la possibilité de changer de vie dans un nouveau monde.
 
Bienvenue à toi dans la Velvet room, Invité ! Ce forum existe entre les rêves et la réalité, entre l'esprit et la matière. Ci-dessous tu trouveras toutes les informations nécessaires pour comprendre son univers, ses lois. Oseras-tu affronter ton destin ?
Si vous avez le moindre problème, contactez un membre de notre SUPER STAFF !








Un chaleureux accueil pour notre petit nouveau ! Amuse-toi bien =D
Le codage et le graphisme appartiennent au forum Persona RPG. Merci à Ami d'avoir codé certaines parties du forum. <3 Merci aussi au site Never Utopia pour ses nombreux tutoriels, vraiment ce sont les meilleurs ! Le contexte a été élaboré par et pour ce forum. Toute tentative de reproduction, partielle ou complète, de notre travail sans autorisation est interdite. Respectez notre travail !
Derniers sujets

Partagez | 
 

 Sweet dreams ~ Sôjirô Fujimaru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Sweet dreams ~ Sôjirô Fujimaru   
Mer 1 Juin - 21:51

SÔJIRÔ FUJIMARU / EINAR
19 ans ♦ Masculin ♦ Mi-anglais, mi-japonais ♦ Bisexuel ♦ The Fool / The Hermit ♦ Étudiant
Description : Il a les sourcils froncés, de minces lignes sombre qui trahissent son mécontentement alors qu'il est penché sur un petit carnet. Ses traits sont fins, mais expriment l'agacement pendant que son crayon décrit un nerveux mouvement de va-et-viens dans l'air avant de se retrouver coincé entre ses dents blanches. Sa concentration n'est perturbée que lorsqu'un passant lui heurte l'épaule, le poussant à redresser les yeux avec empressement pour le fusiller du regard. Bien que notre protagoniste soit un être doux et sensible au fond de lui, il déteste purement et simplement qu'on le dérange pendant qu'il se débat avec une idée. De loin, le spectacle est un peu comique. Fin et svelte, pas très grand non plus, l'étudiant ne fait pas vraiment peur. L'autre a poursuivit son chemin sans regarder derrière, entrant dans le train pour gagner une destination mystère et sans importance, tout juste de quoi ramener l'adolescent sur terre. Il ne doit pas manquer ce train, lui non plus, sans quoi il sera en retard à l'école. Retrouvant son calme, son visage adoptant une expression plus neutre, le jeune homme range son carnet dans la poche intérieure de sa veste, partie intégrante de son uniforme scolaire qu'il porte beaucoup trop souvent. Récupérant son sac abandonné plus tôt à ses pieds, c'est à coups de coudes qu'il se fraye un chemin vers l'un des rares sièges libres. Notre protagoniste s'apprête à s'y asseoir avant de s'arrêter dans son mouvement, laissant plutôt un vieil homme prendre sa place. Ignorant le remerciement, Sôjirô détourne son regard bleu ciel en faisant mine de se renfrogner, dissimulant ainsi sa timidité. Il joue les durs, comme s'il lui avait coûté de laisser sa place ou, peut-être, parce qu'il n'aime pas qu'on le remercie pour quelque chose d'aussi fondamental. Un peu compliqué le garçon, lui qui apprécie pourtant de recevoir l'approbation de ses pairs ou leur affection, mais qui refuse de l'admettre.

Retournant à ses petites histoires, il pense à cet homme qui lui a foncé dedans, lui accordant plus d'attention qu'il n'en méritait probablement. Laissant son imagination faire son oeuvre, il se demande ce que l'inconnu a mangé ce matin, l'endroit où il se rend. A-t-il une femme ou vit-il encore chez ses parents? Et s'il s'agissait d'un personnage tout droit venu d'un livre, découvrant la grande ville pour la première fois? Récupérant son carnet, Sôjirô prend de nouvelles notes alors qu'un fin sourire apparaît au coin de ses minces lèvres. Il ressent beaucoup de satisfaction dans l'écriture et aimerait bien, un jour, écrire ses propres light novel. Absorbé par un nouveau scénario, il rate son arrêt, débarquant en catastrophe deux stations après la sienne. La foule compacte et bruyante du matin l'horrifie, mais il doit la traverser à la course, remerciant le ciel pour lui avoir permis de courir aussi vite. Les avantages d'être un poid plume, très probablement. Le jeune homme ne s'arrête que pour acheter une bouteille d'eau gazéifiée, histoire de se déshydrater, et veille à ne pas se laisser distraire en chemin par les nombreuses vitrines colorées qui attirent sa curiosité. Non pas que les produits en vente l'intéressent, mais il n'est pas rare qu'il se laisse distraire par tout et n'importe quoi. Lorsque son objectif lui revient finalement, notre protagoniste réalise qu'un embouteillage le ralenti atrocement. Vif d'esprit et doué pour trouver des solutions de rechange, l'adolescent décide de passer de l'autre côté pour traverser les intersections bondées sans mal.

Une fois en Noerphilie, Einar n'a presque pas changé. Certes, il a bien quelques centimètres en plus et son regard de ciel clair semble plus perçant, mais ses douces mèches noires demeurent les mêmes. Son pas est tout aussi déterminé, bien que le fait d'être en retard a sans doute plus à y voir qu'une réelle confiance en lui dans l'instant. Il n'a franchement pas envie de se faire passer un sermon par son enseignante, surtout pas à son âge. Et puis c'est le genre de choses qui gâche une journée. On se demande si on a réellement un problème de fiabilité, on se sent mal et, au final, on arrive plus à rien faire de productif, comme si ce n'était pas déjà assez difficile. Haussant le pas, sa lourde cape de voyage claque dans le vent et sa silhouette enveloppée de noir poursuis son chemin sans faiblir. Il porte une large ceinture, elle-même chargée d'une épée à l'apparence pourtant banale lorsque non sollicitée. Ses bottes de marche sont bien plus confortables que ses petits souliers de ville, lui permettant d'enjamber les obstacles et de marcher sur des rochers escarpés sans craintes ni hésitations.

Parlant de sentiers difficiles, notre futur héros aurait peut-être dû réfléchir un peu plus avant de traverser un écran inconnu en solitaire pour gagner du temps. Résultat des courses : le terrain ne lui est pas familier et le jeune homme doit faire des pauses fréquentes pour essayer de se réorienter. On aurait espéré qu'il ait fini par apprendre, lui qui passe pourtant beaucoup de temps dans ce monde "virtuel"; ce n'est pas la première fois qu'il prend des décisions peu réfléchies, mais en apparence géniales. C'est donc malgré lui que notre jeune homme se retrouve contraint de dégainer son épée pour affronter des shadows. À ce stade-ci il n'y a plus rien à faire, ce merveilleux détour ne valait pas la peine et il ne risque pas de gagner sa classe avant la cloche. Influencé par sa frustration, Sôjirô se défoule sur les créatures, sachant trop bien que ça n'arrangera pas les choses et contribuant à le désespérer un peu plus. Que peut-on y faire s'il attend beaucoup de lui-même et qu'il déteste se décevoir? Car on peut en dire ce que l'on veut, derrière ses airs silencieux se cache un grand potentiel qui ne demande qu'à être exploité et il le sait mieux que personne, c'est bien pour cela qu'il souhaite se réaliser pleinement. Brave petit garçon plein d'ambition.
QUALITES

♦ Créatif ♦
♦ Empathique ♦
♦ Vif d'esprit ♦
♦ Intuitif ♦
♦ Courageux ♦
DEFAUTS

♦ Solitaire ♦
♦ Rêveur ♦
♦ Susceptible ♦
♦ Idéaliste ♦
♦ Imprévisible ♦
Persona

Nom : Morpheus
Description
Le Persona de Sôjirô prend la forme d'une magnifique épée. Elle trône constamment à sa taille sous la forme d'une rapière au manche bleu ciel. Lorsqu'Einar la dégaine, l'arme se transforme toutefois pour reprendre sa forme complète telle qu'illustrée ci-contre. Le jeune homme et son Persona partagent une connexion qui lui permet de ressentir les émotions et les impressions de sa lame, permettant à Morpheus de le guider instinctivement en combat pour augmenter ses capacités martiales. Einar est toutefois toujours limité par les capacités de son propre corps.
Veil of Dreams
Lorsqu'Einar dégaine son persona, Morpheus, il peut libérer une onde bleutée via le joyau de son arme et ce dans un rayon de cinq mètres. Tous ceux touchés par ladite onde s'endorment immédiatement pour une durée variable selon l'individu et son taux de fatigue. Un contact physique ou un bruit fort réveille automatiquement les cibles affectées par Morpheus et une cible qui souffrirait déjà physiquement d'une blessure ne pourrait donc pas être endormie, la douleur gardant la cible éveillée. Il peut toutefois y avoir une exception si la personne souffrante désire s'endormir afin de bénéficier d'une sorte d'anesthésie le temps qu'une tierce personne la soigne.

Le pouvoir de notre protagoniste ne s'arrête toutefois pas là puisqu'il a aussi la capacité de marcher dans les rêves d'autrui. Il peut donc contrôler à sa guise les rêves d'une cible et faire son chemin de force dans le subconscient d'un individu pour acquérir des informations ou simplement pour lui faire voir ce qu'il désire via les rêves. Einar doit toutefois se concentrer et est soumis aux mêmes limitations que sa cible : s'il subit un contact physique ou se fait déranger par un bruit trop fort il perd sa concentration et est éjecté des rêves de sa cible. Si cette dernière s'éveille avant qu'il ait terminé, notre protagoniste est également éjecté et devra recommencer du début.

Pour finir, Sôjirô a acquis, via son pouvoir, une maîtrise parfaite de son propre subconscient. Une personne qui tenterait de pénétrer dans les confins de son esprit se retrouverait donc à la merci du jeune homme. Il demeure toutefois vulnérable aux illusions extérieures et ses sens peuvent être affectés. Également, ce temps passé entre le rêve et la réalité brouille sa perception de ce qui est réel ou pas. Il arrive qu'Einar soit la victime d'hallucinations visuelles ou, au contraire, qu'il prenne la réalité pour un vulgaire mirage lorsqu'il passe trop de temps en Noerphilie.
Sôjirô n'en croit pas ses oreilles. Droit comme un piquet, il oublie soudainement qu'il ne connait pas du tout sa voisine dans le train et se penche par dessus son épaule pour suivre l'annonce de Miss Harmonie sur sa tablette. Son regard intense n'a d'yeux que pour la silhouette de la jeune fille déclarant à tous que les portes d'un nouveau monde s'ouvrent devant eux. Il n'en faut pas plus pour que son imagination débordante se mette en branle et que les hypothèses affluent. Comment ce système est-il viable? Est-ce un simple canular? Si ce n'est pas le cas un tel projet a dû engendrer des coûts énormes. Qui irait financer quelque chose comme ça et pourquoi? Il y a forcément autre chose derrière, une attrape, une compensation. Et malgré toute cette méfiance, notre jeune homme trépigne déjà d'impatience. Il meurt d'envie de quitter le train, cette représentation quasi métaphorique de sa routine quotidienne, ennuyeuse et morne, tournant toujours en boucle. L'annonce terminée, il pèse encore le pour et le contre et ce même s'il connaît déjà son choix. On dirait plutôt qu'il cherche à se justifier mentalement, à prévoir ce qu'il pourra bien invoquer comme excuse lorsqu'il rentrera ce soir après avoir manqué toute une journée de cours. Notre protagoniste est toujours perdu dans ses pensées lorsqu'il quitte la station à la recherche du moniteur le plus proche.

Avant de faire le grand saut le jeune homme prend une pause et observe le monde. Le flot de japonais ne s'est pas interrompu. La loyauté envers leur travail minable, les enfermant toute la journée dans un petit bureau à faire on ne sait trop quoi, est plus forte que leur envie d'aventure. Par contre, ils n'hésitent pas à jouer des pouces sur leur écran tactile pour partager ce qu'ils viennent de voir. Ils veulent être spéciaux, faire partie de quelque chose de plus grand, peut-être même devenir les premiers à parler de Miss Harmonie en ligne. Qui sait, peut-être que le reste du monde n'a pas encore vu l'annonce, c'est pile l'occasion de montrer à leur cousin qui vit en province qu'ils avaient complètement raison de s'établir en ville même si tout y est plus cher, plus compact et plus gris. Dégoûté par la véracité de ses réflexions, Sôjirô se détourne de la foule pour entrer dans le moniteur. Il n'hésite plus cette fois. S'il peut échapper à ce destin qui l'attend, se dissocier de cette collectivité pour emprunter son propre chemin, peut-être pourra-t-il être différent au bout du compte?

Après avoir choisi son pseudo, Einar atterrit pour la première fois à Parrev, ses grosses bottes soulevant un léger nuage de poussière au passage. Sur son dos, une cape de voyage est apparue, lourde et chaude. Regardant un instant ses mains, il n'en revient pas de voir à quel point tout semble réel. Il va jusqu'à se pincer, porteur d'un petit sourire émerveillé. C'est différent, tellement différent. Le premier choc passé, il se décide à explorer les lieux encore peu occupés. La première vague de courageux n'est pas très nombreuse, mais il y a fort à parier que les volontaires se multiplieront lorsqu'ils sauront qu'il n'y a pas de danger. Ainsi pas de temps à perdre, Einar doit bouger avant de se retrouver coincé dans la masse à nouveau. Cape claquant au vent, il débute son exploration. Cette journée fut sans doute la plus belle de sa vie ou, à tout le moins, fut celle qui titilla le plus son désir d'explorer, de changer ce monde bien trop ordinaire. Il ne quitte les lieux qu'après le couché du soleil, lorsqu'il devient clair que les shadows ne laisseront plus la moindre chance à ce jeune homme inexpérimenté et un peu trop fonceur pour son propre bien.

Arrivant chez lui, Sôjirô lance le traditionnel tadaima au hall d'entrée de style occidental. Fatigué, il ne regarde pas trop autour de lui, fonçant dans sa petite soeur qui l'attendait, dissimulée dans l'ombre du couloir. L'enfant ne s'en formalise pas, trop excitée de revoir son frère. Elle n'a que douze ans, mais elle sait très bien qu'il y est allé et qu'elle ne peut pas. Elle veut savoir ce qu'il y a de l'autre côté, savoir si c'est beau et s'il y a de gros monstres pleins d'écailles à qui faire des câlins. Elle n'a jamais vraiment aimé les licornes et les princesses. Résigné, le jeune homme ébouriffe les cheveux de la petite Luccia avec un sourire tendre, mais dénué d'énergie. Il promet de tout lui raconter le lendemain si elle est sage. L'entente est passée en deux temps trois mouvements, les histoires de son frère sont les meilleures et elle n'en raterait jamais une. Sur ce notre protagoniste se dirige vers la cuisine, affamé. Autour de lui le décor est un étrange compromis entre le Japon et l'Angleterre, présentant une mixité qui a sculpté sa vie. Il a toujours été un défi pour leur mère, arrivée en sol nippon à vingt-deux ans pour se marier, de trouver l'équilibre parfait entre les deux cultures. Earl Grey ou Sencha? Sushi ou Fish n' Chips? Lit ou futon? Autant de questions que Sôjirô lui-même préfère balayer du dos de la main, un peu blasé par toute cette problématique. Ce n'est pourtant pas le cas de tout le monde et un raclement de la gorge le fait se retourner.

Cette fois c'est sa mère qui attend des explications. Prévisible. La blonde a les bras croisés et le dévisage avec insistance de ce même regard bleu vif qu'ils partagent. Certes, son inquiétude prime sans doute, mais ce n'est pas une raison pour manquer une occasion de s'essayer à la discipline de son fils aîné. Comme son second mari est toujours absent pour le travail, à l'image de toute bonne organisation traditionnelle de la famille, Elise Stanford veille au grain à ce que tout se passe selon les règles de l'art dans cette trop grosse maison. Sôjirô n'a même pas l'occasion de placer plus de deux phrases que le sermon commence. Ne lui reste plus qu'à faire semblant d'écouter et à prendre son mal en patience, son esprit vagabondant vers autre chose. Chaque fois que sa mère s'emporte contre lui, notre jeune homme ne peut s'empêcher de voir une autre scène s'y superposer. L'adolescent la revoit il y a quelques années, plus jeune, en train de parler à son père de la même façon après qu'il eut pris un autre de ses risques inconsidérés. L'homme s'excusait ensuite avec un sourire doux, replaçant ses lunettes ou se frottant la nuque avec embarras. Enfin, ça c'était avant. Y penser lui crée toujours une boule dans la gorge et Sôjirô ne peut s'empêcher de prendre sa mère dans ses bras, la coupant net dans son élan. Bien qu'elle remonte à plus de cinq ans, la mort de Kyoya Fujimaru a laissé des traces encore trop palpables. En un murmure, Sôjirô promet d'être plus prudent, de ne plus rester aussi longtemps en Noerphilie et de toujours rentrer à la maison. Sa mère voudrait répliquer, mais il a déjà tourné les talons. Le coeur serré, il n'a plus qu'une seule envie: dormir.

Vous


Nom/Surnom : Charlie/Meg
Âge : 22 ans
Sexe : ♀
Un ptit mot ? Le plus magnifique avec ce perso, c'est qu'il est vraiment venu d'un de mes rêves. Je trouve que l'anecdote valait la peine d'être partagée x)
Comment avez-vous connu le forum ? Je m'y étais inscrit par le passé, mais avais dû partir par manque de temps. Puisque j'avais beaucoup aimé le forum et les gens que j'y avais croisés et que le moment me semble favorable, j'ai décidé de revenir =)
Code du règlement : Kuma!
Des suggestions, des compliments ? Le forum il est beauw <3 *offre des cookies*
Avez-vous penser à signer le règlement ? www
Et le bottin des avatars ? www
Revenir en haut Aller en bas
True Self
Messages : 218
Date d'inscription : 07/10/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: Sweet dreams ~ Sôjirô Fujimaru   
Mer 1 Juin - 22:38

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Sweet dreams ~ Sôjirô Fujimaru   
Mer 1 Juin - 23:05

Merciii =D J'en profite également pour annoncer que ma pres est terminée. J'ai eu bien du plaisir à l'écrire et vous souhaite une bonne lecture. Si quelque chose cloche, n'hésitez pas à m'en faire part et j'effectuerai les modifications nécessaires dans les plus brefs délais! Passez une bonne journée et au plaisir de vous croiser inrp .o/ *distribue des cookies*
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sweet dreams ~ Sôjirô Fujimaru   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sweet dreams ~ Sôjirô Fujimaru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ♬ ♪ Sweet Dreams [Sacha] [x]
» [1750] sweet dreams[Adrix]
» Sweet dreams are made of you ♦ Dalia
» Sweet dreams always burn - Alpina Docharty
» (Tear) sweet dreams are made of this.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persona RPG :: DETENTE :: Fiches / relations :: Membres Supprimés-
Revenir en haut
Aller en bas