Forum rôle-play inspiré de l'univers de Persona. Après un étrange évènement, les habitants d'Iteku ont obtenu la possibilité de changer de vie dans un nouveau monde.
 
Bienvenue à toi dans la Velvet room, Invité ! Ce forum existe entre les rêves et la réalité, entre l'esprit et la matière. Ci-dessous tu trouveras toutes les informations nécessaires pour comprendre son univers, ses lois. Oseras-tu affronter ton destin ?
Si vous avez le moindre problème, contactez un membre de notre SUPER STAFF !








Un chaleureux accueil pour notre petit nouveau ! Amuse-toi bien =D
Le codage et le graphisme appartiennent au forum Persona RPG. Merci à Ami d'avoir codé certaines parties du forum. <3 Merci aussi au site Never Utopia pour ses nombreux tutoriels, vraiment ce sont les meilleurs ! Le contexte a été élaboré par et pour ce forum. Toute tentative de reproduction, partielle ou complète, de notre travail sans autorisation est interdite. Respectez notre travail !
Derniers sujets

Partagez | 
 

 We are paper boats, floating on a stream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
True Self
Messages : 22
Date d'inscription : 28/05/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: We are paper boats, floating on a stream   
Lun 30 Mai - 1:30


Enoch Attano - R.Velour
16 ans ♦ Homme ♦ Scandino-Japonaise ♦ Bisexuel (préférance pour les hommes) ♦ La Lune/ The Moon ♦ Lycéen (compositeur à ses heures perdues)
A Iteku : La première chose qu'on voit chez lui et qui crie aux yeux, c'est son albinisme ! Et oui ! C'est un albinos et contrairement à ce que pensent des millions d'ignorants, il n'a pas les yeux rouges. Car ses yeux à lui sont d'un beau bleu éclatant, et à vrai dire, presque intimidant malgré le petit regard de chien battu qu'il a l'habitude de porter. Hormis cela, ses cheveux sont d'un blanc neige et sa peau est légèrement rosée malgré la blancheur qui caractérise les albinos. Il possède un visage aux traits fins le rendant presque assez enfantin, et ce, malgré son âge (D'ailleurs, il aura dix-sept ans dans quelques semaines). Il est quand même un p'tit peu petit ce gaillard, environ, un mètre soixante-sept (soixante-dix-huit les bras levés!), son cou est long (avec une très légère cicatrice), ses épaules aux bonnes proportions et ses mains un peu grandes.

Il porte généralement des vêtements qui recouvrent tout son corps, portant rarement des t-shirts ou du moins que chez lui, car sa peau est très sensible aux rayons du soleil, et ce, tout comme ses yeux, raison pour laquelle il porte aussi souvent des lunettes de soleil (plus des lentilles, pour équilibrer sa correction visuelle). Alors ne vous surprenez pas si vous le voyez avec un gros manteau, une écharpe, un bonnet, une capuche avec en bonus un parasol. Mais en général, il évite de sortir, ou du moins, il ne sort que les jours de pluie ou de mauvais temps. En dehors de tout ça, il portera toujours quelque chose en bleu, car c'est sa couleur préférée.

Pour ce qui est de son caractère... Disons que... C'est un grand timide. Il ne parle pas beaucoup à vrai dire... En fait... il ne parle pas du tout, car ça le met trop mal à l'aise. Au point que les gens de sa classe croient qu'il est muet. Alors vous vous demanderez sûrement : comment fait-il pour communiquer s'il n'est pas muet mais qu'il ne parle pas ? Il parle avec son corps tout simplement, ou plutôt avec ses mains. Oui, vous avez tout compris, il parle le langage des signes ! A part avec ça famille (qui d'ailleurs a accepté le choix d'Enoch malgré quelques réticences), il utilise cette langue avec n'importe qui. Aller à la boulangerie ? Langue des signes. Aller chercher des Kebabs ? Langues des signes. Répondre au professeur ? Langue des signes. Parler avec ses amis ? Langues des signes. Aller acheter un ticket au cinéma ? Portable avec la photo du film...


Oui, Enoch est un vrai silencieux. Mais c'est plus fort que lui, parler avec les autres le met trop mal à l'aise. Ce genre de chose que la timidité peut engendrer, tout comme sa difficulté à nouer des liens avec les autres. En général, c'est les autres qui viennent à lui et pas l'inverse. Mais ne vous méprenez pas, ce n'est pas un asociale, il aime beaucoup la compagnie des autres mais il ne sait pas comment s'y prendre avec eux. De ce fait, il n'a que très peu d'amis notre petit Enoch, et oui, vous pensez vraiment qu'un jeune garçon qui ne parle pas et qui est terriblement timide a beaucoup d'amis? Non, mais au moins se sont des gens bons, des gens qui ne le critiquent pas pour sa manière d'être ni pour sa maladie. Et même si ce ne sont qu'une poignée, il apprécie énormément être avec eux. Et le plus surprenant, c'est qu'avec eux, il peut paraître très décontracté, mais uniquement en leur présence.

Il est aussi complexé, notamment de son albinisme qui a rendu sa vie assez difficile. Voyez cela comme bon vous semble, mais se badigeonner tous les jours de crème solaire, avoir du mal à lire les écriteaux ou les questions des examens ou encore se sentir comme une bête de foire à chaque fois que tout le monde vous regarde et qu'on vous traite de vieux précoce devant toute la classe n'est pas très plaisant. Le pire c'est qu'il ne peut même pas se faire de teintures, car il est allergique aux composants... Mais comme le disent ses amis, il doit s'accepter comme il est, même si c'est difficile. Mais notre Enoch tient le coup, on s'y habitue à la longue et on devient fort.

Ce qui lui permet de décompresser et de passer le temps, ou autrement appelé « hobby », c'est la musique. Ou plutôt, composer de la musique. Ayant fait de longues années en conservatoire et une passion pour la musique à toute épreuve, il dédie ses heures  de temps libre à composer des morceaux en tous genres (classique, électro, house, lounge, même vocaloid). D'ailleurs, ces parents lui ont acheté un joli matériel informatique en plus de logiciels musicaux pour parvenir à ses fins. Car son rêve absolu... est d'être compositeur pour les plus grands jeux vidéos. Et pourquoi pas, pour les plus grands films également ?!

Il aimerait se faire un nom dans cet univers, mais voilà le problème, il n'en a pas.

Pourtant, il est talentueux.

En Noerphilie : Dans cet autre monde, Enoch n'est plus Enoch, mais Rouge Velours (R. Velvet pour les intimes). Elle est pratiquement son opposé et pas que sur plusieurs points. La première chose que vous verrez chez elle, c'est sa chevelure de feu qui lui arrive au milieu de son cou, elle est d'un rouge si fort qu'on croirait qu'elle l'aurait teinte avec du sang. Son visage est d'une beauté envoûtante avec des traits fins et délicats, des yeux d'un bleu éclatant et un regard félin défiant presque quiconque oserait la regarder. Son cou est long comme ceux des belles dames d'Europe et son teint de porcelaine rosé. Sa silhouette est fine et séduisante et ses mains sont douces et délicates.

Elle a l'habitude de porter de longues robes, toutes aussi élégantes qu'elle. En particulier celles avec des couleurs chaudes et apaisantes. En apparence, on pourrait la comparer à une des filles d'Aphrodites, tellement sa beauté peut vous captiver et vous envoûter.

Comme il est dit plus en haut, elle est pratiquement l'opposé d'Enoch. Elle ne connaît pas la timidité, ce trait n'existe pas en elle, il a été tout bonnement remplacé. Tout simplement par l'assurance. Voilà ce qui la définit principalement, l'assurance. Mais d'autres traits opposés à ceux d'Enoch sont aussi de la partie, telle que l'audace, le courage, la sociabilité, la sensualité ou encore ce grand côté extraverti qu'on peut tout de suite remarquer chez elle. Mais elle cache aussi un double jeu derrière cette couche, car c'est une sale cachottière, gardant ses secrets jalousement. Parlez-lui « d'elle » dans l'autre monde, et à coup sûr, elle vous mentira. Personne ne doit savoir qui elle est dans la réalité et vice-versa, si quelqu'un réussissait à la percer à jour ; ça serait son plus grand échec personnel. Son elle d'Iteku et son elle de Noerphilie doivent rester séparées, elle ne tolérera aucun immiscement de l'un dans l'autre. Même si l'un existe grâce à l'autre et vice versa.

« Rouge Velours », c'est fait un nom, et pas » Enoch ». Voici la plus grande différence entre les deux.

Un nom dans quoi ? Un nom dans la chanson, un nom étant que chanteuse, un nom qui se trouve dans toutes les bouches de Parrev et qui bientôt sera dans toutes les bouches de la Noerphilie.

Elle ne fait pas ça pour l'argent, mais pour la gloire et sa passion. Pour une passion aussi inébranlable que son alter-ego à Iteku. Pour une gloire aussi marquante que toutes les afluences artistiques! Pour la passion du chant et le besoin de reconnaissance! La voix est son outil, la voix est sont art, absolu, presque vital. Elle vit pour chanter, elle ne vit que pour sa voix, car chanter est son unique moyen d'épanouissement ; comme Enoch entant que compositeur. C'est son unique moyen de pouvoir s'exprimer pleinement, sans problème, sans gêne, sans timidité, sans rien qui ne la limite  à Iteku...

...S'exprimer librement, et marquer le monde de son expression, de sa passion, lui dire qu'elle existe, lui crier se qu'elle ressent.

Elle fait et réalise le désir profond de son alter-ego, vaincre cette timidité.

Enoch a su trouver un nom, mais qui ne l'appartient pas dans la réalité, sinon dans l'autre monde.

Ce nom de Rouge Velours, le chant rouge de Parrev.
QUALITES

♦ Aimable ♦♦ Loyal ♦
♦ A l'écoute ♦♦ Observateur ♦
♦ Doux ♦♦ Ambitieux ♦
♦ Calme ♦
DEFAUTS

♦ Silencieux ♦
♦ Timide ♦
♦ Passif ♦
♦ Menteur ♦
♦ Sensible ♦
♦ Complexé ♦
True Self

Nom : Melpominee Of Creation
Description
Rouge Velvet a la capacité de convertir le moindre son en une matière très spéciale. Cette matière ressemblant à un fluide lumineux, métallique aux teintes arc-en-ciel peut être contrôlée, modelée, découpée, solidifiée, etc, par Rouge Velvet comme elle le souhaite. Comme une sorte de pâte à modeler flottante, sauf que cette pâte à modeler est très résistante et peut être très coupante. Il lui suffira de transformer un son pour créer cette matière si spéciale. Mais plus la charge sonore est grande, plus d'efforts sera requis pour la manipuler.

C'est un don créatif, alors il est tout à fait normal qu'il se manifeste avec des apparences impressionnantes, toutes droite sorties de l'esprit de la chanteuse.






« Ouvre les yeux »
Dit une voix lointaine.


Tes yeux bleus s'ouvrent lentement, voyant un ciel nuageux. De la neige tombe de celui-ci, tombant lentement sur ton corps telle une douce valse.

Mais tu sens aussi la neige sous tes mains, entre tes doigts, sous et sur tes cheveux et ton corps. Mais tu ne ressens qu'une douce fraîcheur s'émanant d'elle et non le froid mordant de l'hiver....

« Lève-toi »


Tu te lèves doucement, vêtus de ton pyjama bleu, observant tout ce qui t'entoure. Des arbres morts, des sapins enneigés au loin et de la neige à perte de vue. Mais tu reconnais cet endroit, cela se voit sur ton regard, confus et contemplatif à la fois.

« Où sommes-nous ?

Dit de nouveau cette voix, d'un ton calme et serein. D'une sonorité si irréelle que tu ne pouvais distinguer s'il s'agissait d'un homme ou d'une femme.

Peu t'importait d'où venait cette voix ni même à qui elle appartenait, tu te contentas uniquement de lui répondre.

« … On est chez Mamie Marla... devant la maison... dans le jardin.... »
Dis-tu en regardant la maison devant toi et le grand arbre sur ta gauche.

Tu tournes sur toi-même, contemplant une nouvelle fois le décor, si familier à tes yeux.

« Raconte moi ce qu'il s'est passé ici »


Tu reviens sur la grande maison et tu te prends les bras tout en l'observant, le regard toujours confus.

« Je... je suis venu ici après mon séjour en Tanzanie... »

« En Tanzanie ? »
Te demanda la voix

Tu tournes sur ta gauche et tu vois ce grand arbre recouvert de neige.

« Papa était militaire et... avec Maman on... l'accompagnait dans chaque base où il allait pour y vivre... Mais il y a eu un accident en Tanzanie et... j'ai atterri ici... »

« Que s'est-il passé ? »

Ton regard prend une teinte de tristesse et tu continues de fixer l'arbre et la neige  tombant sur vous deux.

« J'avais presque 5 ans, je crois.... Mes parents étaient absents ce soir-là... et j'étais avec la gouvernante... Je m'en souviens pas très bien mais... un soldat est venu et a assommé la gouvernante avant de me kidnapper.

Mais à peine a-t-il mis un pied hors de la base qu'on l'a toute de suite repéré et fusillé... »

« D'où ta cicatrice ? »

Tu restes silencieux un moment... et tu tends une main pour accueillir quelques flocons de neige.

Parfois... j'en ai des cauchemars... Soufflas-tu à voix basse.

« Disons que... La Tanzanie n'est pas le meilleur endroit pour... quelqu'un comme moi... Dis-tu d'un ton légèrement sérieux, mais d'un regard presque blessé.

C'est d'ailleurs pour ça que Maman ne voulait pas y aller, ni Mamie Marla... et puis... ce qui est arrivé est arrivé. Puis suite à ça elle a voulu divorcer... et j'ai atterri là, le temps qu'ils remplissent les papiers... »

« Je vois »

Tu tends ta deuxième main et tu accueilles plus de flocons, respirant lentement.

« Allons à l'intérieur. »

Tu l'écoutes et tu te diriges vers l'entrée de la maison, tes pieds marchant sur la neige puis sur le paillasson avant que tu n'ouvres la porte.





Tu vois le salon, illuminé d'une teinte blanche légèrement éblouissante. Tu entres et tu avances doucement, sentant la douce moquette sous tes pieds. Tes yeux balayent la pièce et la voient.

« C'est elle ? »


« Oui, c'est Mamie Marla... » Dis-tu en souriant avant de t'approcher d'avantage.

Elle était assise sur son fauteuil beige, lisant un livre. Elle n'avait pas l'air de te voir ni même de te remarquer, comme si tu étais devenu un fantôme.

« Tu l'aimes beaucoup ? »


« Bien sûr... ! » Dis-tu d'une toute petite voix en souriant affectueusement.

« Elle s'est occupée de moi pendant tout ce temps... Je suis resté ici pendant presque... 8 ans je crois. Mes parents passaient de temps en temps, mais j'ai passé le clair de mon enfance ici... Même si entre-temps, j'allais au Japon pendant les vacances... pour aller voir mon autre famille.

Parfois elle me fait mon gâteau préféré, le Blotcake. Et elle aime quand je lui parle en japonais, même si elle ne comprend pas toujours.

Je l'aime énormément... »


Tu t'approches d'elle et tu penches ta tête légèrement sur le côté pour voir le titre du livre. Celui-ci indiquant « Le Japonais pour les nuls », ton sourire se fait plus large, tout comme le sourire sur le visage de ta grand-mère.

« Allons à l'étage »


Tu te diriges vers l'escalier et tu montes les marches, sentant la douce moquette sous tes pieds nus. Tu arrives dans le grand couloir, où plusieurs portes s'offrent à toi. Toutes émanant une lumière blanche éblouissante, à croire quelles menaient toutes au paradis.


« Traversons cette porte »


Ton instinct te mena soudainement vers une des portes et lorsque tu la traversas, tu te retrouvas dans ta chambre, devant ce petit garçon. Ton sourire s'efface, laissant petit à petit un regard contemplatif se dessiner sur ton visage, tandis que tu avançais vers lui, écoutant les notes qu'il produisait. Pures, parfaites, sans accro ni faux mouvement. À croire que ce garçon avait été béni d'un don inné.

« Mais c'est le cas, je me trompe ? »



« Oui, du moins... c'est ce que disent les gens » Dis-tu en regardant les fins doigts de l'enfant pianoter sur le clavier.

« Je crois que... j'ai toujours été doué pour cet instrument, et que j'ai toujours adoré en jouer... Ça me détendait tellement d'entendre ces notes... que je ne m'en lassais jamais... » Un sourire réapparu sur tes lèvres.

 «  Penses-tu vraiment que c'est inné ? »


« …Je pense... Même si... je crois toujours que tout le monde peut avoir le talent avec le temps.»

Tu t'assis sur le lit, regardant toujours ce petit-enfant aux cheveux blancs en train de jouer de cet instrument.

 « Tu aimes le conservatoire ? »

« Je l'ai aimé, du moins, lorsqu'il y avait du bruit... lorsqu'il y avait toujours un son dans l'air et non le silence... Je n'ai jamais aimé le silence... J'ai toujours préféré le bruit au silence... Le son d'une voix, le son de la nature, la foudre... Le bruit en générale.

Heureusement que le silence absolu n'existe pas partout. »
Ajoutas-tu en souriant.

« Et puis, j'ai arrêté le conservatoire à quatorze ans. »

 « Tes parents, étaient-ils fiers de toi ? »



« Oui, bien sûr. Pour eux, j'étais comme leur petit prodige. Ils m'ont même proposer de faire du violoncelle, et j'ai accepté, car cet instrument avait une teinte particulière que j’appréciais. À l'époque, je ne comprenais pas trop leur ressenti, pour moi ce savoir-faire sortait naturellement en moi. -ton sourire s'effaça à nouveau- Mais j'ai vite compris que pas tout le monde avait eu la même facilité que moi.

Certains étaient jaloux... d'autres non... mais ceux qui l'étaient, le montraient clairement devant moi, me faisant toujours des remarques...

Jalousie ou pas... je n'ai pas choisi d'être né ainsi avec ce talent.... et je n'ai pas à m'excuser d'être né comme ça... Je ne leur ai rien fait, alors qu'eux... si...
La musique est ma passion... ma force et ma raison de vivre... celle qui me fait sentir vivant et celle qui m'apaise. Et je... je ne laisserai personne m'en séparer, peu importe la méthode... C'est une partie de moi et, jalousie ou pas, elle le restera... »


Tu te tus un moment, observant tes pieds avant d'entendre des battements d'aile sur ta gauche. Tu relèves le regard et tu le tournes vers la fenêtre, remarquant qu'un Harfang venait de se poser sur le rebord. Décidément, ils avaient vraiment l'habitude de se poser sur cette fenêtre ces grosses bêtes. Tu te lèves alors et tu t'approches de la fenêtre, observant les grands yeux ambrés du hibou. Et lorsque tu lèves doucement la main pour le caresser, tu entends la mélodie du petit garçon s'arrêter, retournant tout de suite ton regard sur lui. 

Il part, sortant de la chambre en courant légèrement.

 « Suivons-le »


Tu le suis et tu traverses une nouvelle porte.



Te voilà dans un nouveau lieu, un lieu que tu reconnaîtrais entre mille. Un lieu te rappelant trop de mauvais souvenirs mais aussi d'autres plus ensoleillés. Tu ne savais pas si tu devais être triste, agacé ou même indifférent face à cet endroit... Tu regardes ton collège, sous un ciel bleu, typique des jours d'été japonais.

« Tu aimes cet endroit ? »

Tu restes silencieux, affichant un regard attristé.

« C'est compliqué ? »


« ...Oui »

Un long silence s'installa, malgré le bruit du vent soufflant sur les arbres, le chant des oiseaux et les voix des collégiens.

« Entrons »

Tu entres dans le bâtiment, passant pour un simple fantôme invisible aux yeux de ceux qui croisent ton chemin. Ce n'est pas plus mal comme ça quand tu y penses....

Au bout d'un certain temps tu t'aventures dans les grands couloirs et tu vois enfin ce petit garçon aux cheveux blancs, qui désormais avait grandi. Mais tu remarques également tous ces regards braqués sur cet élève, appelé de divers surnoms, blessants ou moqueurs. Petit vieux, bonhomme de neige, etc, etc. Tu détestais ces gens, et pourtant, quelques années plus tard tu les avaient oubliés.

« Tu étais silencieux à cette époque »

Tu restes un moment en silence, puis tu réponds à cette douce voix.

« Je l'ai toujours été... En Norvège, les gens s'en fichaient... mais lorsque je suis arrivé au Japon à l'âge de treize ans pour aller vivre avec ma mère, les gens ne s'en fichaient plus... J'étais le petit garçon bizarre, aux cheveux blanc et à la voix inexistante... Le garçon le plus timide du collège, n'osant jamais ouvrir la bouche pour quoi que ce soit... Mais à cette époque, j'ai su trouver un moyen de communiquer qui... contournait ma timidité...

Le langage des signes.

Les autres ont finit par croire que j'étais muet, même les professeurs... car ma mère jouait le jeu, comprenant mon caractère et mon malaise. »

« Pourquoi tu ne parlais pas ? »

« … J'avais peur... tout simplement peur... Je n'arrivais pas à trouver les mots en présence des autres et  cela me mettais mal à l'aise...

Au fond je trouvais ça marrant qu'on pensait que j'étais muet... même si on critiquait ma manière d'être et mon apparence. Au moins... je m'exprimais sans me faire du mal...

Et bien qu'on se moquait de moi ouvertement et que j'étais presque la tête de turc... J'ai fait la rencontre de trois amis qui m'ont redonné le sourire. »


Soudain, ces trois personnes arrivent et se joignent à ce petit garçon tandis qu'il marchait dans le long couloir. Ils commencèrent à rire avec lui, à le faire sourire, à le prendre dans leurs bras. Tu souris voyant ce doux spectacle.

« Senka... Oda... Et Makoto...

Les personnes les plus chères à mon cœur... celles qui ne m'ont jamais jugé, que ça soit sur mon apparence... ou sur ma manière d'être. Rendant toutes mes journées en leur compagnie ensoleillées... »

Tu vois qu'ils entrent dans une classe, traversant une nouvelle porte illuminée. Tu la traverses toi aussi, te retrouvant dans un nouvel endroit.




Tu restes bouche bée, laissant un large sourire se dessiner sur ton visage en reconnaissant ce nouvel endroit.

« Tu connais cet endroit ? »

« Oui... » Dis-tu avec un regard émerveillé.

Comment pouvais-tu ne pas reconnaître cet endroit ! Cet endroit où tu ta vie avait pris un nouveau tournant, la représentation d'Hoshino Muro.

Tu es sur ton fauteuil en velours rouge et tes doigts le caressent sans lassitude. Tu tournes la tête sur ta droite et tu vois ce garçon, regardant ce sublime spectacle avec des yeux grands ouverts, frissonnant aux rythmes des notes qui remplissaient la salle et qui enchantaient son ouïe !

« Qu'as-tu découvert ici ? »

Tes yeux retournent sur  la scène.


« Une nouvelle passion... Un nouveau but... Pour la première fois de ma vie, j'ai voulu composer mes morceaux et ne plus jouer ceux des autres. Pour la première fois... j'ai pris conscience que je pouvais moi aussi créer ce qui faisait partie de ma vie...

Créer mon monde, créer ma vision, transmettre mes émotions...

Mon esprit était les couleurs et les instruments ma toile !

Je voulais devenir... compositeur !


En voyant cet orchestre et ce jeu vidéo projeté en fond, quelque chose s'est animé brutalement en moi, tellement l'harmonie entre les deux tableaux était en complète osmose.

Quand j'y repense je me dis... wuaw... c'est ça avoir le feu sacré ?

« Et que fais-tu de ce feu sacré ? »


« Je créer, je compose, depuis presque deux ans... Je découvre un tout nouveau domaine qui s'est embrasé avec mon ancienne passion... 

J'avais quatorze ans ce soir-là...»
Dis-tu tout en souriant en regardant l'orchestre.

Quand soudain tu entends le garçon se lever et quitter la salle avant de s'enfoncer dans le couloir et traverser une porte. Tu le suis et tu fais de même.




Soudain, tu sens le soleil t'aveugler légèrement. Tu es dehors, dans un parc que tu connais et la première chose que tu vois au loin est Eiko assit sur un banc... Ton cœur s'emballe.

« Pourquoi tu l'espionnes ? »

« Qu-quoi ?! Je-je l'espionnes pas ! »

« Mais c'est bien toi derrière cet arbre »

Tu tournes tout de suite la tête et tu te vois en effet derrière un arbre, en train... d'espionner Eiko...

« Je... Eiko est quelqu'un de bien...t-tu sais...»


Tu vois soudainement un groupe de garçons qui s'approchent de ton double. Ton sourire gêné s'efface...

« Qui sont-ils ? »

« A mon entrée au lycée... les gens étaient plus sympas qu'au collège. On a arrêté de me juger.. que ça soit sur mon apparence ou sur ma manière d'être, malgré...quelques obstinés... Et...Je reste encore un grand timide... Et je parle toujours avec le langage des signes... Même si -tu souris- Je devrais disons... parler plus souvent. Ne serait-ce qu'à mes amis.... Car ils n'ont jamais entendu le son de ma voix, pas une seule fois... »

Tu vois tout à coup ton groupe d'amis venir dissoudre le groupe de garçons qui entouraient ton alter-ego. Ton sourire se fait plus large et ton cœur s'emballe à nouveau en voyant Eiko dans le lot.

« Mais mes amis n'ont aucun problème avec mon mutisme, ils m'aiment tous comme je suis, et ça c'est le plus important. 

Même si je demeure encore un grand timide, j'ai fait des progrès depuis le collège tu sais... Je m'ouvre plus facilement avec mes amis et je me comporte plus familièrement en leur présence. Mais je n'arrive toujours pas à leur adresser la parole sans le langage des signes... C'est une épreuve à part entière pour moi...»


« Ils ont l'air de bien s'occuper de toi »

« La vie m'a donné de très bonnes personnes... »
Rétorquas-tu en souriant.

« Comme Eiko... C'est le premier à m'avoir dit qu'il aimait bien mes cheveux blanc... » Tu rougis.

Tu vois ensuite le groupe d'enquiquineur partir et ton groupe d'amis s'aggultinner autour de toi avant de t'emmener avec eux vers la sortie du parc en courant. Inconsciemment tu les suis, heureux de les revoir, heureux de les voir sourire avec toi.

Tu marches vers la sortie, elle aussi illuminée d'une lumière aveuglante.

-

Te voilà dans ta chambre à Iteku. Ça fait un moment que tu voyages de portes en portes et tu commences à te demander pourquoi... Mais le fait de voir ton alter-ego allongé sur ton lit, en train de regarder les écrans de ta chambre, te fait sortir de ton questionnement.

« Ce jour... C'était quand l'annonce est passée dans toute la ville... »


« Comment as-tu réagi ? »

« Au début, j'étais septique comme la plupart des gens, mais les paroles de cette dame paraissaient si irréelles qu'elles ont piqué ma curiosité... Avoir une nouvelle vie... une nouvelle identité... avec des pouvoirs en plus... C'était tentant... Je voulais essayer pour voir si c'était vrai. »

Ton double se lève juste après la fin de l'annonce et se dirige vers sa grande télé plate.

« Et ce qui est arrivé arriva... »

Ton double plongea sa main dans l'écran sous ses yeux ébahis et fut transporté dans le Nouveau Monde, mais avec toute la surprise du monde, tu te fis aspirer également...








Tu n'es plus Enoch.

« Rouge Velours ? »

Tes yeux s'ouvrent lentement et tu sens le vent souffler sur tes cheveux rouges. Tu ne vois, du haut de ce toit d'immeuble, qu'un sublime panorama, venu d'un autre monde. Merveilleux, sublime, irréel. Pourtant, ce paysage, cette vue, cette ville, est bien réelle.

Un large sourire est dessiné sur ton visage, combiné à ton regard à la fois émerveillé et déterminé.

C'était ici où tu avais vu la nuit sur Noerphilie, c'était ici où tu avais prit un nouveau départ. Ici, où tu étais devenue une nouvelle personne.

« C'est ici, que Parrev m'a vu naître. »
Dis-tu sans quitter le paysage des yeux.

Tes bras se lèvent, ton sourire s'ouvre et s'agrandit, et tes yeux se ferment.

« C'est ici, où Rouge Velours est née!»

L'une des premières à être venue dans ce nouveau monde! »
Crias-tu.


/-/\-\


Des milliers de lumières étaient présentes, toutes illuminant Parrev et la scène ouverte du Golden Cat.

Le public était là, nombreux, curieux, intrigué ; impatient d'entendre cette nouvelle voix dans ce concert de bienvenue.

Tu traversais les couloirs de rideaux, ayant toujours ta fière allure, sans peur ni gêne. Uniquement l'excitation et l’émerveillement dans l'âme.

Tu entres sur scène, sous les applaudissement et les cris du public, tu t'arrêtes devant le micro, une main posée sur celui-ci.



Tes yeux bleus contemplent l'immense spectacle qui se présente à toi, ironique, car tu es toi-même le spectacle.

Un large sourire est dessiné sur tes lèvres rouges tandis que tu prononces.



« Bonsoir. » D'une voix douce, mélodieuse, captivant toute l'attention du public qui devint tout d'un coup silencieux.

Le silence, puis...



« It's just skin and bones. 
Nothing inside
Sleeping alone
Fingers tied themselves
In knots around the heart
It beats in time

I see the spine of the world
Sparkle and shine light the inside
I see the spine of the world
I know it's mine, twisted and tied

You always go 
Walking on coals
Walk away slow
Feel a fire 
Light your way to me
My siren song for you

I see the spine of the world
Sparkle and shine light the inside
I see the spine of the world
I know it's mine, twisted and tied
I see the spine

So come with me
We'll fly right over
Right over
Watch it break 
If we get closer
Much closer

I see the spine of the world
Sparkle and shine light the inside
I see the spine of the world
You know it's mine, twisted and tied »


C'est à partir de ce moment, que Rouge Velours, Le Chant Rouge de Parrev est naît.

Un nom que tout Parrev avait entendu et reconnu.

Un nouveau rêve à réalisé.



Puis tu te réveilles...





Vous


Nom/Surnom : Yin Yin
Âge : 16 printemps
Sexe : ♂
Un ptit mot ? Supercalifragilisticuespialidoso!
Comment avez-vous connu le forum ? Par un autre forum
Code du règlement : Validé ~
Des suggestions, des compliments ? Votre design *^*
Avez-vous penser à signer le règlement ? Ouiii!
Et le bottin des avatars ? Ouiiii!


Dernière édition par Enoch Attano le Jeu 20 Oct - 17:25, édité 33 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 218
Date d'inscription : 07/10/2015

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: We are paper boats, floating on a stream   
Lun 30 Mai - 9:24

Bienvenue !
Bon courage pour ta fiche. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 22
Date d'inscription : 28/05/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: We are paper boats, floating on a stream   
Mar 31 Mai - 23:29

Merci ◡//◡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: We are paper boats, floating on a stream   
Dim 5 Juin - 0:59

J'aime beaucoup ta fiche j'ai hâte d'en savoir plus Lalala
Revenir en haut Aller en bas
True Self
Messages : 22
Date d'inscription : 28/05/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: We are paper boats, floating on a stream   
Lun 13 Juin - 20:10

J'ai fini! ≧◡≦ MHHH HIHI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
True Self
Messages : 22
Date d'inscription : 28/05/2016

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

True Self

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: We are paper boats, floating on a stream   
Jeu 14 Juil - 13:27

Bonjour/Bonsoir

Voilà ça va faire un mois et ma fiche (d'autres également) n'a toujours pas été checkée par un membre du Staff TAMTAM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Persona
Messages : 35
Date d'inscription : 31/07/2016
Age : 22
Localisation : Metz

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)
avatar

Persona

Feuille de personnage
Niveau: Niveau 1
Renommée: Inconnu
Renommée:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: We are paper boats, floating on a stream   
Lun 24 Oct - 17:11

Hey ! Désolée pour le retard, je n'étais pas chez moi du week end, je pensais que j'aurais le temps de passer sur ta fiche mais au final j'ai passé mon temps au lit ^///^
Anyway, j'ai littéralement adoré lire ton histoire. Ton écriture n'est pas parfaite, quelques fautes traînent par-ci par-là mais tu as un style bien à toi et c'est ça qui compte. Tu as parfaitement réussit à lier l'histoire aux musiques et aux images. J'avais vraiment l'impression de suivre Enoch dans son rêve étrange, d'être juste à côté de lui alors qu'il observait les différents lieux de son passé. Puis merde t'as de ces goûts musicaux ! J'ai reconnu une de Beyond, Become Human également, les dernières viennent de Transistor c'est ça ? J'ai seulement entendu parler vaguement du jeu (ta fiche me donne encore plus envie de me le procurer, pas bien xD) mais j'adore l'idée que tu t'es approprié la chanson avec ton True Self, collant parfaitement au personnage.
Au début j'avais peur que tu ne te sois pas informé sur l'albinisme, que tu ais simplement utilisé ça pour taper dans l'original sans vraiment penser aux conséquences de la maladie ainsi j'ai été agréablement surprise de voir que ce n'était pas le cas ! Enoch est un garçon vraiment attachant, le genre de personne avec lequel je pourrais facilement me sentir à l'aise, peu importe son mutisme.
Bref, j'ai rien à redire, pour moi c'est parfait. Tellement parfait que je revois encore certains paysage, la maison enneigée, le parc, la scène, c'est bien la première fois que j'ai autant apprécié lire une fiche alors je te tire mon chapeau ! Penses juste à te relire, il y a quelques fautes d'étourderies mais rien de grave, et puis on en fait tous !

Tu es donc validé petit Enoch, félicitations !  ^o^



Ton groupe va t'être attribué suite à cette validation! Tu peux dès à présent créer ta propre fiche de relations et faire ta demande de RP. Je t'invite à recenser ton pouvoir. Bonne journée/soirée à toi et encore bravo pour ta validation !

PS : Si tu pouvais m'envoyer les titres des musiques de ton histoire ce serait top ◠‿◠

-----------------------

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We are paper boats, floating on a stream   

Revenir en haut Aller en bas
 

We are paper boats, floating on a stream

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Waterslide Clear Decal Paper
» Isabela — I like big Boats, I cannot lie [Humain => Prae]
» Modeliste : Titan Warhound
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Persona RPG :: THE VELVET ROOM :: Présentations des personnages :: Présentations validées :: La Lune-
Revenir en haut
Aller en bas